Rio de Janeiro

JEUX PARALYMPIQUES - Le bilan d’Emmanuelle Assmann

Quelques heures avant la cérémonie de clôture, la présidente du comité paralympique et sportif français (CPSF), ancienne médaillée paralympique d’escrime, a tiré les conclusions dimanche de ces Jeux quant à sa délégation. Si elle a voulu positiver avant tout, le bilan reste mitigé.

A l’heure de tirer les conclusions de ces jeux Paralympiques côté français, on peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. Emmanuelle Assmann, elle, préfère évidemment la seconde option, même si elle n’a pas non plus évité dimanche les points sensibles de cette campagne carioca.

Le positif d’abord. Se qualifiant d’entrée de conférence de presse de "présidente heureuse", la présidente du CPSF a estimé que sa délégation avait rempli l’objectif fixé par le ministre de la Ville, de la jeunesse et des sports, Patrick Kanner, à savoir "se rapprocher du top 10", qui n’a plus été atteint par la France depuis 2004 à Athènes, Jeux durant lesquels Emmanuelle Assmann avait d’ailleurs obtenu sa seule médaille paralympique (bronze) en épée par équipes.

Même classement qu’en 2008
La France termine en effet 12e, soit l’équivalent de Pékin (2008) et une meilleure place que les derniers Jeux de Londres (16e place). Les athlètes paralympiques français ont également remporté une médaille d’or supplémentaire par rapport à 2012 (neuf au total). Emmanuelle Assmann a relevé par ailleurs un taux de 70% de finalistes français.

"On peut être fier, on a su entourer les leaders et ils ont été là où on les attendait", a souligné la présidente du CPSF, saluant aussi les "belles surprises" comme la médaille d’or de l’équipe masculine d’épée. Emmanuelle Assmann a également loué ces Jeux de manière globale, de l’organisation au village paralympique en passant par la chaleur des Brésiliens et la présence des supporters, qui confirme "la valorisation et la reconnaissance de la performance des athlètes paralympiques".

Plus faible total de médailles depuis 1964
Mais toutes ces bonnes choses ne peuvent masquer quelques déceptions et interrogations. Pour une fois, le référent or pour le classement général fait les affaires des Français puisque si on regarde le total des médailles - 28, c’est le plus faible depuis 1964 ! Il était de 45 aux derniers Jeux avec, donc, seulement une médaille d’or en moins. Emmanuelle Assmann a pointé du doigt les "petites déceptions" qu’ont été l’argent de Souhad Ghazouani en haltérophilie et l’absence de médaille tout court du sprinteur Timothée Adolphe, ainsi que ces 14 athlètes ayant terminé 4e.

Mais la présidente du CPSF estime que ce faible rendement général n’est pas non plus une surprise compte tenu du resserrement de la délégation. Comme l’avait expliqué au Petitjournal.com le chef de mission de l’équipe de France paralympique pour ces Jeux, Jean-Claude Druvert, les Français ont décidé, après la déception londonienne, de changer leur stratégie et de faire comme d’autres pays en concentrant leurs efforts sur certains sports phares plutôt que de s’éparpiller sur tous. Pour la France, des pôles d’excellence ont ainsi été créés pour l’athlétisme, la natation et le tennis de table, trois sports qui ont en effet été les chefs de file concernant les médailles à Rio (neuf pour l’athlétisme, trois pour la natation et cinq pour le tennis de table).

"On a aussi pas mal de jeunes et cela prend du temps de les préparer", observe Emmanuelle Assmann. Alors, pour ce qui est des Jeux d’été, cap désormais sur Tokyo et surtout sur 2024 si la candidature de Paris l’emporte. L’ancienne escrimeuse y croit dur comme fer, satisfaite de la stratégie adoptée par le comité organisateur : "On sent qu’ils comprennent que le paralympique est un atout et non pas simplement une obligation, on a notre mot à dire". Et cela permettrait à la délégation paralympique française, comme toute délégation accueillant les Jeux, de "profiter de cet accélérateur de changement avec une vision et un investissement".

Corentin CHAUVEL (www.lepetitjournal.com - Brésil) lundi 19 septembre 2016

Les dernières médailles françaises

Après la folle journée de jeudi et ses sept médailles françaises, vendredi a été plus calme avec le bronze pour l'équipe de fleuret masculine. Samedi a été le dernier jour où les Français ont décroché des médailles et il a été beau : médaille d'or pour Nantenin Keita sur 400 m (T13), Damien Seguin en voile (2.4) et l'équipe masculine de tennis de table (classes 1 et 2), et médaille d'argent pour David Smétanine sur 50 m nage libre (S4). 

A noter par ailleurs que si le Brésil a battu son record total de médailles lors des jeux Paralympiques (72), il n'a pas réussi à atteindre son objectif de terminer dans le top 5 (8e). Il finit un rang au-dessous de Londres avec sept médailles d'or en moins. 

 
A la Une
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine