L’une des premières questions posées à tout nouvel arrivant å Sydney est la suivante: “As tu trouvé une maison ?” Comme si l’unique préoccupation des nouveaux Sydneysiders résidait dans la recherche de maison. Nous ne sommes pas très loin de la réalité

La chasse est ouverte pourrait-on dire et les périodes de janvier et d’août sont de loin les plus difficiles pour trouver un logement décent. Et quand je dis décent, les critères sont basiques. Il ne s’agit certes pas de trouver la maison de ses rêves, celle-ci existe certainement à Sydney mais doit approcher la dizaine de millions de dollars et elle ne sera jamais à louer. Non je parle d’un petit nid douillet pour poser sa famille, propre, avec un peu d’espace qui nous rappelle que le pays est si grand. Mais pourquoi les terrains à Sydney (surtout dans les Eastern Suburbs) sont-ils si petits ?

Ensuite se pose la seconde question : pourquoi les agents immobiliers ne nous rappellent-ils jamais ? La réponse est assez simple : parce qu’ils n’ont pas grand chose à proposer, le marché locatif étant très limité et surtout parce qu’ils ne considèrent pas dans leurs attributions de s’occuper de leurs clients. La devise c’est “débrouille toi tout seul”. On est loin des agents immobiliers qui dans certaines villes d’Asie, vous font visiter dans leur voiture personnelle dix maisons dans la journée, et qui en plus, vous invitent à déjeuner! A Sydney, le locataire, même expatrié avec un bon pouvoir d’achat, est considéré sympathiquement comme un client comme un autre c’est à dire qu’on ne fera rien de plus que lui montrer les lieux aux heures fixées par l’agent immobilier (pas de rendez vous personnalisé bien sûr).

La visite est courte et sommaire. Assez longue toutefois pour se rendre compte le plus souvent que la maison est en carton pâte ou que le chauffage (important!) ne fonctionne que dans une pièce. L’agent n’est pas la pour “vendre” la maison et ça se voit !

Une fois le nid trouvé ...
Si, par chance et au bout de quelques visites, vous trouvez votre nouveau nid potentiel, reste le dernier obstacle à franchir: l’”application” (l’acte de candidature) et la signature du contrat. L’application permet à l’agent de réunir suffisamment d’informations pour vérifier que vous êtes aptes à louer le château du propriétaire. Attention aux personnes que vous nommez comme référants dans votre demande ; elles doivent rentrer dans les critères des agents immobiliers; il vaut mieux qu’elles soient déjà propriétaires et installées en Australie depuis un certain temps. Le résident permanent propriétaire vous assurera donc un grand avantage sur d’autres candidats.

Un fois votre candidature acceptée, l’agent vous fera signer un contrat de bail standard mais que je vous recommande de bien lire. En effet, très souvent, le contrat permet au propriétaire de vous mettre dehors dès la fin du bail c’est à dire souvent un an plus tard alors que vous avez à peine ouvert votre dernier carton. Le propriétaire voudra la plupart du temps soit vendre sa maison, soit aura tellement augmenté le loyer qu’il vous sera difficile de rester. La devise ici c’est que le locataire a très peu de droits sauf à les négocier avant la signature du contrat.

Dernière question épineuse : comment récupérer son “bond” (la caution) à la fin du bail. De nombreux agents feront tout ce qui est en leur pouvoir pour garder une partie de la caution sous prétexte que vous avez endommagé la propriété. Donc soyez très vigilants à l’inventaire qui est fait à l'entrée et à la sortie du bail.

Un institution appelée Fair Trading peut vous aider dans vos démarches et répondre à vos questions si vous avez des problèmes avec votre propriétaire ou votre agent. N'hésitez pas à la contacter.

Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney.html) jeudi 9 août 2012 (article précédemment publié le mardi 21 septembre 2010)

En savoir plus

www.fairtrading.nsw.gov.au pour toutes les règles qui concernent les locations de maisons et d’appartements dans le NSW.
www.domain.com.au pour l’essentiel des logements à louer.


A la une

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.
France/Monde
En direct de nos éditions locales
Tunis - Actualité

BARDO - Grande marche solidaire dimanche

Les trois présidences tunisiennes organisent dimanche 29 mars une grande marche solidaire et internationale contre le terrorisme. François…
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.

COACHING - Peur de rentrer en France

Après 25 ans en Australie à travailler dans l'hôtellerie Joséphine hésite à rentrer. Le retour en France est-il simple après une si longue expatriation ? Afin de surmonter son appréhension elle fait appel à un coach. Nicolas Serres Cousiné nous fait part de cette expérience
Expat - Politique

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.

FRANCOPHONIE - Fleur Pellerin lance la 20e édition de la semaine de la langue Française

"La langue française est langue d’accueil " c’est le thème de la 20e édition de la semaine de langue française, lancée par la ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin ce mercredi 11 mars à Paris. Avec les événements de ce début d’année, la langue française devient un outil stratégique d’unification et de tolérance pour les francophones.
Magazine
Francophonie

JEAN-FRANÇOIS BLAREL - La francophonie: un partenariat gagnant pour tous les participants

Le 20 mars est traditionnellement la date lors de laquelle un peu partout dans le monde on fête la francophonie. Alors qu´au Portugal un certain nombre de changements sont en cours au sein des structures françaises, Lepetitjournal.com a voulu interroger l´ambassadeur de France, M. Jean-François Blarel sur l´importance de cette célébration et sur le poids de la présence française dans le pays.

REPORTAGE - A São Paulo, Zaz est la nouvelle star du Brésil

"Maravilhoso", "empolgamente", "genial", "top"… Les superlatifs résonnent après le concert de Zaz dimanche dernier à l’auditorium Ibirapuera – Oscar Niemeyer du parc Ibirapuera de São Paulo. Mais que diable les Brésiliens ont-ils pour l’artiste française ? Retour sur cette soirée musicale pleine de bonne humeur et de messages d’espoir !