PETROLE – Contestation autour de la répartition des royalties

Après de longs mois de négociation, le projet de répartition de royalties de la manne pétrolière a été révélé hier. Une décision qui ne réjouit pas particulièrement les états producteurs

Après les annonces sur l’augmentation de 30% de l’IPTU (impôts locaux), la hausse de 12,27% des tarifs déjà prohibitifs de l'électricité, l’état de Rio, comme ceux de Sao Paulo et de l’Espírito Santo, risque d’être contraint à partager avec tous les états de l’Union les royalties de l’industrie pétrolière. Le Sénat et la Chambre des Députés ont voté mardi en faveur d'une répartition plus égalitaire, et si la Présidente Dilma Rousseff signe la loi, ces états risquent de perdre jusqu'à 4 milliards de dollars à partir de l'année prochaine.

La Chambre des Députés a rejeté une proposition préalable qui réservait à l’éducation une partie de ces fonds. Le gouverneur de Rio, Sérgio Cabral, soutient qu’il serait impossible de réaliser la Coupe du Monde de 2014 et les Jeux Olympiques de 2016 sans cet apport.

Une répartition lésant les régions productrices
Avec 80% des réserves de pétrole dans leurs eaux territoriales, les états de Rio de Janeiro et de l’Espírito Santo passeraient, dès 2013, de 26,25% des parts de revenus à 20%. Ce sont les municipalités productrices qui subiraient les plus lourds préjudices, passant de 26,2 à 17% des royalties en 2013, pour arriver à 4%, en 2020.

La part des municipalités affectées négativement par l’exploitation pétrolière passerait de 8,75% à 2%. Les Etats et municipalités qui ne produisent pas de pétrole verraient au contraire leur part augmenter graduellement de 8,75% à 40% d’ici 2020, le tout aboutissant à une répartition à peu près égale entre les Etats et municipalités producteurs, lésés, et ceux n'ayant rien à voir avec l'exploitation pétrolière.

Les Etats concernés considèrent de ce fait qu'une telle décision constituerait une rupture de contrat, et comptent sur la présidente pour s'y opposer.

A noter que ce partage ne concernerait pas les compagnies pétrolières, à l'égard desquelles le paiement des royalties resterait inchangé, mais cette décision, si elle devait être appliquée, pourrait affecter le calendrier des enchères des blocs d’exploitation du pré-sal.



PB (www.lepetitjournal.com - Brésil) jeudi 8 novembre 2012

 
A la Une
Actualité Brésil
Une internationale

MARDI EXPAT – L’afterwork de l’expatriation à Paris en partenariat avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger)

Mardi 11 juillet prochain aura lieu la prochaine édition de Mardi Expat, l’afterwork de l’expatriation. Organisé par Lepetitjournal.com avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger) comme partenaire, cet événement veut rassembler à Paris anciens et futurs expatriés afin d’échanger et de bénéficier de conseils avisés pour préparer sa prochaine expatriation.
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Montréal - Actualité

Les gens les plus chanceux du Canada

La chance, ça va, ça vient pensez-vous ? Mais il existe quand même des personnes plus chanceuses que d’autres, n’est-ce pas ? Quoi que vous…
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine