São Paulo

HISTOIRE - Pedro Álvares Cabral et la découverte du Brésil

Lepetitjournal.com vous propose de remonter le temps et de plonger au coeur des grandes expéditions du 16e siècle qui menèrent un certain Pedro Álvares Cabral sur les terres brésiliennes.

Nous sommes au 16e siècle et les cours espagnole et portugaise rêvent de conquérir de nouveaux territoires. Elles financent les expéditions de navigateurs qui prennent la mer à la découverte du monde et de ses richesses. En 1500, le roi du Portugal demande à Pedro Álvares Cabral de faire le voyage jusqu’en Inde. La route a déjà été faite. Vasco de Gama a ouvert la voie trois ans plus tôt. Le jeune Cabral et ses 13 navires doivent donc quitter Lisbonne, cap au sud et passer sous l’Afrique pour rejoindre les terres indiennes. Mais voilà, le navigateur dévie de son cap, vire trop au large de l’Afrique et débarque, le 22 avril de la même année, sur le côtes brésiliennes, à hauteur de Porto Seguro.

Aussitôt à terre, Pedro Álvares Cabral, qui croit avoir découvert une île, plante une croix dans le sol et nomme cette nouvelle terre "Ilha de Vera Cruz" (L’île de la vraie croix). Plus tard, lorsque les Portugais se sont rendus compte qu’ils avaient en réalité découvert un continent, ils modifièrent ce nom en "Terra de Santa Cruz" (Terre de la sainte croix). Quelques années après avoir débarqué sur les côtes sud-américaines, les colons s’étonneront de la découverte d'un bois d'un rouge intense qu’ils s’empresseront de ramener au Portugal. Un bois si rouge qu’il rappelle la couleur de la braise (Pau Brasil) et qui donnera son nom actuel à l’immense pays que nous connaissons.

Notons cependant pour les puristes que Pedro Álvares Cabral n’est pas le premier navigateur européen à avoir foulé le sol brésilien. Avant le Portugais, un explorateur espagnol, Vicente Yáñez Pinzón, compagnon de Christophe Colomb, avait déjà fait escale au Brésil. Une découverte que l’Espagne n’a jamais revendiquée en vertu du traité de Tordesillas signé entre Madrid et Lisbonne le 7 juin 1494. Par ce texte, les deux pays se partageaient le nouveau monde avec pour ligne de partage un méridien nord-sud localisé à l'ouest des îles du Cap Vert.

Colonies françaises et hollandaises
Ce n’est qu’à partir de 1530 que la couronne portugaise entreprend la véritable colonisation du Brésil. La côte est alors le seul endroit connu des Portugais qui décident d’y installer quinze capitaineries héréditaires. Ce sont donc des nobles portugais qui se voient chargés d’administrer et de développer ces terres. Ce système montre rapidement ses limites et le roi portugais João III l’abandonne dès 1549 au profit d’un gouvernement colonial.

Missionnaires, jésuites, aristocrates, explorateurs continuent d’arriver au Brésil. Et débute le commerce de la canne à sucre. Celui-ci nécessite une main d’oeuvre de plus en plus importante : d’abord amérindienne, elle est ensuite constituée d’esclaves noirs issus du commerce triangulaire. La ville de Salvador, qui restera la capitale du territoire jusqu’en 1763, est fondée en 1549.

Une courte colonie française à Rio
En 1555, les Français parviennent à s’installer dans la région de l’actuelle ville de Rio de Janeiro. Mais environ 10 ans plus tard, cette colonie française est détruite par un gouverneur général du Brésil qui décide de fonder la ville de Rio. Quant aux Pays-Bas, ils parviennent aussi à contrôler provisoirement une partie de la région du nord-est du Brésil, ainsi que la ville de Recife. Mais comme les Français, ils seront rapidement chassés, cette fois-ci par une rébellion de colons portugais.

Au même moment, les Bandeirantes (porte-drapeaux) entreprennent de grandes expéditions pour ramener de l’or et des esclaves. Ils partent à la conquête de l’Ouest, du Nord et du Sud. Dans leurs expéditions, ils se heurtent aux jésuites qui tentent de protéger les Indiens.

Anne-Louise SAUTREUIL (www.lepetitjournal.com - Brésil) Rediffusion

Sources :
- Brésil (Bibliothèque des voyageurs - Gallimard)
- Encyclopedia Universalis
- Brasilescola

 
A la Une

NEYMAR – A deux pas du PSG

Neymar Jr. C’est LE feuilleton de l’été qui agite le mercato et toute la planète football. Selon les informations de la presse catalane révélées hier…
Actualité Brésil

JO 2016 – Un an après, Rio ne répond plus

Il y a juste un an, c’était toute la planète qui fêtait les Jeux Olympiques à Rio de Janeiro. Désormais, la métropole brésilienne est enfouie dans la crise et la violence.
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine