São Paulo

ESCAPADE A CURITIBA - Les cinémas de Cinelândia

En partenariat avec la filiale brésilienne du Campus international de Cannes à Curitiba, des apprenants de français vous proposent de découvrir plus en profondeur la capitale du Parana. Troisième lieu visité : Cinelândia et ses cinémas.

La première fois que je suis allée au cinéma, c’était un événement si important pour moi que je peux me rappeler de certains détails presque soixante-dix ans après. Une jeune cousine m’avait emmenée et je pense que je ne savais pas encore lire. Il s’agissait d’un film de Walt Disney, So dear to my heart (Danny, le petit mouton noir), qui racontait l’histoire d’un garçon élevant un agneau noir. Le garçon faisait  participer l’agneau à un concours et, heureusement, celui-ci gagnait un prix grâce à ses caractéristiques exceptionnelles.

Dans les années 1950, Curitiba était une ville de seulement 120.000  habitants et, pendant la journée, les enfants qui habitaient au centre de la ville avaient l’habitude de se promener sans la compagnie des adultes. Ainsi, j’ai beaucoup profité de la compagnie de mes cousins et amis pour voir des films pour enfant. Les cinémas préférés étaient situés à la fin de la rue XV de Novembro (rua das Flores, aujourd’hui), dans un endroit qu’on appelait Cinelândia.

Caractéristiques de quelques cinémas de Cinelândia
Les cinémas de rue étaient très importants, non seulement pour les  enfants, mais aussi pour les parents, considérant que les films étaient la distraction préférée à l’époque.

En 1929 a été inauguré le Cine Avenida dans un beau bâtiment (Palácio Avenida) dont le projet initial avait prévu l’installation d’un cinéma. Le premier film à y être diffusé a été Moulin Rouge, qui montrait un peu de la vie du peintre français Toulouse-Lautrec.En 1941 a été inauguré le Cine Ópera, en face du Cine Avenida, les deux dans la rua das Flores.

Ces cinémas présentaient des films d’animation, tous les dimanches matin. Nous avions beaucoup de plaisir en regardant les films de Tom et Jerry, Donald Duck, Mickey et Dingo présentés à l’Ópera.

L’Odeon et le Palácio
Il y avait deux autres cinémas à Cinelândia : l’Odeon et le Palácio. L’Odeon, qui était à côté de l’Ópera, a fermé ses portes au début des années 1950. Le Palácio se situait dans l’édifice Moreira Garcez qui, avec ses huit étages, a été le plus haut bâtiment à Curitiba pendant une longue période.

Très proche du Cine Palácio, dans la rue Voluntários da Pátria, il y avait deux autres cinémas que je considérais très peu élégants : le Cine América et le Cine Curitiba. Les garçons les préféraient pour leur programmation de films d’aventures comme les westerns. Mes amies et moi n’avions pas l’habitude d’y aller, surtout au Cine Curitiba, à cause des cris et des bruits des garçons.

Attention, le film va commencer…
Je me rappelle que nous attendions avec une certaine impatience le son familier d’un extrait de l’opéra Guarani, composé par le musicien brésilien Carlos Gomes, avertissant que le film allait commencer : les nouvelles du monde étaient présentées au début puis un film de fiction.

À cette époque-là, les familles avaient l’habitude d’aller au cinéma et de retourner chez elles à pied. Après le film, elles en profitaient pour regarder les vitrines des magasins et, à certaines occasions, elles entraient dans une pâtisserie ou un bar. C’était une forme de vie plus calme et même plus romantique qu’aujourd’hui.

Eleidi FREIRE MAIA - Campus international de Cannes au Brésil (www.lepetitjournal.com - Brésil) mardi 20 décembre 2016

*Photo : Mariana Gil / Embarq Brasil / Flickr

 
A la Une

ESCAPADE - Un week-end à Penedo

Penedo est un petit village – en réalité un quartier de la ville d’Itatiaia – situé au pied des montages du parc national d’Itatiaia, à l’extrême ouest de l’Etat de Rio de Janeiro. Unique colonie finlandaise du Brésil, c’est le lieu idéal pour un week-end au frais. Petite visite.
Une internationale

BAÏKA – La promesse d’un "voyage à chaque page"

Lancer un nouveau magazine est un pari audacieux. D’autant plus quand on souhaite s’adresser aux plus jeunes et les sensibiliser aux différentes cultures du monde. C’est pourtant le défi que s’est lancé Noémie Monier, éditrice et rédactrice en chef de Baïka, trimestriel dédié aux 8-12 ans qui cherche à travers son magazine à éveiller ses lecteurs à « l’autre », en mêlant fictions, récits mythologiques et documentaires. 
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

MICHAELLE JEAN – "«J’aime, je partage», c’est parler comme un francophone"

Le 20 mars, c’est la Journée Internationale de la Francophonie. Pour l’occasion, nous avons rencontré une ardente protectrice de la langue de Molière, Michaëlle Jean, secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) depuis 2014. Très déçue de voir que la France a opté pour un slogan en anglais pour sa candidature aux Jeux Olympiques de 2024, elle nous parle avec enthousiasme de ses projets, notamment numériques, pour développer notre langue dans le monde.
Magazine
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire