Les temps sont durs pour l’Etat de Rio de Janeiro… Après les annonces d’augmentation conséquentes de l’IPTU, ainsi que du prix de l’électricité, la nouvelle de la répartition des royalties du pétrole n’a pas de quoi réjouir

Après les annonces sur l’augmentation de 30% de l’IPTU (impôts locaux), la hausse de 12,27% des tarifs déjà prohibitifs de l'électricité, l’Etat de Rio, comme ceux de Sao Paulo et de l’Espírito Santo, risque d’être contraint à partager avec tous les Etats de l’Union les royalties de l’industrie pétrolière. Le Sénat et la Chambre des Députés ont voté mardi en faveur d'une répartition plus égalitaire, et si la Présidente Dilma Rousseff signe la loi, ces Etats risquent de perdre jusqu'à 4 milliards de dollars à partir de l'année prochaine.

La Chambre des Députés a rejeté une proposition préalable qui réservait à l’éducation une partie de ces fonds. Le gouverneur de Rio, Sérgio Cabral, soutient qu’il serait impossible de réaliser la Coupe du Monde de 2014 et les Jeux Olympiques de 2016 sans cet apport.

Une répartition lésant les régions productrices
Avec 80% des réserves de pétrole dans leurs eaux territoriales, les Etats de Rio de Janeiro et de l’Espírito Santo passeraient, dès 2013, de 26,25% des parts de revenus à 20%. Ce sont les municipalités productrices qui subiraient les plus lourds préjudices, passant de 26,2 à 17% des royalties en 2013, pour arriver à 4%, en 2020.

La part des municipalités affectées négativement par l’exploitation pétrolière passerait de 8,75% à 2%. Les Etats et municipalités qui ne produisent pas de pétrole verraient au contraire leur part augmenter graduellement de 8,75% à 40% d’ici 2020, le tout aboutissant à une répartition à peu près égale entre les Etats et municipalités producteurs, lésés, et ceux n'ayant rien à voir avec l'exploitation pétrolière.

Les états concernés considèrent de ce fait qu'une telle décision constituerait une rupture de contrat, et comptent sur la présidente pour s'y opposer.

A noter que ce partage ne concernerait pas les compagnies pétrolières, à l'égard desquelles le paiement des royalties resterait inchangé, mais cette décision, si elle devait être appliquée, pourrait affecter le calendrier des enchères des blocs d’exploitation du pré-sal.



PB (www.lepetitjournal.com - Brésil) jeudi 8 novembre 2012

 

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine