Rio de Janeiro

HOTELLERIE - Mama Shelter s’implante à Rio

C’est le long des rails du tramway du très branché quartier de Santa Teresa, au détour d’une petite rue nichée en hauteur surplombant Rio, que vient d’ouvrir fin septembre le premier Mama Shelter sud-américain. Lepetitjournal.com est allé y faire un tour.

Bien loin des standards bétonnés des traditionnels Hilton, Sheraton ou Pestana implantés tout le long du front de mer, Mama Shelter Rio joue la carte de la différence. L’enseigne, détenue à 35% par Accor Hotels, a choisi le très convoité quartier de Santa Teresa, à l’image bohème et plébiscité par les Français.

Loin de l’agitation carioca et avec une vue imprenable sur la ville, et à quelques encablures du Centro, le nouveau Mama Shelter dispose de 55 chambres à prix raisonnables (comptez environ 80 euros par nuit pour une chambre double standard), en attendant l’ouverture prochaine du restaurant-bistrot où aura lieu la prochaine "Conexao Carioca" de la Chambre de commerce France-Brésil le 8 novembre.

6e Mama Shelter au monde
Il s'agit du sixième établissement Mama Shelter, après Paris, Bordeaux, Lyon, Marseille, Los Angeles et bientôt Lille. Il a été designé par une cellule interne de l'enseigne, dirigée par Jalil Amor.

Cofondée par Philippe Starck, cette marque encore inconnue en Amérique latine compte bien conquérir de nouveaux marchés et de nouvelles villes. Objectif : fidéliser une clientèle française déjà familière tout en se faisant un nom et s’imposer comme un établissement bohème-chic aux yeux des touristes du monde entier.

Le quartier de Santa Teresa, aux allures de Montmartre, privilégié des artistes, compte déjà de nombreuses pousadas ouvertes par des Français venus s’installer et tenter leur chance à Rio. Dans la jungle concurrentielle des hôtels, en voilà un de plus dont on n’a pas fini d’entendre parler.

Corentin DURRLEMAN (www.lepetitjournal.com - Brésil) jeudi 27 octobre 2016

Infos pratiques

Mama Shelter Rio de Janeiro Santa Teresa

Rua Paschoal Carlos Magno, 5 – Santa Teresa

Chambres à partir de 300 reais HT (double standard)

 
A la Une
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine