Rome

GLI SGOMMATI - La satire siliconée de l’Italie

ʺLa satire est la même pour tousʺ. Toutes les célébrités de latex des petits écrans européens pourraient reprendre en chœur ce slogan d’émission très libéral. En 2011, l’Italie lançait ses propres ʺGuignols de l’Infoʺ renommés ʺGli Sgommatiʺ, littéralement : les écumés. Avides des déséquilibres politiques en Italie comme en France, ces marionnettes italiennes battent leur plein en ces temps de crise

Ainsi font, font, font …

Ecumés, récurés, passés au crible d’un humour cinglant, les politiques italiens les plus en vue le sont régulièrement sur SkyTG 24. Le producteur Carlo Degli Esposti et l’équipe d’auteurs que dirige Paul Mariconda, tiennent depuis plus d’un an les ficelles du show désormais célèbre, gli Sgommati. Chaque sketch de 10 minutes est une démonstration de leur capacité à réagir férocement et rapidement à l’actualité politique.

crédits :www.parolibero.it

Si le visage de Mario Monti a été modelé dès son arrivée au gouvernement, c’est pour n’omettre aucun des grands noms de la péninsule. On le voit depuis réciter tel un robot des discours didactiques (vidéo).

Chacun y trouve son compte car la parodie touche tous les bords politiques en vrai programme démocratique. Encastré entre images de synthèse et coupures d’émissions réelles, le fameux présentateur Aldo Biscardi mène ce petit monde de marionnette. Ce P.P.D.A transalpin introduit à tour de rôle un Pier Luigi Bersani chantant ʺYes weekendʺ - parodie de Yes we can, écrite par les 99 posse - ou un Umberto Bossi partisan du ʺKous Kous Klanʺ.

Les auteurs sont prodigues en imitations et parodies en tous genres qui reprennent les discours politiques et les programmes, mais aussi les émissions 
phares du paysage audiovisuel italien et les grands classiques du cinéma. Gli Sgommati sont donc un véritable miroir déformant de la sphère publique italienne.

Exorcisme à l’Italienne

Phénomène déjà connu et bien installé, la marionnette caricaturale a conquis la France et l’Angleterre – sous le nom de ʺSpitting Imageʺ. Cependant Genaro Calabrese , la ʺvoixʺ qui donne vie aux Sgommati, précise la particularité de son propre show. Selon lui, l’ironie cinglante de cette émission bariolée diffusée tous les soirs à la télévision a son utilité précise en Italie, et pas des moindres.

En ce moment particulier, quand ʺla situation politique actuelle favorise une certaine attention à la satireʺ et que, dans ce pays, ʺles personnages politiques sur qui ironiser ne sont pas peu nombreuxʺ, il est bon de ʺrire de tous ceux qui devraient nous sortir du tunnel de la criseʺ confie-t-il.

Un ton caustique et remarquablement sérieux, qui reflète la violence de la critique orchestrée par Gli Sgommati . On peut dire pour le moins qu’il s’agit d’une émission qui ne se modère pas. C’est d’ailleurs ce que revendique Genero Calabrese, trouvant les Guignols de l’Info ʺdénués d’originalitéʺ et trop tendre envers la gauche française. Plus qu’un simple divertissement, le show italien doit bien ʺrefléter l’âme des personnages, qui ne transparaît pas dans notre réalitéʺ et révéler ce qu’ils n’ont pas le courage d’avouer. Ainsi, tous les moyens sont permis pour exorciser une frustration politique indéniable et grandissante.

Rire de tout ?

Apogée de la liberté d’expression, ce type d’émission n’a pas manqué de provoquer les débats. N’y-a-t-il aucune limite à la critique ? La différence entre l’info et l’humour est-elle suffisamment claire ? Et surtout, jusqu’à quel point les conséquences ne sont-elles que bénignes ?

Les Guignols de l’Info avaient été l’objet de quelques études destinés à répondre à ces interrogations. Ainsi, lors des présidentielles de 2007 en France, l’opinion des jeunes en particulier aurait été influencée de manière importante : près de 65% d’entre eux ont été touchés d’une manière ou d’une autre par les discours des marionnettes. Mais il est possible également qu’un tel public ait pris goût à la politique par le biais du show. Cette année, la version réduite de François Hollande a été modelée pour Gli Scommati et incarne certains excès progressistes aux yeux des Italiens. Bersani, s’adressant à lui, s’exclame en Français ʺJe suis l’Hollande d’Italie ! Le mariage homosexuel ? Oui !ʺ.

Le succès commercial de l’émission est certain, mais les avis restent partagés. Il faut reconnaître aux Sgommati une variété de formules humoristiques et une rare précision dans les expressions et les imitations. Mais ʺC’est trop exagéré pour y croire. Souvent, les dialogues manquent de finesseʺ,  déclare un jeune étudiant italien, quand une mère de famille confesse : ʺJe ne le conseillerais pas à mes enfants. La politique est perçue de manière détournée et parfois obscèneʺ.

Les quelques allusions à la France, dispersées dans le show, donnent une idée plus précise de l’humour acerbe de cette Commedia dell’arte moderne. Les francophiles peuvent ainsi sourire de la représentation de Carla Bruni, Nicolas Sarkozy ou encore François Hollande.

Camille de Foucauld (www.lepetitjournal.com/rome) Lundi 29 octobre 2012

 
Rome

ED RUSCHA – L'art de la détérioration

Jusqu’au 17 janvier 2015, la Gagosian Gallery expose les œuvres de l’artiste américain, Ed Ruscha. Partez à la découverte de sa peinture inclassable, de son univers singulier, où la détérioration est la ligne directrice. 

BANLIEUES – Le malaise italien

Le mois de novembre a été marqué par de fortes tensions à la périphérie de quelques grandes villes italiennes. L’agitation, amplement répercutée dans…
Actualité Italie

BANLIEUES – Le malaise italien

Le mois de novembre a été marqué par de fortes tensions à la périphérie de quelques grandes villes italiennes. L’agitation, amplement répercutée dans les médias, a été à son comble à Rome et à Milan. Autour de thèmes comme le droit au logement et l’immigration, c’est une véritable guerre des pauvres qui s’est révélée dans toute son ampleur aux yeux du grand public
A la une
France/Monde
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Partir pour mieux revenir

"Je me sens seul comme au milieu de l’océan". Je suis à l’autre bout du téléphone et je peux ressentir toute la détresse de Patrick, 40 ans. En quinze ans, il s’est construit l’une des plus belles réputations de décorateur en Espagne, les clients se battent littéralement pour avoir ses services, et pourtant il a cette terrible impression d’être arrivé en bout de course. "Je veux arriver à prendre un virage que je n’arrive pas à négocier seul. Ce virage est un nouveau challenge professionnel qui me redonnera l’envie de me lever le matin".
Expat - Politique

MARC VILLARD – "L’AFE doit se concentrer sur l’essentiel"

Marc Villard, premier président élu de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), a aujourd’hui la lourde tache d’élaborer les règles de fonctionnement de la nouvelle assemblée. En pleine réflexion sur les rôles de chacun au sein de l’institution, ses priorités n’en demeurent pas moins centrées sur les préoccupations au quotidien des Français de l’étranger
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.
Francophonie

POURIA AMIRSHAHI - Francophonie : le sursaut ou le déclin

"Le XVe sommet de la Francophonie qui s’ouvre est avant tout l’occasion de poser les jalons d’une nouvelle vision et, partant, d’une nouvelle orientation stratégique....", déclare dans un communiqué Pouria Amirshahi, Député de la Neuvième circonscription des Français de l’Étranger.

LANGUE FRANÇAISE – Le monde compte 274 millions de francophones

La francophonie progresse dans le monde. C’est la conclusion du second rapport quadriannuel de l’OIF sur l’usage de la langue française dans le monde, présenté au siège de l’organisation à Paris mercredi 5 novembre. En 4 ans, le nombre de francophones a augmenté de près de 25%. Le français est aujourd’hui la seconde langue la plus étudiée dans le monde. D’ici 2060, les francophones pourraient être 767 millions à travers le monde, ce qui constitue un formidable potentiel économique et culturel. Encore faut-il soutenir cette dynamique, prévient l’OIF.