Annie Daburon est consultante en orientation scolaire en région parisienne, et travaille avec de très nombreux enfants d’expatriés francophones.

Le choix des études post bac, on le fait quand ?

Pour les jeunes qui rentreront en France faire leurs études supérieures (c’est le cas de 70% des lycéens expatriés), les vœux doivent être déposés dans le logiciel APB entre janvier et mars 2015. Pour certains cursus ou d’autres pays, c’est parfois bien plus tôt.

Or, la saisie des vœux n’est que la phase ultime d’une démarche de réflexion. Il faut d’abord élaborer un projet pour sa future vie professionnelle, et cela prend du temps si on est un peu perdu face à toutes les possibilités.

A partir de quelle classe doit-on réfléchir à ses études supérieures?

Toutes les études ont montré qu’il faut murir son projet et éviter de travailler dans l’urgence.
Deux possibilités : faire un suivi d’orientation en classe de 1ière (on peut ainsi conforter ses futures études par le choix de la spécialité de la terminale), ou le faire en classe de terminale, pendant le 1° trimestre.

Pourquoi est-ce si important de bien se connaitre ?

Identifier nos motivations profondes facilite évidemment la prise de décision. Quand on connait mieux ce que l’on aime vraiment, il est alors plus facile de cibler les métiers où l’on aura le plus de chances de réussite.
Mais il y a aussi une autre conséquence, peu connue, mais très importante: cela peut augmenter la variété des choix possibles. En effet, c’est souvent parce que l’on craint de ne pas réussir que l’on abandonne tel ou tel choix. Mieux connaître toutes ses potentialités permet d’avoir une plus grande confiance en soi.

Le contact avec le jeune s’effectue-t-il aisément via Skype ? Quelle est votre méthodologie ?

Les discussions sur Skype sont vraiment chaleureuses car les expatriés ont l’habitude d’utiliser ce canal pour rester en contact avec leur famille éloignée. Les jeunes accèdent à mon ordinateur où sont hébergés tous les documents, aussi facilement que s’ils étaient à côté de moi.
La méthodologie, qui a été développée par des professionnels de l’orientation, a été validée auprès de plusieurs centaines d’enfants de tous niveaux.
Lors des rendez-vous, nous alternons tests et entretiens approfondis. Puis j’envoie par mail au jeune et à ses parents tous les résultats des tests, qui sont interfacés à une énorme base de données « métiers », ainsi que les commentaires, les pistes de réflexion, et le travail à faire pour l’entretien suivant. Tout l’intérêt de cette démarche est de présenter des filières et des métiers en parfaite adéquation avec le profil du jeune.

Et le jeune ne stresse plus à l’idée de faire un choix entre des centaines de filières ?

Non au contraire ! Il a identifié ses valeurs et découvert tous les domaines où il pourra s’épanouir. Il sait désormais que ses choix reposeront sur des fondations solides, basées sur ses aspirations profondes. Et cela donne une très grande force pour l’avenir.

Annie Daburon

D’autres informations sur le site : www.annie-daburon.fr
Documentation détaillée par mail: annie.daburon@gmail.com en précisant le pays et la classe de votre enfant.

 

 
Une internationale
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Partir avec une protection sociale « à la française »

Vous êtes salariés, étudiants, entrepreneurs ou avez un projet d'expatriation ? Découvrez les conseils de Sylvaine Emery, Directrice des activités internationales et Outre-Mer du groupe Humanis, acteur référent de la protection sociale.

Comment investir en France quand on est expatrié ?

Comment investir dans l’immobilier en France quand on vit à plusieurs milliers de kilomètres ? Est-il possible d’emprunter quand on est non-résident ? A quelles conditions ? Autant de questions que les français non-résidents se posent lorsqu’ils s’intéressent à l’immobilier locatif. Dans cette interview, Mickael Zonta, directeur de la société Investissement-Locatif.com répond à vos questions.
Expat
Expat - Emploi

"Insécurité, négligence, esclavagisme": enquête dans les dessous des fermes australiennes

L’Australie, c’est easy, facile. Les salaires sont plus élevés, et il y a du soleil toute l’année. Forcément cela attire, et on a envie d’y rester. Pour cela, il faut remplir quelques conditions. Notamment réaliser 88 jours de travail en fermes. Si d’autres solutions existent, celle-ci est la plus utilisée par les PVTites. Disponibilités pour travailler toute l’année, pas besoin d’expérience, les gens se hâtent... Et tombent des arbres une fois qu’ils commencent à se faire arnaquer. Enquête au coeur des fermes et de leurs abus.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales