A la fin du cycle obligatoire, la majorité des élèves brésiliens ne savent pas que 50% est égal à la moitié et sont incapables de trouver l’idée principale d’un texte. Ils ont pourtant passé 12 ans sur les bancs de l’école. C’est le très officiel Indice National de l’Education de Base (Ideb) qui l’affirme

La note moyenne de l’enseignement en 2009 a été de 3,6 sur 10, à peine 0,1 de plus que lors du précédent test, en 2007. Un raccourci saisissant de l’énorme goulot d’étranglement que doivent résorber les responsables de l’Education Nationale au Brésil.

Les indicateurs internationaux ne sont pas moins inquiétants. Le rapport Éducation pour tous de l’UNESCO, classe le Brésil au 88° rang mondial, bon dernier en Amérique du Sud, derrière le Paraguay, l'Équateur ou la Bolivie. "Le taux d’alphabétisation de base est satisfaisant, note le rapport, mais les choses se gâtent ensuite à cause du redoublement massif : 19% des élèves doublent l’année contre une moyenne de 4% pour l’ensemble de l’Amérique latine."

Piètre niveau et dégradation avec le temps

Les conséquences de ce piètre niveau de formation se reflètent sur le marché du travail qui manque cruellement de personnes formées et donc, correctement payées. "L’éducation explique 30 à 50% de l’inégalité de revenu au Brésil. Chaque année d’étude supplémentaire fait augmenter le salaire de 10%", note Merval Pereira, éditorialiste au Journal Globo.

Le journaliste risque une comparaison avec la Corée du Sud, un pays qui a misé sur la formation depuis une vingtaine d’années : dans la génération des 25-34 ans, 97% des coréens sont en possession d’un baccalauréat de fin d’études secondaires supérieures, leurs collègues brésiliens ne sont que 38% à l’avoir!

Pire encore, les choses se sont dégradées avec le temps. En 1960, le niveau scolaire des brésiliens était légèrement supérieur à celui des mexicains, en 2000, il avait pris 2,3 ans de retard. L’Inde avait en 1960 un niveau de scolarité inférieur à celui du Brésil, en 2000, le niveau indien était de 1,2 ans supérieur. Sans parler de la Corée du Sud avec qui l’écart s’est creusé de 6 ans depuis 1960 !

Rattrapages d'ici 2021 ?

Les autorités admettent mais affirment qu’elles ont commencé à renverser la tendance en universalisant l’accès à l’école (97% des enfants vont à l’école obligatoire) et en se dotant d’outils d’évaluations plus efficaces. « Dans les années 80, la politique était  d’investir en qualité pour peu de monde. Il y avait un indice de redoublement extrêmement élevé : 40% seulement de ceux qui entraient à l’école terminaient la 4° année. Quand on applique un politique qui refuse d’exclure les élèves du système, c’est normal que la moyenne chute, » explique Eunice Durham, ex-Secrétaire de l’Education, aujourd’hui professeur à l’Université de São Paulo. Le retard devrait être comblé d’ici 2021.

A voir… Car si le Brésil a universalisé l’accès à l’école, il n’a pas universalisé la conclusion du parcours éducatif. Abandons et redoublements continuent à être des plaies massives : en 2007, le taux de conclusion de l’enseignement obligatoire était de 60%, c’est 2 fois mieux que 10 ans auparavant, mais 40% d’échec à la fin du parcours, c’est encore insupportable en comparaison internationale. D’autant que la qualité de l’enseignement dispensé est elle aussi très mauvaise : selon les notes PISA de 2006, le Brésil se classe 54° en calcul et 49° en lecture contre respectivement 4° et 1° pour la Corée.

 
Une internationale
 Trophées des Français de l'étranger 2017
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Grande enquête les expatriés et l'immobilier

Participez à la grande enquête : les expatriés et l'immobilier ! Du 17 au 30 mars 2017, Investissement-locatif.com, le spécialiste de l'investissement des expatriés vous donne la parole : 1min30 pour ce sondage et un guide offert pour vous remercier. Les résultats seront partagés en avril. À vos réponses ! ;)

10 astuces déménagement

ags
Logement, emploi, scolarisation des enfants... Un déménagement implique de nombreux changements. Afin de bien préparer votre déménagement et votre relocation, AGS Déménagements Internationaux vous fait partager ses 10 conseils pratiques.
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

CAMBODGE – Le français plus qu’une passion, une tradition royale

Le temps d’une rencontre, le Prince Tesso Sisowath du Cambodge a partagé avec Lepetitjournal.com sa passion, son attachement pour la langue française et nous a parlé de la place qu’elle occupe, au fil des générations, au sein de la famille royale. Il est lui-même très investi dans le rayonnement de la francophonie.
Magazine
En direct de nos éditions locales
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire