Santiago

CULTURE – Hermanito Lobo, le dernier livre de Danièle Ball, en librairie !

 

Danièle Ball est française, écrivaine et traductrice, installée au Chili depuis 2002. Lepetitjournal.com est allé à sa rencontre le jeudi 5 juillet, lors du lancement de son nouveau livre pour petits et grands enfants : Hermanito lobo, une allégorie sur le thème de l’adoption

Photo: Daniela Ball en séance de dédicace, lors du lancement d'Hermanito Lobo

Une écrivaine française, qui publie en espagnol dans une maison d’édition chilienne, il n’y en a pas beaucoup à Santiago ! Danièle Ball arrive au Chili en 2002 avec ses deux filles, après plusieurs années de vie parisienne, où elle travaille comme cadre d’une grande entreprise. Une vie bien rangée qu’elle a décidée d’abandonner pour se consacrer à ses passions : l’écriture et la nature. Le Chili est alors l’occasion d’un changement "de paradigme, de contexte culturel, et d’horizon".

Hermanito Lobo est le 30ème ouvrage de cette écrivaine prolifique, et le 4ème publié avec l’édition EDEBE*, spécialisée en littérature infantile. D’ailleurs, pourquoi écrire des livres pour enfants ? "C’est une façon d’offrir un pont aux adultes, pour pouvoir parler avec les enfants de thèmes et notions généralement complexes, comme la maladie, la tolérance…", explique Danièle Ball durant la cérémonie de lancement. Elle rajoute qu’elle a deux sources d’inspirations pour ses livres : une thématique chilienne, reprenant les contes et légendes du pays, comme pour Yatiri y el hada de las brumas, paru en 2011 ; ou la sociologie et les thèmes de société, qu’elle aborde notamment avec un conte sur la maladie d’Alzheimer, Para que no me olvides.

Avec la TVA très élevée qui pèse sur les livres, comment vit-elle son statut d’écrivaine expatriée ? "Evidemment, cet impôt est regrettable. Néanmoins, dans mon cas, il y a un aspect que je ne peux pas négliger : c’est la durée de vie illimitée des livres en librairie. En France, au bout de 5 à 8 ans, un livre pour enfants est retiré des rayons. Ici, ce n’est pas le cas, et mes ventes augmentent considérablement avec le temps. Un peu comme un bon vin qu’on déguste après plusieurs années !".

Quant à son activité de traductrice, ses principaux clients sont européens, même si elle commence à faire affaire avec des Chiliens. Et vu que la gestion de la demande et le travail se font à distance et par internet, ici ou là-bas, ça n’a pas vraiment d’importance !

S’installer au Chili a donc été une bonne décision pour elle et sa famille, qu’elle ne regrette pour rien au monde : "à notre arrivée, nous ne connaissions personne. Mais avec le temps, nous nous sommes tellement bien intégrées et entourées d’amis chers, que nous ne sommes plus jamais reparties !", conclut-elle en souriant.

Propos recueillis par Cécile Tron Muratori (www.lepetitjournal.com Santiago) Lundi 9 juillet 2012

Site internet de Daniele Ball

* Edicion Don Bosco

Site internet de Daniele Ball

* edicion Don Bosco

MAPUCHE – Les avions contre les dieux

A l’approche des préparatifs de la fête traditionnelle du Nguillatún, certains Mapuches de la IXe Région demandent l’interruption momentanée, le 19…
Santiago en bref
A la une
France/Monde
En direct des Amériques
Sao Paulo - Actualité Brésil

LANGUE - Parlez-vous le portunhol sauvage ?

Le portunhol, nouvel idiome, mélange d’espagnol et de portugais mâtiné de guarani ou d’anglais met son poil à gratter canaille dans les…
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Partir pour mieux revenir

"Je me sens seul comme au milieu de l’océan". Je suis à l’autre bout du téléphone et je peux ressentir toute la détresse de Patrick, 40 ans. En quinze ans, il s’est construit l’une des plus belles réputations de décorateur en Espagne, les clients se battent littéralement pour avoir ses services, et pourtant il a cette terrible impression d’être arrivé en bout de course. "Je veux arriver à prendre un virage que je n’arrive pas à négocier seul. Ce virage est un nouveau challenge professionnel qui me redonnera l’envie de me lever le matin".
Expat - Politique

MARC VILLARD – "L’AFE doit se concentrer sur l’essentiel"

Marc Villard, premier président élu de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), a aujourd’hui la lourde tache d’élaborer les règles de fonctionnement de la nouvelle assemblée. En pleine réflexion sur les rôles de chacun au sein de l’institution, ses priorités n’en demeurent pas moins centrées sur les préoccupations au quotidien des Français de l’étranger
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.
Francophonie

POURIA AMIRSHAHI - Francophonie : le sursaut ou le déclin

"Le XVe sommet de la Francophonie qui s’ouvre est avant tout l’occasion de poser les jalons d’une nouvelle vision et, partant, d’une nouvelle orientation stratégique....", déclare dans un communiqué Pouria Amirshahi, Député de la Neuvième circonscription des Français de l’Étranger.

LANGUE FRANÇAISE – Le monde compte 274 millions de francophones

La francophonie progresse dans le monde. C’est la conclusion du second rapport quadriannuel de l’OIF sur l’usage de la langue française dans le monde, présenté au siège de l’organisation à Paris mercredi 5 novembre. En 4 ans, le nombre de francophones a augmenté de près de 25%. Le français est aujourd’hui la seconde langue la plus étudiée dans le monde. D’ici 2060, les francophones pourraient être 767 millions à travers le monde, ce qui constitue un formidable potentiel économique et culturel. Encore faut-il soutenir cette dynamique, prévient l’OIF.