Rio de Janeiro

STREET ART - Les droits de l’homme inscrits sur les murs de Rio

Le maire de Rio, Marcelo Crivella, et l’ambassadeur de France au Brésil, Laurent Bili, ont inauguré jeudi dernier à Porto Maravilha des fresques illustrant les droits de l’homme à travers une relecture des œuvres du peintre français Jean-Baptiste Debret par six graffeurs cariocas et les enfants d’écoles publiques de la ville. L’aboutissement d’un projet mené par l’association Inscrire de l’artiste Françoise Schein et du producteur culturel Philippe Nothomb, tous deux originaires de Belgique. Lepetitjournal.com était sur place.

Une foule importante était présente jeudi dernier dans la zone portuaire de Rio, sur le récent "Boulevard Olympique" qui mène de la praça Maua à l’AquaRio afin d’admirer la grande fresque inspirée des œuvres du peintre français Jean-Baptiste Debret (1768-1848) et réalisée par six graffeurs cariocas dont l’objectif est d’attirer l’attention sur la question des droits de l’homme.

Entre les graffitis représentant notamment des esclaves sont exposés des carreaux de céramique peints à la main par les enfants de six écoles de quartier populaires de la ville, représentant leur vision des droits de l'homme.

Inscrire les droits fondamentaux dans 1.001 écoles de Rio
Cette œuvre collective, inaugurée par le maire de Rio, Marcelo Crivella, et l’ambassadeur de France au Brésil, Laurent Bili, est l’aboutissement d’un projet mené depuis quatre ans par deux Belges : l’artiste Françoise Schein et le producteur culturel Philippe Nothomb. La première est notamment connue pour sa diffusion à travers le monde, et notamment dans la station de métro Concorde à Paris, de la déclaration des droits de l’homme de 1789 sur des céramiques peintes.

C’est avec le second qu’elle a eu l’initiative, via son association Inscrire, de poursuivre ce travail dans les écoles publiques de Rio et plus particulièrement celles situées dans les quartiers les plus difficiles de la zone nord et ouest de la ville, aidés d’un juge brésilien spécialisé dans les droits de l’enfant. Avec ce projet, intitulé "Inscrire les droits fondamentaux dans 1.001 écoles de Rio de Janeiro", qui implique les professeurs de diverses disciplines, les élèves sont ainsi concrètement incités à dessiner leur vision des droits de l’homme sur une fresque en céramique qui est ensuite installée dans l’établissement. A l’heure actuelle, une vingtaine d’écoles ont participé au projet.

L’inspiration Debret
En débarquant dans la zone portuaire rénovée de Rio, le projet a pris de l’ampleur dans son message et sa retranscription. "Il m’est apparu nécessaire et utile de parler du présent, tout en revisitant l’histoire du Brésil. Et pour accorder cette idée avec la production même de l’œuvre, j’ai souhaité présenter le travail du fameux peintre français du 18e siècle au travers d’une revisitation par six graffeurs cariocas - Gil, Afa, Lya, Ral, Aira et Meton – afin qu’ils nous montrent avec leur propres talent et lecture de ce passé, et de manière monumentale, la grande qualité du travail de Debret", explique Françoise Schein dans un texte publié sur le site du consulat général de France à Rio.

"Juxtaposer les droits humains et la situation des esclaves au temps de Debret, se veut être un regard aiguisé sur le monde contemporain", ajoute l’artiste auteure à Rio du grand panneau "Copacabana" de 200 mètres carré à la station de métro Siqueira Campos, de la place bleu et vert à l’entrée de Vidigal et d’une trentaine d’œuvres disséminées dans toute la ville allant du Parque da Cidade à Campo Grande, Bangu à Caju, et du Centro à Maria de Graça. "L'esclavage n'est plus en vigueur, mais on sent encore son poids sur toute la nation, où des gens pensent toujours qu'ils ont droit de maltraiter les autres en les considérant inférieurs", a renchéri lors de l’inauguration Lya Alves, l'une des graffeuses invitées et qui a d’ailleurs remporté un prix offert par le consulat général de France.

Objectif Brésil
Les deux initiateurs belges sont particulièrement heureux d’avoir pu inscrire ce travail dans l’un des nouveaux lieux touristiques de Rio. "Au départ, il aurait dû être installé à la station de métro Maria da Graça (zone nord) car c’est la spécialité au départ de Françoise Schein", explique au Petitjournal.com Philippe Nothomb. C’est en décembre que le projet change d’adresse et obtient 30 mètres de murs non classés de ces anciens entrepôts du port de la ville. "C’est comme un livre ouvert, les passants s’y arrêtent, se posent des questions et prennent des selfies devant", observe-t-il.

Enchanté par l’enthousiasme présent lors de l’inauguration, Philippe Nothomb a été touché par le soutien des autorités françaises à Rio, qui lui ouvre aujourd’hui toujours plus de portes à Rio, son agglomération et même plus. "Nous comptons toucher un jour le Brésil entier avec cette idée et d’autres histoires", conclut-il.

Corentin CHAUVEL avec Mareeva SIBERT (www.lepetitjournal.com - Brésil) mercredi 15 mars 2017

 
A la Une

NEYMAR – A deux pas du PSG

Neymar Jr. C’est LE feuilleton de l’été qui agite le mercato et toute la planète football. Selon les informations de la presse catalane révélées hier soir, l’attaquant du FC Barcelone Neymar devrait rejoindre le Paris Saint-Germain.
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine