A la Une

ESQUILINO - Le marché le plus exotique de Rome

A deux rues de la gare Termini se cache le marché le plus exotique de la capitale italienne. Produits locaux, épices exotiques, lepetitjournal.com de Rome vous emmène chez quelques-uns des commerçants du marché de l'Esquilino.

Créé à la fin du 19ème siècle, le marché de l'Esquilino a toujours été un lieu de grand passage, même pendant les guerres et durant la période fasciste. Pendant la deuxième partie du vingtième siècle, le marché prospère mais des problèmes d’hygiène subsistent et alarment les autorités. La mairie de Rome projette alors de construire un espace couvert pour accueillir les commerçants. Alors que le quartier devient de plus en plus cosmopolite, les autorités mettent plusieurs décennies avant de passer à l’action et de placer les stands du marché dans leur cadre actuel, l’ancienne caserne Sani entre les rues Principe Amedeo, La Marmora et Mamiani. C’est en septembre 2001 que les commerçants ont pu prendre possession de leurs nouveaux locaux logiquement appelés Nouveau Marché de l’Esquilino. Aujourd’hui, ce grand édifice héberge également une antenne de l’université La Sapienza ; il n’est pas rare de croiser de jeunes étudiants assis à la terrasse du café installé dans la cour du premier bâtiment. 

Produits régionaux, fruits et légumes de saisons mais aussi produits exotiques, nouilles chinoises et épices figurent parmi les produits que l’on peut trouver sur ce marché. Mais des stands de vêtements et de chaussures occupent également les locaux du premier bâtiment du marché. Nous sommes allés à la rencontre de quelques commerçants pour donner un visage à ce carrefour de cultures. 

Famille Natale – Epicerie/Pizzeria

Nous avons ce stand depuis 2002, mais notre famille travaille au marché depuis les années 70 quand le marché était encore de l’autre côté de la place Vittorio Emanuele. A l’époque, il n’y avait que des vendeurs italiens ou presque. Aujourd’hui la tendance s’est inversée, c’est un marché multi-ethnique. Il y a plus de 135 stands dans le marché représentant des métiers différents, poissonniers, bouchers, primeurs, boulangers, épiciers, etc. Avec mon frère qui a un stand dans l’autre aile du marché, nous sommes les seuls à vendre les produits typiques de la « pizzeria » : fromage, jambons et charcuterie, olives et un peu d’épicerie. Nous n’avons que des produits italiens. 

 

Ernesto - Primeur

Je vends des fruits et légumes de saison et tous mes produits viennent exclusivement de Sicile (sauf les artichauts au mois de mai qui venaient de Sardaigne). Ce sont des fruits et légumes qui sentent bon le soleil. Être commerçant sur un marché, c’est un métier difficile, il y a beaucoup de concurrence et les clients sont exigeants. Il faut arriver à concilier tout ça. Les prix peuvent changer tous les jours. C’est un tout, chaque jour est un nouveau jour, un nouveau challenge. 

 

Dipu – Epicier

Nous proposons des épices qui viennent du monde entier, Bangladesh, Pérou, Brésil, etc. Les produits phare, ce sont les fruits secs, on en vend beaucoup. 

 

Anna-Maria - Boulangère

Je suis employée dans cette boulangerie depuis une petite dizaine d’années. Les laboratoires sont à l’extérieur, moi je reçois les produits et je les commercialise. Nous avons des crostatas maison, du pain au céréales le vendredi et le samedi, mais aussi du pain complet type Lariano tous les autres jours. Nos spécialités sont les différentes variétés de Ciambellone comme les Tozzetti aux amandes. Mais nous vendons aussi un peu de produits salés, fromage et charcuterie. Tout pour satisfaire le client !


Emma Granier
 
(Lepetitjournal.com de Rome) - Jeudi 13 juillet 2017.

Retrouvez tous nos articles "Mon quartier, mes adresses" ici.

Recevez gratuitement tous les matins l'actu des français et francophones de Rome !

 
A la Une à Rome

ROME EN GIFS #2 : L'été

L'été s'est déjà bien installé dans la capitale et avec lui cette chaleur insurmontable, les premiers après-midi à la mer, les glaces ... et nos…
Une internationale

HIKARI – Plongez au cœur de La Havane, Tokyo ou encore Rio !

Désignant la lumière en japonais, le terme Hikari aura sans doute séduit les éditions françaises du même nom, qui à leur façon souhaitent elles aussi mettre le monde en lumière. Avec leur collection « Portraits Ville » elles ont pour ambition de renouveler le genre du livre de voyage, et de faire découvrir à leurs lecteurs de façon intime et personnelle les moindres recoins d’une métropole à travers le regard de ses habitants. Cet été, 3…
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine