São Paulo

ÉDUCATION - Cours du soir à tout âge, une véritable tradition au Brésil

Au Brésil, tout le monde étudie. Du chauffeur de taxi de 55 ans qui apprend l’anglais pour rejoindre son fils aux Etats-Unis au ténor de la finance qui actualise ses connaissances tous les deux ans en passant par le commercial de 35 ans qui veut devenir avocat. Panorama d’une spécificité culturelle.

Maria das Graças da Silva, 52 ans, étudiante à l'Escola Classe 116 de Santa Maria - José Cruz/ABr

En France, les étudiants récemment diplômés cherchent tout de suite du travail. Il est commun d'étudier toute la journée, à plein temps et éventuellement de faire un stage pendant sa formation, ce qui permet d'acquérir de l'expérience professionnelle durant ses années universitaires.

Par ailleurs, le système français offre une éducation publique de bonne qualité et accessible à tous. Enfin, une fois sur le marché du travail, peu de Français reprennent des études ou des cours du soir.

L'éducation publique, très inégale au Brésil
Au Brésil, la qualité des écoles publiques est très inégale et l'accès en est souvent régulé par le vestibular (concours d'entrée aux universités brésiliennes). Contrairement à la France, les Brésiliens n’étudient pas "à plein temps". En général, les universités proposent des cursus sur quatre ans avec quatre à six heures de cours par jour. Le stage n'est pas obligatoire, l'étudiant étant libre de travailler ou non.

Le ministère de l'Éducation (MEC) a décidé de proposer des cours du soir dans les universités pour permettre de concilier études et emploi. Ainsi, les étudiants peuvent travailler, mais surtout, n’importe qui peut étudier, à tout âge, sans avoir à arrêter de travailler. Ce système est très développé au Brésil et rares sont ceux qui ne reprennent par régulièrement des cours tout au long de leur vie. Certains désirent reprendre des études pour changer de voie ou actualiser leurs connaissances et d’autres étudient par pur plaisir. Les médias relaient ainsi régulièrement de belles histoires de personnes âgées diplômées (très) tardivement.

Plusieurs types de cours
Les cours du soir représentent également une bonne alternative pour les universités qui veulent capter plus d'étudiants sans pour autant dépasser la capacité des classes. La solution est idéale : plus de cours, plus d'horaires disponibles... et plus d'étudiants formés. Il faut savoir qu'au Brésil, seulement 5% environ de la population va jusqu'à la fin de son cursus à l'université.

Ces cours peuvent offrir un diplôme ou un certificat de formation, ou bien être suivis à titre de "cours libres". Le cours ne peut offrir de certificat que s'il est dispensé par un établissement reconnu par le ministère de l'Éducation. Ensuite, il y a plusieurs critères pour définir le type de cours et ses modes de validation : un examen final, une épreuve orale ou une soutenance de thèse, le nombre d’heures, etc.

Au Brésil ces expériences comptent beaucoup pour se constituer un bon CV et réussir un entretien d'embauche. La carrière se construit au bureau, mais aussi sur les bancs de l'école...

Lisa ELKAIM (www.lepetitjournal.com - Brésil) Rediffusion

 
A la Une
Actualité Brésil
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Montréal - Actualité

Les gens les plus chanceux du Canada

La chance, ça va, ça vient pensez-vous ? Mais il existe quand même des personnes plus chanceuses que d’autres, n’est-ce pas ? Quoi que vous…
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine