La législation concernant l'utilisation des téléphones en voiture était jusqu'à présent floue et comportait quelques paradoxes. Le Road & Maritimes services de Nouvelle-Galles-du-Sud vient de statuer avec effet au 1er novembre

Flickr LaserGuided

Les automobilistes n'avaient pas le droit d'utiliser leur téléphone portable pour passer des appels ou envoyer des sms (avec l'appareil en main) mais pouvaient très bien se servir du téléphone pour choisir leur musique dans le répertoire du téléphone. A partir du 1er novembre, les conducteurs n'auront plus le droit de tenir leur portable dans leur main tout simplement.

Clarifications
Selon cette nouvelle mouture de la loi sur la sécurité au volant, qui a pour but de clarifier les incohérences, un automobiliste aura la permission de passer ou de recevoir un appel en conduisant si et seulement si le téléphone est fixé sur un kit "mains-libres". Le seul moment où vous pourrez toucher à votre téléphone depuis l'intérieur de votre véhicule sera pour le passer à un de vos passagers.

En résumé

Avec un téléphone fixé sur un support = possibilité d'appeler, de recevoir un appel, de choisir une chanson ou d'utiliser la fonction GPS. Plus question de manipulation si le téléphone repose sur vos genoux, sur le tableau de bord, même en mode haut-parleur.

Sont totalement interdit : jouer, rédiger et envoyer des textos, tweeter, surfer sur le web, même si le téléphone est sur un support.

Selon Mme Pendergast, directrice du Road & Maritime Services pour la sécurité routière, il était important de lever toute ambiguïté. C'est chose faite puisqu'en fin de compte son message est clair : "Ne touchez pas à votre téléphone en conduisant."

Les pénalités encourues sont la perte de 3 points et une amende forfaitaire de $298 ($397 si vous êtes dans une zone scolaire). A noter que l'usage du bluetooth ou d'écouteurs pour converser est autorisé.

Un autre changement du code de la route survient également avec mise en vigueur aussi au 1er novembre et cela concerne cette fois-ci les ronds-points : il sera demandé aux automobilistes, à l'approche d'un rond-point, de signaler suffisamment à l'avance leur intention de tourner. La règle actuelle demande aux conducteurs de signaler leur intention de tourner seulement à l'entrée du rond-point.

Agnès Chupin (www.lepetitjournal.com/sydney.html) jeudi 25 octobre 2012

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine