L’une des premières questions posées à tout nouvel arrivant å Sydney est la suivante: “As tu trouvé une maison ?” Comme si l’unique préoccupation des nouveaux Sydneysiders résidait dans la recherche de maison. Nous ne sommes pas très loin de la réalité

La chasse est ouverte pourrait-on dire et les périodes de janvier et d’août sont de loin les plus difficiles pour trouver un logement décent. Et quand je dis décent, les critères sont basiques. Il ne s’agit certes pas de trouver la maison de ses rêves, celle-ci existe certainement à Sydney mais doit approcher la dizaine de millions de dollars et elle ne sera jamais à louer. Non je parle d’un petit nid douillet pour poser sa famille, propre, avec un peu d’espace qui nous rappelle que le pays est si grand. Mais pourquoi les terrains à Sydney (surtout dans les Eastern Suburbs) sont-ils si petits ?

Ensuite se pose la seconde question : pourquoi les agents immobiliers ne nous rappellent-ils jamais ? La réponse est assez simple : parce qu’ils n’ont pas grand chose à proposer, le marché locatif étant très limité et surtout parce qu’ils ne considèrent pas dans leurs attributions de s’occuper de leurs clients. La devise c’est “débrouille toi tout seul”. On est loin des agents immobiliers qui dans certaines villes d’Asie, vous font visiter dans leur voiture personnelle dix maisons dans la journée, et qui en plus, vous invitent à déjeuner! A Sydney, le locataire, même expatrié avec un bon pouvoir d’achat, est considéré sympathiquement comme un client comme un autre c’est à dire qu’on ne fera rien de plus que lui montrer les lieux aux heures fixées par l’agent immobilier (pas de rendez vous personnalisé bien sûr).

La visite est courte et sommaire. Assez longue toutefois pour se rendre compte le plus souvent que la maison est en carton pâte ou que le chauffage (important!) ne fonctionne que dans une pièce. L’agent n’est pas la pour “vendre” la maison et ça se voit !

Une fois le nid trouvé ...
Si, par chance et au bout de quelques visites, vous trouvez votre nouveau nid potentiel, reste le dernier obstacle à franchir: l’”application” (l’acte de candidature) et la signature du contrat. L’application permet à l’agent de réunir suffisamment d’informations pour vérifier que vous êtes aptes à louer le château du propriétaire. Attention aux personnes que vous nommez comme référants dans votre demande ; elles doivent rentrer dans les critères des agents immobiliers; il vaut mieux qu’elles soient déjà propriétaires et installées en Australie depuis un certain temps. Le résident permanent propriétaire vous assurera donc un grand avantage sur d’autres candidats.

Un fois votre candidature acceptée, l’agent vous fera signer un contrat de bail standard mais que je vous recommande de bien lire. En effet, très souvent, le contrat permet au propriétaire de vous mettre dehors dès la fin du bail c’est à dire souvent un an plus tard alors que vous avez à peine ouvert votre dernier carton. Le propriétaire voudra la plupart du temps soit vendre sa maison, soit aura tellement augmenté le loyer qu’il vous sera difficile de rester. La devise ici c’est que le locataire a très peu de droits sauf à les négocier avant la signature du contrat.

Dernière question épineuse : comment récupérer son “bond” (la caution) à la fin du bail. De nombreux agents feront tout ce qui est en leur pouvoir pour garder une partie de la caution sous prétexte que vous avez endommagé la propriété. Donc soyez très vigilants à l’inventaire qui est fait à l'entrée et à la sortie du bail.

Un institution appelée Fair Trading peut vous aider dans vos démarches et répondre à vos questions si vous avez des problèmes avec votre propriétaire ou votre agent. N'hésitez pas à la contacter.

Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney.html) jeudi 9 août 2012 (article précédemment publié le mardi 21 septembre 2010)

En savoir plus

www.fairtrading.nsw.gov.au pour toutes les règles qui concernent les locations de maisons et d’appartements dans le NSW.
www.domain.com.au pour l’essentiel des logements à louer.


 
Une internationale

A la découverte d'un Paris insolite en compagnie d'un greeter

 Comme beaucoup d'Américains, Mike, Dennis, Brian et Derek rêvaient de visiter Paris, mais pas forcément à la manière de touristes ordinaires. Ils ont donc fait appel aux greeters, ces habitants qui font découvrir aux voyageurs une capitale hors des sentiers battus. 
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Les 3 secrets pour investir quand on est expatrié

En tant qu’expatrié ou non résident, vous vous interrogez sur le meilleur moyen de préparer votre retraite ? De réaliser un placement rentable et sécurisé pour disposer d’un capital futur et de revenus complémentaires ?

Portage salarial : pourquoi une convention collective ?

Le portage salarial a vu le jour dans les années 1980 pour permettre aux cadres sans emploi de réaliser des missions en parallèle de leurs recherches de travail. Différents textes ont, par la suite, encadré cette activité, et notamment une ordonnance du 2 avril 2015 qui est venue inscrire le portage salarial dans le droit du travail.
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine
En direct de nos éditions locales