San Salvador

LE MALECON - Promenade au marché aux poissons de la Libertad

Pourquoi ne pas profiter des vacances pour aller faire un tour sur le malecon du port de la Libertad, et découvrir le marché aux poissons et ses pêcheurs?

 

La Libertad, à une demi-heure de San Salvador, est une sortie facile à faire. Sur place, on peut se baigner, faire du surf, manger et se désaltérer. On peut aller sur le malecon puis s’enfoncer dans le marché aux poissons sur le muelle (le quai).

 Le malecon et le muelle

En arrivant au malecon, vous pouvez garer votre véhicule dans un des parkings gardés et payants. Préférez celui de l’entrée principale. Une fois sur le malecon lui-même, prenez vers la gauche. Vous avez le choix des restaurants. Tous proposent les soupes et crèmes de fruits de mer, (les fameuses mariscadas), des poissons, des crevettes, des calmars. Vous mangerez au son des musiques de mariachis ou de trios.

 Zone des restaurants, vue du muelle


En allant encore plus loin sur la gauche, vous arriverez à une zone à l'ambiance différente, mais où vous pourrez également manger ou boire un verre; les prix y sont un peu moins chers, mais c’est également sécurisé et ce secteur donne sur les autres parkings.
Pour le marché aux poissons, entrez sur le muelle. De chaque côté, sous la partie couverte, se trouve le marché. Bien sûr, ça sent le poisson! Mais au moins il est frais.

 

 Le marché couvert sur le muelle

 Des variétés de produits de la mer


Un peu plus loin, vous verrez des pêcheurs à la ligne; celui que nous avons suivi attendait de remonter un boca colorado, mais manque de chance, c’est un sapo (crapaud), autrement dit un poisson-globe, sorte de fugu, très dangereux à la consommation. Furieux, le poisson-globe s’est gonflé, gonflé. Pas rassurant avec ses épines. Une femme l’a pris et a dit qu’elle l’amenait chez elle. Bonne chance.

 Déception pour ce pêcheur qui remonte un poisson-globe

 Le fameux poisson-globe, à la chair toxique


Profitez d'être là pour vous sentir au bout du monde; au bout du quai, les treuils descendant les barques qui repartent à la pêche, ou remontent les barques qui arrivent.
Les pêcheurs, les vendeuses et vendeurs sont accueillants et ne demandent qu’à faire la conversation.
Côté restauration, évitez les institutions situées plus loin, après le malecon. Elles vivent sur leur réputation et pratiquent des prix 20% pus élevés.

Bon appétit et bonne promenade.

(photos LPJSanSalvador)

Jean-Jacques Sutra (www.lepetitjournal.com/sansalvador) lundi 12 décembre 2016

 

 

 
A la Une à San Salvador
Une internationale

RESEAU PSY EXPAT – Trouver un psy francophone à l'étranger

Comment être accompagné dans sa mobilité si l’on a besoin d’un suivi psychologique ? Créé par deux psychologues expatriées en Asie, Réseau PsyExpat est une plateforme à but non lucratif qui facilite la recherche de thérapeutes francophones partout dans le monde et les échanges entre professionnels
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine