D'après le maire de Rio, Eduardo Paes, la ville voudrait tenter de reprendre de Grand Prix du Brésil qui a jusqu'à maintenant lieu à São Paulo 

formule1Eduardo Paes, maire de Rio de Janeiro, continue à chercher à attirer de grands événements vers sa ville. Ainsi tente-t-il de convaincre le patron de la Formule 1, Bernie Ecclestone, d'accepter l'organisation de deux courses dans le pays, et se dit prêt à disputer, si nécessaire, la place au circuit d’Interlagos à São Paulo. Il a notamment déclaré : "Attention, São Paulo, on va vous piquer la Formule 1 !"

L’histoire de la Formule 1 au Brésil commence en 1972 sur le circuit  d'Interlagos, connu aujourd’hui comme Autodrome Jose Carlos Pace. L’Argentin Carlos Reutemann, gagne la course, mais le Grand Prix attend l’année suivante pour être inscrit au calendrier officiel, quand le pilote brésilien Emerson Fittipaldi est sacré champion. En 1978, le circuit de Jacarepagua à Rio, baptisé ensuite Autodrome Nelson Piquet, reçoit pour la première fois le GP du Brésil. Puis Interlagos reprend le flambeau. Mais entre 1981 et 1989, les courses reviennent à Rio, avant de retourner définitivement à São Paulo.

La France et le Brésil, grands champions du circuit
Alain Prost a remporté six fois le GP du Brésil (1982,1984, 1985, 1987, 1988 et 1990), et les Brésiliens Emerson Fittipaldi, Nelson Piquet, Ayrton Senna et Felipe Massa l'ont gagné deux fois chacun.

Le contrat de l’autodrome de São Paulo avec Formula One Management d’Ecclestone expire en 2015, ce qui laisse tout juste le temps à Rio de construire son nouveau circuit…

PB (www.lepetitjournal.com - Brésil) jeudi 15 novembre 2012

 
Une internationale

Jacques et Bernadette Chirac, plus d'un demi-siècle à l'épreuve du pouvoir

"Le jour où Napoléon a abandonné Joséphine, il a tout perdu": cette mise en garde de Bernadette fut entendue. Jacques Chirac et son épouse, 83 ans, tous deux hospitalisés à Paris, forment le couple présidentiel le plus politique de la Ve République, résultat de plus d'un demi-siècle de conquête et d'exercice du pouvoir. 
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

3 bonnes raisons d’investir dans l’immobilier locatif en France

L’immobilier est le support d’investissement préféré des français, et les expatriés y sont également très attachés. Mais quand et comment investir dans l’immobilier locatif en France ? Réponse avec les 3 conseils de Mickael Zonta, Président de la société Investissement-Locatif.com, leader de l’investissement locatif à Paris et en Île de France.
Expat
Expat - Emploi

FEMMEXPAT - Des outils exclusifs pour un retour en France réussi!

Le retour est rarement le moment le plus facile d'une expatriation. En plus du décalage entre votre vie d'expatrié et votre vie en France, vous prenez conscience de l'écart qui s'est creusé entre votre vie avant l'expatriation et votre vie après votre retour... Expat Communication, l'éditeur de FemmExpat, vous propose quatre pistes pour faciliter ce retour !

ALEXANDRE LE BEUAN - La passion du voyage et de l'entreprenariat

Fasciné par les voyages et notamment l'Asie, Alexandre Le Beuan a fondé sa propre agence de voyage, Shanti Travel, en 2005, dans l'un des pays qui l’inspirent le plus, l'Inde. Onze ans plus tard, la société est présente dans 14 pays d'Asie, emploie près de 100 salariés, et a accompagné plus de 35.000 voyageurs.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales