CINEMA – “L’ultimo crodino”, deux malfaiteurs maladroits et un cercueil

Premier film européen à placer une marque dans son titre, cette comédie noire raconte avec humour et finesse l’histoire vraie de l’“enlèvement” d’un cercueil par deux criminels maladroits, tout en proposant une fresque désenchantée de la réalité italienne contemporaine
Le crodino est un apéritif sans alcool légèrement pétillant à base d’herbes aromatiques, produit par le groupe Campari (photo Lpj)

Amélie Poulain qui grignote des galettes Bonne Maman devant sa télé, James Bond qui déguste une Vodka Martini, le naufragé Tom Hanks qui choisit un ballon Wilson comme “interlocuteur muet” dans “Cast Away”… L’insertion de marques au cinéma connaît depuis quelque temps un essor sans précédents : très appréciée des publicitaires, elle rencontre aussi la faveur des producteurs qui y voient un moyen pour compléter le budget de leurs films. La possibilité de cibler son public, des spectateurs particulièrement réceptifs lors de la projection mais aussi un coût relativement peu élevé : tels sont les points forts de cette stratégie de marketing. Avec “L’ultimo crodino”, l’Italie franchit une étape supplémentaire : le placement de la marque n’est pas limité au film, il apparaît aussi dans le titre. Il s’agit d’une première en Europe, même s’il faut dire qu’Hollywood nous avait habitué depuis longtemps à prendre un “Petit-déjeuner chez Tiffany” ou à découvrir que “Le diable s’habille en Prada”…

Une histoire qui paraît invraisemblable, et pourtant…
Mais d’où vient l’idée du titre ? Ne pensez pas qu’il s’agisse simplement d’une stratégie commerciale particulièrement efficace. Même si cela peut surprendre, le film se base sur une histoire vraie et Crodino est le surnom donné à l’un des protagonistes, à cause de son habitude de consommer cet apéritif dans le bar de son village. C’est lui, petit entrepreneur endetté jusqu’au cou, qui aura l’idée de kidnapper le cercueil d’un homme très influent dans la vie économique italienne qui vient de décéder, Enrico Cuccia. Dans cette aventure, il sera aidé par Pes, qui est sans doute le personnage le plus attachant du film grâce à son esprit critique, un rien mélancolique, également confronté à des problèmes d’argent. Les deux amis commettront un nombre interminable d’imprudences et de naïvetés : ils essayeront même par erreur de faire chanter un homonyme du fils de l’illustre défunt… Leur incroyable maladresse jettera la police dans la panique : comment expliquer la présence de veilleuses de cimetière à l’intérieur de la tombe du financier sans suspecter immédiatement une secte satanique ? Bien sûr l’idée que les deux voleurs n’aient pas pris de piles de rechange pour leur torche était difficilement concevable ! Et même si les spectateurs, vite gagnés à la cause de ces deux criminels peu ordinaires, espèrent jusqu’à la fin en un dénouement positif de l’histoire, les journaux de l’époque (2001) nous rappellent qu’ils furent bel et bien arrêtés… Signalons toutefois que, suite à une lettre d’excuses envoyée à la famille Cuccia, leur peine fut légère : 45 jours de détention à domicile !
Luisa GERINI. (www.lepetitjournal.com - Turin) vendredi 10 avril 2009
(Article initalement publié dans l'édition de Turin le 25 mars 2009)

Coup de cœur
Toujours sur le fil de la finesse et d’un humour subtil, cette comédie noire offre une fresque désenchantée de la réalité italienne contemporaine, notamment de la vie en province où chacun se retrouve enfermé dans un cliché. Aucune échappatoire ne semble possible, même pas le crime : comme le dit Pes à la fin du film (une phrase qui figure réellement dans sa déposition) « qui naît pauvre, meurt pauvre »… Seules comptent vraiment la force de l’amitié et la solidarité.

En toile de fond, la vallée de Suse : la vallée des No-Tav (les opposants au TGV) et le problème des déchets toxiques…







 
A la Une à Rome
Actualité Italie

GALA CCI FRANCE ITALIE – Les relations économiques franco-italiennes à l’honneur

Mercredi 14 juin, plus de 250 personnes de la communauté d’affaires franco-italienne se sont réunies lors du 14ème dîner de gala annuel de la Chambre Française de Commerce et d’Industrie en Italie. Cette année, la soirée s’est déroulée dans un cadre insolite, au Musée national de la science et de la technologie de Milan, en présence notamment de l’Ambassadrice de France en Italie, Catherine Colonna, qui a participé à la remise des Trophées qui mettent à l’honneur des entreprises françaises et italiennes.
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine