REVUE DE PRESSE - Ce que la presse française retient du Chili

 

Manifestations étudiantes et scandale de pédophilie, le Chili a fait parler de lui dans les médias en ligne français ces dernières semaines.

Ces derniers jours les médias français ont largement fait écho des manifestations des étudiants chiliens. Pour preuve, lefigaro.fr rapporte le 17 août que "les étudiants et (les) lycéens chiliens ont réactivé cette semaine leur mouvement de protestation en occupant le bâtiment principal de l'Université du Chili et une dizaine de lycées de Santiago." Des occupations qui se sont soldées par 139 arrestations. Le maire de Santiago Pablo Zalaquett, qui s’oppose fermement à ces occupations, a prévenu qu’il suspendrait les bourses aux étudiants qui occupent les établissements.

Dans ce mouvement, beaucoup de professeurs se sont joint aux lycéens et étudiants qui, depuis mai 2011, se battent pour la refonte du système éducatif chilien. Un système inégalitaire et  "l'un des plus coûteux dans le monde " affirme Médiapart. Depuis le début du mouvement plus de 40 manifestations ont été comptabilisées, "certaines parmi les plus massives depuis le retour de la démocratie en 1990 " écrit leparisien.fr.  Même si le budget de l’Etat pour l’éducation a été augmenté de 10% en 2012 les avancées sont jugées minimes par les représentants étudiants. Et malgré la répression policière ils ne comptent pas s’ arrêter là. Sur Twitter Gabriel Boric, président de la fédération des étudiants de l’université du Chili affirme  "les lycéens et les étudiants sont unis dans la lutte et nous n'allons pas reculer".

La presse française rapporte aussi les débordements et les violences entre forces de l’ordre ("carabineros") et étudiants qui entachent les manifestations de ces dernières semaines.  La manifestation non autorisée du 8 août dernier à Santiago a été le théâtre de plusieurs heures de violence selon la Police. Via l’AFP Leparisien.fr publiait des photos d'un bus en flamme, expliquant que des "étudiants encagoulés" auraient fait descendre chauffeurs et passagers avant de mettre le feu à trois véhicules. Le site rapporte aussi les propos de Gabriel Boric tenus à la télévision chilienne : "La patience des étudiants est à bout (...) Nous avons fait beaucoup d'efforts pour entamer un dialogue avec le gouvernement et le parlement".

Scandale de pédophilie
Autre sujet d’actualité qui est revenu dans les journaux français ces dernières semaines : le scandale de pédophilie dans plusieurs écoles de Santiago. Le Nouvel Observateur, dans un article daté du 31 juillet, explique que le gouvernement Piñera " a lancé aujourd’hui un plan de prévention contre la maltraitance et les abus sexuels dans les écoles, frappées ces dernières semaines par une vague de plus d'une centaine de plaintes pour abus sexuels contre des enfants. " Les dernières affaires de pédophilies ont touché notamment des établissements religieux huppés de la capitale ajoute le magazine. Le plan annoncé par le gouvernement prévoit la mise en place de règles de vie scolaire et des moyens de préventions, comme la formation des professeurs et des auxiliaires scolaires dans ce domaine. Mais le gouvernement souhaite aussi mettre en place un indice de "sécurité" dans les établissements scolaires. Un indicateur qui serait actualisé tous les ans. De plus, une enquête judiciaire est en cours dans plus de 127 établissements de la capitale. Selon les autorités chiliennes, les plaintes pour abus sexuels au Chili sur mineurs de moins de 14 ans ont augmenté de 22% durant le premier semestre de cette année mais France 24 nuance ces chiffres avec les propos de Maria Jesus Munoz, psychologue pour enfants à L’ Université Adolfo Ibanez, et qui a répondu à l'AFP :  "Il y a une augmentation du nombre de cas d'abus sexuels, mais surtout la justice reçoit davantage de plaintes parce que la société chilienne n'a plus peur de le faire".

Florine Constant (www.lepetitjournal.com Santiago) mardi 21 août 2012

 
Santiago

LES DIX VINS - Bonté divine !

Un bar à vins français vient d’ouvrir ses portes à Las Condes, en plein cœur du quartier des affaires de Santiago du Chili.
Une internationale

PARTI SOCIALISTE – Le Projet 2017 pour les Français de l’étranger

La fédération des Français de l’étranger du Parti socialiste présente son Projet 2017 en vue des élections législatives. Véritable « boite à outil » pour les candidats – 5 sont connus à ce jour – ce document fait le bilan de l’action gouvernementale en faveur des Français de l’étranger et formule des propositions dans de nombreux domaines, avec un impératif, celui du réalisme.
Actu internationale
En direct des Amériques
Expat
Expat - Emploi

W PROJECT - La Colombie: un pays sur lequel on parie

Les équipes du W PROJECT ont cette fois posé leurs valises en Colombie. Pays connu pour la qualité de son café, la Colombie tient son nom du célèbre explorateur qui découvrit dit-on l’Amérique. Elle accueille aujourd’hui de nouveaux types d’explorateurs à la recherche de solutions pour entreprendre et innover. Reportage vidéo

CINÉMA FRANÇAIS – Cap sur l’export !

La France est le pays européen qui exporte le plus de films, avec 216 millions d’euros en 2015. L’Amérique du Nord s’impose comme le principal acheteur de ces droits. Pour maintenir et étendre encore le rayonnement du cinéma français, le Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) dévoile son plan « Plan Export ».
Expat - Politique

PARTI SOCIALISTE – Le Projet 2017 pour les Français de l’étranger

La fédération des Français de l’étranger du Parti socialiste présente son Projet 2017 en vue des élections législatives. Véritable « boite à outil » pour les candidats – 5 sont connus à ce jour – ce document fait le bilan de l’action gouvernementale en faveur des Français de l’étranger et formule des propositions dans de nombreux domaines, avec un impératif, celui du réalisme.

FILLON - En tête aussi chez les Français de l'étranger

Contrairement au premier tour, François Fillon arrive en tête chez les votants de l'étranger. Le report des voix a semble-t-il bien fonctionné pour le vainqueur de la Primaire de la Droite et du centre. On est pourtant loin du raz-de-marée qui a été constaté dans l'Hexagone, avec 52,3% des suffrages. 
Magazine