L’une des premières questions posées à tout nouvel arrivant å Sydney est la suivante: “As tu trouvé une maison ?” Comme si l’unique préoccupation des nouveaux Sydneysiders résidait dans la recherche de maison. Nous ne sommes pas très loin de la réalité

La chasse est ouverte pourrait-on dire et les périodes de janvier et d’août sont de loin les plus difficiles pour trouver un logement décent. Et quand je dis décent, les critères sont basiques. Il ne s’agit certes pas de trouver la maison de ses rêves, celle-ci existe certainement à Sydney mais doit approcher la dizaine de millions de dollars et elle ne sera jamais à louer. Non je parle d’un petit nid douillet pour poser sa famille, propre, avec un peu d’espace qui nous rappelle que le pays est si grand. Mais pourquoi les terrains à Sydney (surtout dans les Eastern Suburbs) sont-ils si petits ?

Ensuite se pose la seconde question : pourquoi les agents immobiliers ne nous rappellent-ils jamais ? La réponse est assez simple : parce qu’ils n’ont pas grand chose à proposer, le marché locatif étant très limité et surtout parce qu’ils ne considèrent pas dans leurs attributions de s’occuper de leurs clients. La devise c’est “débrouille toi tout seul”. On est loin des agents immobiliers qui dans certaines villes d’Asie, vous font visiter dans leur voiture personnelle dix maisons dans la journée, et qui en plus, vous invitent à déjeuner! A Sydney, le locataire, même expatrié avec un bon pouvoir d’achat, est considéré sympathiquement comme un client comme un autre c’est à dire qu’on ne fera rien de plus que lui montrer les lieux aux heures fixées par l’agent immobilier (pas de rendez vous personnalisé bien sûr).

La visite est courte et sommaire. Assez longue toutefois pour se rendre compte le plus souvent que la maison est en carton pâte ou que le chauffage (important!) ne fonctionne que dans une pièce. L’agent n’est pas la pour “vendre” la maison et ça se voit !

Une fois le nid trouvé ...
Si, par chance et au bout de quelques visites, vous trouvez votre nouveau nid potentiel, reste le dernier obstacle à franchir: l’”application” (l’acte de candidature) et la signature du contrat. L’application permet à l’agent de réunir suffisamment d’informations pour vérifier que vous êtes aptes à louer le château du propriétaire. Attention aux personnes que vous nommez comme référants dans votre demande ; elles doivent rentrer dans les critères des agents immobiliers; il vaut mieux qu’elles soient déjà propriétaires et installées en Australie depuis un certain temps. Le résident permanent propriétaire vous assurera donc un grand avantage sur d’autres candidats.

Un fois votre candidature acceptée, l’agent vous fera signer un contrat de bail standard mais que je vous recommande de bien lire. En effet, très souvent, le contrat permet au propriétaire de vous mettre dehors dès la fin du bail c’est à dire souvent un an plus tard alors que vous avez à peine ouvert votre dernier carton. Le propriétaire voudra la plupart du temps soit vendre sa maison, soit aura tellement augmenté le loyer qu’il vous sera difficile de rester. La devise ici c’est que le locataire a très peu de droits sauf à les négocier avant la signature du contrat.

Dernière question épineuse : comment récupérer son “bond” (la caution) à la fin du bail. De nombreux agents feront tout ce qui est en leur pouvoir pour garder une partie de la caution sous prétexte que vous avez endommagé la propriété. Donc soyez très vigilants à l’inventaire qui est fait à l'entrée et à la sortie du bail.

Un institution appelée Fair Trading peut vous aider dans vos démarches et répondre à vos questions si vous avez des problèmes avec votre propriétaire ou votre agent. N'hésitez pas à la contacter.

Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney.html) jeudi 9 août 2012 (article précédemment publié le mardi 21 septembre 2010)

En savoir plus

www.fairtrading.nsw.gov.au pour toutes les règles qui concernent les locations de maisons et d’appartements dans le NSW.
www.domain.com.au pour l’essentiel des logements à louer.


 
Une internationale

CHEMINS D’AILLEURS – Sandrine Beillard, un parcours de vie à l’écoute du monde

Née au Maroc, pays de ses racines, Sandrine Beillard, longtemps professeur au Lycée Français International de Hong Kong, est une véritable globe-trotteuse. Des rivages de Namibie aux marchés d’Asie, du bush australien au Pakistan, elle a vécu mille aventures et fait de magnifiques rencontres. Elle les relate dans un livre, illustré par de nombreuses photos, hymne à la beauté d’un monde parfois déjà révolu, et au respect de soi et desautres.
Postulez aux Trophées 2017

TROPHEES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER – Postulez !

Vous avez un parcours hors du commun à l’étranger ? Le 7 mars prochain, sept Français de l'étranger seront récompensés lors d’une soirée de prestige au Quai d'Orsay organisée par LEPETITJOURNAL.COM en présence de M. Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger. Alors n'attendez plus, postulez à cette cinquième édition ! Cliquez ici pour en savoir plus


Participez aux Trophées des Français de l'étranger !

Actu internationale
Actualités de nos partenaires

NOËL EN EXPATRIATION – Pour des festivités réussies à l’étranger

Sous le soleil ou la neige, on se prépare doucement à fêter Noël. Mais dans la vie d’un expatrié, Noël fait partie de ces moments délicats à passer à l’étranger loin de sa famille et ces festivités peuvent avoir un gout doux-amer. Voici quelques conseils pour lutter contre le petit coup de blues de décembre

COMMENT OBTENIR DES REVENUS EN PÉRIODE DE TAUX BAS ?

Face à la baisse continue des taux d’intérêt, les rendements des fonds en euros des compagnies d’assurance vie suivent cette même tendance. Il existe cependant des solutions qui, pour un risque mesuré, permettent d’augmenter les performances de votre épargne. Avec un rendement moyen de 4,85%* en 2015, les SCPI constituent une excellente opportunité d’obtenir des revenus
Expat
Expat - Emploi

ENTREPRENDRE – L’aventure VivaLing continue en Chine

VivaLing, première académie de langue en ligne, se développe tous azimuts : ouverture en Chine, lancement de la première certification professionnelle pour l’enseignement des langues en ligne, une 5e langue - l’allemand - qui complète l’offre de l’anglais, du chinois, du français et de l’espagnol… Ce dynamisme est fondé sur une conviction : apprendre une langue à un enfant, "c’est créer des ponts entre les adultes de demain"

COACHING - L’impact de l’expatriation sur la confiance en soi

Les gens vous perçoivent-ils comme quelqu’un de sûr de vous ? Comme une personne qui a réussi dans la vie et qui accompli beaucoup de choses ? Ils n’ont pas tout à fait tord, vous vous êtes tout de même expatrié, adapté à une nouvelle culture, un nouvel environnement et peut-être même avez-vous appris un nouveau langage ?
Expat - Politique

« 2017, la fin des tabous » – Discussion entre grands patrons et candidats à l’élection présidentielle

La 3ème édition du Sommet de l’économie de Challenges, titrée « 2017, la fin des tabous » réunissait des chefs d’entreprises françaises et des candidats à l’élection présidentielle pour aborder les mesures à prendre pour « redonner confiance à la France ». Mondialisation, énergies renouvelables, start-ups, formation professionnelle, directive travail détaché… Les décideurs ont confronté leurs idées, un exercice intéressant en cette période pré-électorale.

PARTI SOCIALISTE – Le Projet 2017 pour les Français de l’étranger

La fédération des Français de l’étranger du Parti socialiste présente son Projet 2017 en vue des élections législatives. Véritable « boite à outil » pour les candidats – 5 sont connus à ce jour – ce document fait le bilan de l’action gouvernementale en faveur des Français de l’étranger et formule des propositions dans de nombreux domaines, avec "un impératif, celui du réalisme".
Magazine
En direct de nos éditions locales