REPUBLIQUE DOMINICAINE ET HAITI - Deux pays, qui sont toujours les ailes d’un même oiseau.

 

 

 

Selon un communiqué de la présidence dominicaine, les sinistres du Sud d’Haïti, recevront 80 mille rations alimentaires, consistant en vivres frais et en plats chauds. La distribution est effectuée par les ‘’ Comedores Economicos’’, dotés de cuisines mobiles qui servent pour ce genre de situation. L’administrateur de cet organisme, Nicolas Calderon, achemina les aliments par la voie maritime à bord de l’Orion 109, une frégate de la Marine dominicaine. Le petitjournal.com a appris qu’une équipe dominicaine, aidée de membres de la police haïtienne, ont pu avec l’aide de leurs nombreux équipements, procéder au déblayage et au nettoyage de la ville des Cayes.

Le bureau de la présidence dominicaine a fait savoir que le président d’Haïti, Jocelerme Privert,  a remercié le gouvernement dominicain pour cette aide offerte au peuple haïtien. Il a en outre tenu à manifeste sa reconnaissance personnellement au président Medina. Il a aussi appelé le chancelier dominicain Miguel Vargas, à qui, il affirma qu’il fera toujours appel à la République Dominicaine pour le peuple haïtien. Toujours je le ferai insista t-il. Il a réitérer sa conviction qu’il pourrait toujours compter sur le peuple dominicain qui n’a jamais marchandé son aide, en faisant allusion au tremblement de terre de 2010.  

Pour comprendre l’insistance du président haïtien, il faut savoir que deux jours avant deux sénateurs haïtiens, par excès de nationalisme primaire, ont refusé d’accepter la présence sur le sol haïtien de quelques membres des forces armées dominicaines venus accompagner la caravane de leur pays, constituée de plus de 500 véhicules. Cette caravane venant par la voie terrestre était très visible et très médiatisé, différemment de l’aide d’autres pays, accompagnée aussi de militaires, qui sont arrivés en Haïti par avions ou par bateaux.

A une conférence de presse juste avant que Ban Ki Moon, Secrétaire Général des Nations Unies, ne retourne à New York, après sa visite de soutien à Haïti après le passage de l’ouragan Matthew, le président Privert, très en colère a déclaré :

«Quand le gouvernement dominicain met à notre disposition des équipements qui coutent des millions de dollars, faut-il les abandonner pour être pillés, comme on vient de le faire pour le camions du Programme alimentaire mondial. La République dominicaine n’a-t-elle pas le droit de protéger les équipements qu’elle met à notre disposition ? ».

 « Aujourd’hui, nous avons une institution relevant du ministère des Travaux publics du nom de Centre national des équipements (CNE) qui a couté des millions de dollars à l’Etat haïtien. Tous ces équipements se trouvent chez certaines personnalités politiques. Tous les équipements du CNE sont abandonnés aux Gonaïves, à Côte-de-fer et à Camp-Perrin. L’Etat haïtien est privé de ses moyens de rendre les routes accessibles, pour porter assistance aux victimes », dénonce le président provisoire ».

https://www.youtube.com/watch?v=Td3DUNgrRkw

 « Les présidents des deux Chambres du parlement haïtien étaient présents au moment des pourparlers avec le président dominicain, Danilo Medina.  Dimanche dernier, quand le président Danilo Medina m’a annoncé qu’il viendra nous faire une visite de solidarité, j’avais invité des membres du gouvernement, des hommes d’affaires, les deux présidents des deux Chambres du parlement et ils étaient tous là lors des pourparlers», a-t-il indiqué devant les médias.  

« Ma rencontre avec le président Medina s’est tenue en présence des deux présidents des deux Chambres et les deux ont eu aussi à intervenir dans les discussions lors des échanges que j’ai eues avec le président Medina. Sa seule question était comment il peut nous aider à faire face à la situation ? De quoi a-t-on besoin ?»     

« Lorsqu’un pays frère, un pays voisin me demande s’il peut nous aider à réparer nos routes, devrais-je dire non ? Pour laisser des milliers de personnes mourir de faim parce que nous ne pouvons pas acheminer de l’aide ?  C’est ça la réalité. »

« Le bateau colombien qui nous permet grâce à son hélicoptère d’apporter l’aide dans les endroits les plus reculés est piloté par des militaires, est ce que ça dérange ? La bateau vénézuélien qui est dans la rade de Port-au-Prince avec 450 tonnes d’équipements des travaux publics et 50 tonnes de tôles pour recouvrir les maisons avec à son bord des camions, 6 mille matelas, 20 tonnes de carburants pour alimenter les camions, tout est piloté par des militaires vénézuéliens. Est-ce que ça dérange quelqu’un ? »

Quand à l’ancien président dominicain, Hipolito Mejia,  comme à son habitude, il a  manqué de « fair play » oubliant ses paroles à savoir qu’Haïti et la République Dominicaine étaient les ailes d’un même oiseau. Il s’est étonné que les parlementaires haïtiens aient  boudé l`aide humanitaire apportée par les Dominicains, et confondant deux sénateurs à tout un peuple, déclara que le gouvernement haïtien n’avait qu’à renvoyer l’aide, ajoutant que ces aliments pourraient être distribués aux nécessiteux de la République dominicaine dans des zones de Vicente Noble et autres. Il a omis, bien entendu, de préciser que le gouvernement de Medina s’était déjà occupé des siens.

(www.lepetijournal.com/republique-dominicaine), Mardi 18 octobre 2016

 
A la Une

COMMEMORATION : La Guerre de Restauration (16 aout 1863)

La Guerre de Restauration est une guerre qui a eu lieu en République dominicaine entre 1863 et 1865, et qui a opposé les indépendantistes dominicains à l'Espagne, qui avait recolonisé le pays 17 ans après son indépendance. La guerre s'est conclue par la victoire des Dominicains et le retrait définitif du Royaume d'Espagne. Forces en présence : 15,000 à 17,000 insurgés contre 41,000 Espagnols, 12,000 Dominicains, 10,000 Portoricains et Cubains.…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine