San Salvador

PATRICK PAITEL- Un écrivain français au Costa Rica

Patrick Paitel réside au Costa Rica depuis plus de vingt ans. Directeur au lycée franco-costaricien de 1996 à 2002, il se consacre désormais à l'écriture. Entre 1985 et 2016 il a publié plus de trente livres.

 Le Petit Journal 

Patrick Paitel, vous venez de publier « Akimoto » chez www.bookelis.com un roman bilingue que vous avez écrit vous-même en espagnol et en français, pouvez-vous nous en dire davantage ?


Patrick Paitel
Bien volontiers. Comme ne le savent sans doute pas les lecteurs du Petit Journal, je réside au Costa Rica depuis plus de vingt ans. Or, un grand nombre de mes amis ticos non francophones, me demandaient d’écrire un livre ou de faire traduire un de mes trente ouvrages déjà publiés, en espagnol, afin de savoir comment j’écrivais….

Oui évidemment, ça devait être frustrant pour eux de voir vos livres, les feuilleter même sans savoir ce qui se disait à l’intérieur ! Alors pourquoi ce titre japonais et en couverture un cerisier en fleurs, du Japon ?

J’allais y venir, figurez-vous que mon cardiologue et ami auquel j’ai d’ailleurs dédié ce roman, me dit un jour tout en m’auscultant : « Patrick j’ai une histoire extraordinaire et vraie, arrivée à une de mes patientes très âgée, je vais te la raconter brièvement mais à condition que tu en fasses un roman en espagnol, ainsi je pourrai enfin te lire sans avoir à étudier dix ans le français auparavant ! » J’ai promis mais j’ai transigé : le même texte, chaque page de gauche en espagnol, chaque page de droite en français.



Cette patiente, c’est donc cette fameuse Madame Akimoto, née au Costa Rica ayant épousé un Japonais, Monsieur Akimoto. On découvre l’histoire de cette femme dans votre récit qui tient le lecteur en haleine jusqu’au bout ! Mais quelle est la part de votre imaginaire qui justifie son appellation de roman ?

Tout, du début à la fin, sauf les éléments de la vie de cette dame dont je ne connais pas le véritable nom, que m’a racontés mon Docteur. Celui-ci mène d’ailleurs son enquête.

Patrick Paitel, vous n’êtes pas un écrivain professionnel puisque vous avez derrière vous une carrière pédagogique qui vous a amené au Costa Rica en dernier poste comme directeur au lycée franco-costaricien. Allez-vous pour terminer, nous parler de cette vie antérieure, tant privée que professionnelle ?

Mes autres livres en apprendront plus sur moi à vos lecteurs que je ne saurais le faire moi-même. Qu’ils sachent simplement que j’ai connu toutes les situations de famille, marié avec 3 enfants, divorcé, remarié au Costa Rica avec une Française résidente, veuf de celle-ci, je vis actuellement en concubinage mais chut ! Professionnellement, j’ai exercé à Paris un tiers de ma carrière au sein de l’éducation nationale et les deux tiers en détachement aux DOM-TOM et surtout aux affaires étrangères : Bolivie, Nouvelles-Hébrides, Honduras, Espagne et enfin Costa Rica en 1996 où j’ai pris ma retraite, par amour y compris du pays !

lepetitjournal.com, édition de San Salvador (www.lepetitjournal.com/sansalvador) lundi 16 janvier 2017

 
A la Une à San Salvador
Une internationale

VOYAGES D’AFFAIRES – Les risques encourus quand on prend trop souvent l’avion

Valorisés par la société, et souvent encouragés par les entreprises, les voyages d’affaires pourraient pourtant être préjudiciables pour la santé, aussi bien morale que physique. Le manque prolongé de sommeil, les changements répétés d’horaires, cumulés au stress procuré par le travail, finissent par avoir un impact sur les « business travellers ». 
Actu internationale
En direct des Amériques
Expat
Expat - Emploi

VOYAGES D’AFFAIRES – Les risques encourus quand on prend trop souvent l’avion

Valorisés par la société, et souvent encouragés par les entreprises, les voyages d’affaires pourraient pourtant être préjudiciables pour la santé, aussi bien morale que physique. Le manque prolongé de sommeil, les changements répétés d’horaires, cumulés au stress procuré par le travail, finissent par avoir un impact sur les « business travellers ». 

COACHING - Comment réinventer sa carrière grâce à une non-équivalence des diplômes à l’étranger

Vous êtes psychologue, sage-femme, orthophoniste, juriste, avocate, médecin, pharmacienne….et votre diplôme n’est pas reconnu dans le pays dans lequel vous vivez. Cela fait plusieurs années que vous exerciez ou bien, vous venez juste de terminer votre formation dans le cadre d’une reconversion, vos perspectives sont les mêmes : il est tout à fait possible de réinventer positivement votre carrière. 
Expat - Politique

REPUBLIQUE EN MARCHE – Qui sont les candidats pour les Français de l’étranger ?

Ils sont inconnus du grand public et pourtant, forts du score important d’Emmanuel Macron à l’étranger, ils pourraient créer la surprise et vous représenter à l’Assemblée nationale. Jeunes ou moins jeunes, issus de la société civile, de la tech ou dans la politique de longue date, on lève le voile sur leurs profils et leurs ambitions
Magazine