A la fin du cycle obligatoire, la majorité des élèves brésiliens ne savent pas que 50% est égal à la moitié et sont incapables de trouver l’idée principale d’un texte. Ils ont pourtant passé 12 ans sur les bancs de l’école. C’est le très officiel Indice National de l’Education de Base (Ideb) qui l’affirme

La note moyenne de l’enseignement en 2009 a été de 3,6 sur 10, à peine 0,1 de plus que lors du précédent test, en 2007. Un raccourci saisissant de l’énorme goulot d’étranglement que doivent résorber les responsables de l’Education Nationale au Brésil.

Les indicateurs internationaux ne sont pas moins inquiétants. Le rapport Éducation pour tous de l’UNESCO, classe le Brésil au 88° rang mondial, bon dernier en Amérique du Sud, derrière le Paraguay, l'Équateur ou la Bolivie. "Le taux d’alphabétisation de base est satisfaisant, note le rapport, mais les choses se gâtent ensuite à cause du redoublement massif : 19% des élèves doublent l’année contre une moyenne de 4% pour l’ensemble de l’Amérique latine."

Piètre niveau et dégradation avec le temps

Les conséquences de ce piètre niveau de formation se reflètent sur le marché du travail qui manque cruellement de personnes formées et donc, correctement payées. "L’éducation explique 30 à 50% de l’inégalité de revenu au Brésil. Chaque année d’étude supplémentaire fait augmenter le salaire de 10%", note Merval Pereira, éditorialiste au Journal Globo.

Le journaliste risque une comparaison avec la Corée du Sud, un pays qui a misé sur la formation depuis une vingtaine d’années : dans la génération des 25-34 ans, 97% des coréens sont en possession d’un baccalauréat de fin d’études secondaires supérieures, leurs collègues brésiliens ne sont que 38% à l’avoir!

Pire encore, les choses se sont dégradées avec le temps. En 1960, le niveau scolaire des brésiliens était légèrement supérieur à celui des mexicains, en 2000, il avait pris 2,3 ans de retard. L’Inde avait en 1960 un niveau de scolarité inférieur à celui du Brésil, en 2000, le niveau indien était de 1,2 ans supérieur. Sans parler de la Corée du Sud avec qui l’écart s’est creusé de 6 ans depuis 1960 !

Rattrapages d'ici 2021 ?

Les autorités admettent mais affirment qu’elles ont commencé à renverser la tendance en universalisant l’accès à l’école (97% des enfants vont à l’école obligatoire) et en se dotant d’outils d’évaluations plus efficaces. « Dans les années 80, la politique était  d’investir en qualité pour peu de monde. Il y avait un indice de redoublement extrêmement élevé : 40% seulement de ceux qui entraient à l’école terminaient la 4° année. Quand on applique un politique qui refuse d’exclure les élèves du système, c’est normal que la moyenne chute, » explique Eunice Durham, ex-Secrétaire de l’Education, aujourd’hui professeur à l’Université de São Paulo. Le retard devrait être comblé d’ici 2021.

A voir… Car si le Brésil a universalisé l’accès à l’école, il n’a pas universalisé la conclusion du parcours éducatif. Abandons et redoublements continuent à être des plaies massives : en 2007, le taux de conclusion de l’enseignement obligatoire était de 60%, c’est 2 fois mieux que 10 ans auparavant, mais 40% d’échec à la fin du parcours, c’est encore insupportable en comparaison internationale. D’autant que la qualité de l’enseignement dispensé est elle aussi très mauvaise : selon les notes PISA de 2006, le Brésil se classe 54° en calcul et 49° en lecture contre respectivement 4° et 1° pour la Corée.

 
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
 Bleu Blanc Box

Caroline Gaujour et Bleu Blanc Box : un partenariat haut en couleur !

Si vous êtes lecteur de notre édition stambouliote, peut-être avez-vous déjà entendu parler de Caroline Gaujour ? L'illustratrice installée depuis maintenant plus de deux ans dans la capitale turque a lancé son blog "dessinsdexpat.com" ainsi qu'une bande dessinée où elle retrace en dessins et avec beaucoup d'humour la vie et la condition d'expatrié(e). Elle vient récemment de nouer un partenariat avec Bleu Blanc Box. Cliquez ici pour en savoir plus
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Investissement locatif : comment être efficace dans sa recherche de bien ?

La rentabilité d'un investissement locatif peut varier considérablement d'un bien à l'autre. Mieux vaut laisser l'élément affectif de côté au moment de choisir le bien dans lequel vous allez investir, pour se concentrer sur des critères vraiment déterminants et rentabiliser l'investissement.
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine
En direct de nos éditions locales