Rio de Janeiro

FOOTBALL - Flamengo, Fluminense, Vasco, Botafogo… Choisissez votre équipe carioca !

Tout Carioca qui se respecte affirme son identité par son amour pour son quartier, son école de samba… et pour son club de foot favori. Chez les Brésiliens, la passion se transmet de père en fils. Lepetitjournal.com a concocté pour vous un petit guide du supporter, histoire d’avoir tous les éléments pour choisir son équipe de cœur alors que le championnat carioca débute ce week-end.

Flamengo

La "maior torcida do mundo"/ photo LW

C’est l’équipe populaire par excellence. A l’image de l’Olympique de Marseille en France, leurs supporters dépassent largement le cadre de Rio et sont présents en masse dans tout le pays. Sauf qu’à l’échelle du Brésil, on ne compte pas en centaines de milliers mais plutôt en millions. Les flamenguistas sont connus pour leur passion sans limite, que les mauvaises langues associent à une mauvaise foi légendaire. Ces dernières années, Flamengo vivotait sans éclat dans le Brasileirão, mais le club a enfin relevé la tête, terminant 3e de la saison passée. Ils ont ainsi regagné la confiance de leurs supporters et joueront la Copa Libertadores cette année.

Couleurs : rouge et noir

Titres de champion national : 1980, 1982, 1983, 1992 et 2009.

Joueur de légende : Zico

Meilleur joueur actuel : Diego

Chant de base des supporters : Meeengoooooooo !


Fluminense
Eternel rival de Flamengo, Fluminense est au contraire soutenu en majorité par la bougeoisie carioca. On surnomme même l’équipe de "Po de arroz", du temps où certains joueurs de couleur devaient, selon la légende, se grimer avec de la poudre de riz pour évoluer sur le terrain. Les supporters de Fluminense sont sans aucun doute parmi les plus fidèles du Brésil. Ils soutiennent leur équipe même dans les situations les plus difficiles, comme en 1998, où le club a évolué en troisième division. Après une descente aux enfers en 2013 et une relégation évitée grâce à une sanction administrative concernant Portuguesa, le club est depuis revenu sur le devant de la scène en 2014 avant deux dernières saisons très moyennes - ils ont terminé successivement 14e et 13e.

Couleurs : Vert, blanc et grenat

Titres de champion national : 1970, 1984, 2010 et 2012.

Joueurs de légende : Rivelino

Meilleur joueur actuel : Gustavo Scarpa

Chant de base des supporters : Neeeenseeeeeeeeee !

Vasco
Son nom a été choisi en hommage au célèbre navigateur portugais Vasco da Gama. Dès lors, Vasco est l’équipe préférée de la colonie lusitanienne de Rio. Contrairement aux trois autres équipes, elle est la seule à continuer à évoluer dans un stade entièrement à elle, le vétuste São Januario, où l’on a malheureusement déploré de nombreux accidents. En grande difficulté ces dernières saisons, le club n'a pu éviter une nouvelle descente en Série B en 2015 alors qu'il en revenait et ce en dépit du renfort de l'ancien du PSG Nenê. Cette année, ils sont de retour dans l'élite, mais pour reprendre l'ascenseur ? 

Couleurs : blanc et noir (le maillot blanc est barré d’une rayure horizontale et l’écusson est orné de la croix de Malte)

Titres de champion national : 1974, 1989, 1997 et 2000

Joueurs de légende : Romario

Meilleur joueur actuel : Nenê

Chant de base des supporters : Vaaaascoooooooooooo !

Les supporters de Botafogo / photo A. Remen

Botafogo
Les supporters botafoguenses sont beaucoup moins acharnés que les autres. Calmes, fair-play, ils sont vus avec une certaines sympathie, à moins que ce ne soit de la condescendance, par leurs rivaux. Souvent fins connaisseurs, ils apprécient le football de qualité, comme celui pratiqué par les grands joueurs qui ont porté le maillot rayé blanc et noir, à l’image de l’immense Garrincha dans les années 1960. Relégué en Série B en 2014, Botafogo était de retour en Série A l'an dernier, regagnant nettement la confiance de ses "torcedores" grâce à une saison tonitruante les voyant terminer à la 5e place, glanant une place en Copa Libertadores par la même occasion. Cette année, les supporters noir et blanc seront d'autant plus heureux de retrouver leur stade, l'Engenhão, qui plus est rénové pour les jeux Olympiques de 2016.

Couleurs : rouge et noir

Titres de champion national : 1968 et 1995.

Joueur de légende : Garrincha

Meilleur joueur actuel : Camilo

Chant de base des supporters : Fooooogooooooooooooo !

Alors à vous de jouer ! Quel sera votre maillot ?

Louis GENOT avec CC (www.lepetitjournal.com - Brésil) Rediffusion actualisée

 
A la Une
Actualité Brésil
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Montréal - Actualité

Les gens les plus chanceux du Canada

La chance, ça va, ça vient pensez-vous ? Mais il existe quand même des personnes plus chanceuses que d’autres, n’est-ce pas ? Quoi que vous…
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine