Avec un chiffre moyen de 113 par an, ce ne sont pas les jours de pluie qui manquent à São Paulo. Décembre, janvier et février sont les mois les plus pluvieux. Pendant cette période, que faire de ses jours et de ses nuits lorsque le temps n’est pas au beau fixe dans la Mégapole ?

Musées et galeries
São Paulo recense le plus grand nombre de musées du Brésil : 450 au total ! De quoi occuper beaucoup d’après-midi pluvieux ! Pour ceux qui n’ont pas encore fait les classiques, courrez au MASP (plus grande collection d’art occidental de tout l’hémisphère Sud), au Museu de Arte Sacra (une des plus grandes collections d’art sacré du Brésil), au Museu da Língua Portuguesa (histoire et civilisation de la langue portugaise, ludique et interactif), ou encore à la Pinacoteca (plus vieux musée d’art pauliste et meilleur représentant de l’art brésilien). Et comme il y en a pour tous les goûts, les messieurs apprécieront le Museu do Futebol situé dans l’Estádio do Pacaembu, les férus de photos iront découvrir les expos du Museu da Imagem e do Som, les passionnés d’histoire se rendront au Museu afro-brasileiro et les amoureux d’architecture trouveront leur bonheur au Museu Brasileiro da Escultura.


Pas envie de se déplacer ? Pensez à jeter un œil aux galeries d’art éparpillées un peu partout dans chaque quartier, il y en a forcément une en bas de chez vous !

Shopping
Vous n’aimez pas les centres commerciaux et préférez vous baladez dans les boutiques paisibles d’Oscar Freire ? Voici quelques raisons de changer d’avis. D’abord, parce que les shoppings center de São Paulo impressionnent par leur architecture et leur aménagement majestueux, ponctués de palmiers et d’éclairages insolites (Shopping Ibirapuera). Ensuite, parce que certains arrivent à être reposant. Au shopping Cidade Jardins par exemple, vous pourrez vous balader dans un espace agréable, profiter du plus grand Spa de la ville, admirer les boutiques, véritables pépites de luxe (même si la plupart ne sont pas à portée de toutes les bourses), et voir un film dans des cinémas VIP aux sièges inclinables. Enfin, parce qu’à la Livraria Cultura, sur la Paulista, vous pourrez choisir de déguster un "Frozen Yogurt " en vous baladant au milieu de l’expo temporaire, de vous asseoir confortablement à la librairie pour feuilleter un beau livre, ou d’assister à l’une des nombreuses conférences qui ont lieu dans l’établissement.

Danser, et chanter sous la pluie

Les 14 écoles de samba proposent chaque semaine des répétitions en vue du prochain carnaval. Le spectacle a généralement lieu dans l’école, et on peut se mêler aux artistes pour chanter, et danser. L’école de Samba "Vai Vai " propose d’ailleurs le samedi une session "feijoada et samba". 

Envie de bouger ? Les salles de sport ne manquent pas à São Paulo. Tant qu’à faire, choisissez en une qui propose des cours de Samba ou de Capoeira.

Si vous habitez vers Bela Vista, une multitude de théâtres proposent des spectacles quasi tous les soirs, et certains après-midi. N’hésitez pas à consulter le programme.


Saudade des soirées foot ? Rendez-vous au O’Malley, qui retranscrit la plupart des matchs importants, le tout dans une ambiance très internationale.

Pour vos papilles

Vous pouvez évidemment choisir d’aller tester un des innombrables restaurants paulistes. Ou bien cuisiner des saveurs locales, après être allé faire vos achats au Mercado municipal et avoir consulté la rubrique « Recettes » du Petitjournal.com.

Vous pouvez aussi boire un verre tout en regardant tomber la pluie, en découvrant de nouvelles saveurs de cachaça à la Cachaçaria, ou de bières au Melograno.

Admirer São Paulo de haut

Sous le soleil, ou sous la pluie, c’est toujours aussi beau. Essayez de varier les points de vue : sur la Paulista depuis le bar The View (Alameda Santos), depuis le bar de l’Edificio Italia (Centro) ou le Skye Bar (Ibirapuera).

Et à domicile ?
Envie de rester au sec chez soi ? Les services se sont aussi adaptés au temps puisque vous n’aurez pas de mal à trouver toute une variété d’activités à être faites dans son salon. Parmi les plus populaires on retrouve la coiffure, les épilations, manucures, massages et séances d'acupunctures, les cours de cuisine brésilienne, les buffets à domiciles, ou encore les cours de danse.



Sophie PEREIRA (www.lepetitjournal.com/sao-paulo) mercredi 18 janvier 2012

Les liens :
- Horaires et sites des musées : www.sampaonline.com.br
- Galeries d’art :  www.sampa.art.br/galerias
- Evénements de la Livraria Cultura : www.livrariacultura.com.br/scripts/eventos/
-  Feijoada et Samba à l’école  Vai Vai : www.vaivai.com.br/noticias.asp
- Horaires et dates des  ensaios : catracalivre.folha.uol.com.br/2011/01/ensaio-das-escolas-de-samba-de-sp/ ou vejasp.abril.com.br/especiais/carnaval-2011-ensaios-escolas-de-samba
- Salles de sport avec cours de capoeira : www.sampaonline.com.br/comercios/capoeira.php
- Programmation des théâtres : vejasp.abril.com.br/teatro/
- O’Malley : www.omalleysbar.net
- Cachaçaria : www.cachacariapaulista.com.br
- Melograno : www.melograno.com.br
- Coiffeurs et beauté à domicile : www.belezadelivery.com.br
- Epilations à domicile : www.alziradepilacao.com.br
- Les manucures à domicile : www.manicuredelivery.com.br
- Massages et acupuncture à domicile : www.sampaonline.com.br/comercios/massagem
- Cours de cuisine brésilienne à domicile : www.cozinhadarute.com.br
- Buffets à domicile : buffetemdomiciliosaopaulo.blogspot.com
- Cours de danses à domicile : www.dancadesalao.com

Une internationale

ALEXANDRE JARDIN - "La France n’a jamais été inventée par des trouillards mais par des fous furieux"

Le grand public connaît Alexandre Jardin le romancier – "Bille en tête" en 1986, "Le Zèbre" en 1988 – et Alexandre Jardin le réalisateur – "Fanfan" en 1993, "Oui" en 1996. Depuis quelques semaines, il a vu débouler sur la toile et dans les médias le Alexandre Jardin mobilisateur et créateur d’initiatives pour relancer son pays, avec notamment son association Bleu Blanc Zèbre. À l’occasion de la sortie de son livre "Laissez-nous faire ! On a déjà…
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

MALAISE D'UNE EXPAT - "Et moi dans tout ça?"

Rentrée 2005: Anne rencontre John à la cafétéria de La Sorbonne. Le coup de foudre est immédiat. Et réciproque. Elle étudie la sémantique. Il finit son doctorat en communication grâce à un programme d’échange entre la célèbre université parisienne et Columbia University à New York, dont il est originaire. Hiver 2012: Une limousine rutilante se gare en face d’un immeuble bourgeois de l’Upper West Side de New York. Anne et ses deux fils viennent rejoindre John, embauché deux mois plus tôt comme directeur du marketing d’une agence de publicité sur Madison Avenue.

PORTRAIT D’EXPAT - Arrivés avec 5 valises et quelques économies

Il en faut du culot pour tout plaquer et partir à l'étranger. C'est pourtant ce qu'on fait Line et Samuel, la bonne trentaine et deux enfants. Un jour ils sont venus s’installer à Saigon, se donnant deux ans pour trouver leur projet de vie ou rentrer. Aujourd’hui, ne leur parlez plus de retourner vivre en France !
Expat - Politique

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat

FRANCOIS HOLLANDE – Sa visite au Pavillon de la France sur Expo 2015

Dimanche 21 juin, François Hollande s’est rendu sur le site d’Expo 2015 pour l’inauguration officielle du Pavillon de la France et la signature avec Matteo Renzi de la Charte de Milan sur le droit à l’alimentation. Un déplacement initialement placé sous le signe de l’environnement à 150 jours de la COP 21 et de la candidature de Paris à l’Exposition universelle de 2025. Mais les relations entre la France et l’Italie ont davantage porté sur la question des migrants, au coeur des relations bilatérales du moment.
Magazine