L’une des premières questions posées à tout nouvel arrivant å Sydney est la suivante: “As tu trouvé une maison ?” Comme si l’unique préoccupation des nouveaux Sydneysiders résidait dans la recherche de maison. Nous ne sommes pas très loin de la réalité

La chasse est ouverte pourrait-on dire et les périodes de janvier et d’août sont de loin les plus difficiles pour trouver un logement décent. Et quand je dis décent, les critères sont basiques. Il ne s’agit certes pas de trouver la maison de ses rêves, celle-ci existe certainement à Sydney mais doit approcher la dizaine de millions de dollars et elle ne sera jamais à louer. Non je parle d’un petit nid douillet pour poser sa famille, propre, avec un peu d’espace qui nous rappelle que le pays est si grand. Mais pourquoi les terrains à Sydney (surtout dans les Eastern Suburbs) sont-ils si petits ?

Ensuite se pose la seconde question : pourquoi les agents immobiliers ne nous rappellent-ils jamais ? La réponse est assez simple : parce qu’ils n’ont pas grand chose à proposer, le marché locatif étant très limité et surtout parce qu’ils ne considèrent pas dans leurs attributions de s’occuper de leurs clients. La devise c’est “débrouille toi tout seul”. On est loin des agents immobiliers qui dans certaines villes d’Asie, vous font visiter dans leur voiture personnelle dix maisons dans la journée, et qui en plus, vous invitent à déjeuner! A Sydney, le locataire, même expatrié avec un bon pouvoir d’achat, est considéré sympathiquement comme un client comme un autre c’est à dire qu’on ne fera rien de plus que lui montrer les lieux aux heures fixées par l’agent immobilier (pas de rendez vous personnalisé bien sûr).

La visite est courte et sommaire. Assez longue toutefois pour se rendre compte le plus souvent que la maison est en carton pâte ou que le chauffage (important!) ne fonctionne que dans une pièce. L’agent n’est pas la pour “vendre” la maison et ça se voit !

Une fois le nid trouvé ...
Si, par chance et au bout de quelques visites, vous trouvez votre nouveau nid potentiel, reste le dernier obstacle à franchir: l’”application” (l’acte de candidature) et la signature du contrat. L’application permet à l’agent de réunir suffisamment d’informations pour vérifier que vous êtes aptes à louer le château du propriétaire. Attention aux personnes que vous nommez comme référants dans votre demande ; elles doivent rentrer dans les critères des agents immobiliers; il vaut mieux qu’elles soient déjà propriétaires et installées en Australie depuis un certain temps. Le résident permanent propriétaire vous assurera donc un grand avantage sur d’autres candidats.

Un fois votre candidature acceptée, l’agent vous fera signer un contrat de bail standard mais que je vous recommande de bien lire. En effet, très souvent, le contrat permet au propriétaire de vous mettre dehors dès la fin du bail c’est à dire souvent un an plus tard alors que vous avez à peine ouvert votre dernier carton. Le propriétaire voudra la plupart du temps soit vendre sa maison, soit aura tellement augmenté le loyer qu’il vous sera difficile de rester. La devise ici c’est que le locataire a très peu de droits sauf à les négocier avant la signature du contrat.

Dernière question épineuse : comment récupérer son “bond” (la caution) à la fin du bail. De nombreux agents feront tout ce qui est en leur pouvoir pour garder une partie de la caution sous prétexte que vous avez endommagé la propriété. Donc soyez très vigilants à l’inventaire qui est fait à l'entrée et à la sortie du bail.

Un institution appelée Fair Trading peut vous aider dans vos démarches et répondre à vos questions si vous avez des problèmes avec votre propriétaire ou votre agent. N'hésitez pas à la contacter.

Flore Gregorini (www.lepetitjournal.com/sydney.html) jeudi 9 août 2012 (article précédemment publié le mardi 21 septembre 2010)

En savoir plus

www.fairtrading.nsw.gov.au pour toutes les règles qui concernent les locations de maisons et d’appartements dans le NSW.
www.domain.com.au pour l’essentiel des logements à louer.


Une internationale

FRENCH WINK - Les créateurs français ont une vitrine aux Etats-Unis

Emilie Chassagne et Claire Obry sont deux Francaises expatriées à New York qui ont mis à profit leurs expériences professionnelles pour créer leur start-up. Après leur webzine dédié à la promotion de la création française aux Etats-Unis, elles lancent à présent une boutique en ligne
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

FRENCH WINK - Les créateurs français ont une vitrine aux Etats-Unis

Emilie Chassagne et Claire Obry sont deux Francaises expatriées à New York qui ont mis à profit leurs expériences professionnelles pour créer leur start-up. Après leur webzine dédié à la promotion de la création française aux Etats-Unis, elles lancent à présent une boutique en ligne

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent "oui"

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine