Rio de Janeiro

AQUARIO - L’aquarium de Rio, pour emmener ses enfants sous l’océan

Ouvert en novembre dernier, l’AquaRio constitue une attraction de plus au sein du quartier rénové de Porto Maravilha. Le lieu, qui a piqué à son homologue de São Paulo le titre de plus grand aquarium d’Amérique du Sud, comblera à coup sûr les enfants, sans doute un peu moins les parents. Lepetitjournal.com l’a testé pour vous.

Jusqu’en novembre dernier, Rio ne comptait pour aquarium que l’étonnant petit édifice en roche se trouvant au cœur du parc Lage et ne comptant que quelques espèces locales. Paradoxalement, le plus grand aquarium du Brésil et même d’Amérique du Sud se trouvait à São Paulo, ville bien moins maritime. Le manque a ainsi été comblé avec l’AquaRio, qui récupère le titre national et continental au passage et a ajouté une attraction de plus à Porto Maravilha, ce quartier rénové aux côtés du Centro.

Ce nouveau lieu, implanté au sein du joli bâtiment de l’ancienne Companhia brasileira de armazenamento, est situé au bout du "boulevard olympique", qui débute à la praça XV et longe la baie, passant notamment par la praça Maua et ses deux musées (MAR et museu do Amanhã), et peut donc conclure une balade sympa en famille (il dispose d’une station de tramway pour les plus pressés).

Prix salés
Si les chiffres donnent le tournis – 3.000 animaux marins, 300 espèces, 28 bassins, 4,5 millions de litres d’eau, l’on n’en ressort pas non plus si impressionné que cela et nous allons nous expliquer. D’abord, une fois l’entrée franchie et la rencontre faite avec le squelette massif d’une baleine qui survole les têtes et chante dans les oreilles, on constate que le prix de la visite est aussi salé que l’eau de mer : 80 reais (mais 60 reais si l’on vit ou est né dans l’Etat de Rio de Janeiro, 40 reais pour le demi-tarif pour les 3-21 ans et plus de 60 ans, ainsi que les étudiants) – il existe aussi des passeports annuels.

Le circuit débute au 2e étage. On peut opter pour l’exposition temporaire (actuellement sur l’environnement) ou plonger directement voir les poissons avec de premiers aquariums accueillant notamment des crustacés et des espèces pas des plus commodes (anguilles, poisson-pierre…). Un bon point : les aquariums sont plutôt grands, avec des vitres allant souvent assez bas, idéales pour les enfants.

Les tableaux explicatifs sont en trois langues (portugais, anglais, espagnol), mais en dehors de cela, les couloirs sont sombres et dénués de toute décoration en dehors d’écrans plasma proposant un aquarium… virtuel (où l’on peut y suivre son poisson préalablement créé pour 25 reais). Si l’obscurité est compréhensible pour mieux voir les bébêtes, un petit effort sur la déco n’aurait pas été de trop. De temps à autre, on retrouve des cabines avec des attractions interactives.

Nemo et Dory au rendez-vous
Plus on avance, plus les poissons se colorent et se diversifient (tout en restant en général bien petits). Avant d’arriver à l’aquarium préféré des enfants – celui avec Nemo et Dory, on passe sous un premier bassin rond dont la structure permet de se retrouver au milieu de celui-ci dans une sorte de bulle – les plus grands et/ou âgés auront du mal à se faufiler dans l’ouverture située au sol.

Le clou du spectacle est le gigantesque bassin final, ses divers poissons plus imposants, ses raies virevoltantes et ses (gentils) requins placides. On tourne tout autour avant de passer dessous via un tunnel dans lequel il sera d’ailleurs bientôt possible de dormir ! Le fond marin est en revanche là encore assez tristounet alors que dans d’autres aquariums précédents, il est parfois même trop artificiel (trop coloré). A noter qu’il sera également possible dans les mois à venir d’y plonger.

Une fin de circuit fournie
Le circuit se termine par des bassins dans lesquels circulent des poissons qu’il est possible de toucher (non accessibles les week-ends et jours fériés), un "musée du surf" proposant la collection de photos et de planches du surfeur brésilien Rico de Souza ainsi qu’un "musée des sciences", à savoir une exposition de coquillages divers et variés, avant de finir par la grande et très fournie boutique de souvenirs. Pour se restaurer, retour à l’entrée avec plusieurs stands variés.

L’AquaRio est assurément un bel endroit, qui ravira les enfants, mais manque quelque peu de perspectives pour les adultes. Un circuit thématique ou géographique aurait été intéressant par exemple – il n’y a d’ailleurs pas d’aquariums consacrés aux poissons d’eau douce du Brésil, contrairement à celui de São Paulo. Si l’absence de plus "gros" poissons, elle, est déjà plus compréhensible, il en résulte au final un lieu quelque peu impersonnel qui ne comporte pas véritablement de spécificités par rapport à ses homologues d’autres grandes villes du monde.  

Corentin CHAUVEL (www.lepetitjournal.com - Brésil) vendredi 10 mars 2017

Infos pratiques

AquaRio

Via Binário do porto, 194 - Gambôa

Ouvert tous les jours de 10h à 18h

http://www.aquariomarinhodorio.com.br/

 
A la Une

ESCAPADE - Un week-end à Penedo

Penedo est un petit village – en réalité un quartier de la ville d’Itatiaia – situé au pied des montages du parc national d’Itatiaia, à l’extrême…
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

CAMBODGE – Le français plus qu’une passion, une tradition royale

Le temps d’une rencontre, le Prince Tesso Sisowath du Cambodge a partagé avec Lepetitjournal.com sa passion, son attachement pour la langue française et nous a parlé de la place qu’elle occupe, au fil des générations, au sein de la famille royale. Il est lui-même très investi dans le rayonnement de la francophonie.
Magazine
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire