Lepetitjournal.com du Brésil vous fait régulièrement découvrir de nouvelles expressions employées au Brésil. De quoi améliorer son portugais tout en se divertissant ! Cette semaine : "Ficar de papo pro ar".

"Ficar de papo pro ar" signifie en français "rester discuter avec l’air". Elle peut être employée pour désigner une personne paresseuse, ou bien lorsque l’on reste à se prélasser, à ne rien faire de particulier de manière temporaire, comme par exemple à l’occasion de vacances ou d’un moment de repos. On pourrait traduire cette expression en Français par "rester les doigts de pieds en éventail".

Exemple :
"Descansei nas férias. Fiquei o dia todo de papo pro ar."

Qui pourrait être traduit par : "Je me suis bien reposé pendant les vacances. J’ai passé mes journées les doigts de pieds en éventail !"

Amélie PERRAUD-BOULARD (www.lepetitjournal.com - Brésil) Rediffusion

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Turin - actualité italie

EDITO – Sept ans à Turin

Christine Correale et Luisa Gerini, qui ont fondé lepetitjournal.com de Turin et l’ont dirigé pendant sept ans, quittent aujourd’hui la…
Athenes - Actualité

GRECE - Pas de vacances pour Athènes

Alors que beaucoup de gouvernements européens annoncent les vacances de leurs ministres, il en est tout autre, ici, à Athènes.
Expat
Expat - Emploi

FRENCH WINK - Les créateurs français ont une vitrine aux Etats-Unis

Emilie Chassagne et Claire Obry sont deux Francaises expatriées à New York qui ont mis à profit leurs expériences professionnelles pour créer leur start-up. Après leur webzine dédié à la promotion de la création française aux Etats-Unis, elles lancent à présent une boutique en ligne
Expat - Politique

GERARD LARCHER – "Nos pays savent faire l’unité dans la diversité"

Venu à Milan pour visiter l’Exposition universelle, Gerard Larcher a lancé un appel à la solidarité sur les dossiers d’actualité de la migration, de la Grèce et de la sécurité. Une solidarité illustrée par la qualité des relations franco-italiennes soulignée par le Consul général de France Olivier Brochet, qui célébrait pour la première fois la fête nationale à Milan.
Magazine