Avec le retour des vacances de la Toussaint demain, commence le 2ème trimestre de l’année scolaire au Lycée Stendhal de Milan. Peu avant les vacances, Conseil d’Ecole et Conseil d’Etablissement se sont réunis. Au nom du principe de représentativité, plusieurs parents d’élèves de l’association des Parents d’Elèves de l’Ecole Française de Milan y ont assisté. Hommage à ces bénévoles qui font aussi l’école !


Près de 200 bénévoles impliqués dans la vie de l’école
L’APEFM - Association des Parents d’Elèves de l’Ecole Française de Milan – soufflera ses 10 bougies l’année prochaine. Animée depuis 1993 exclusivement par des bénévoles, elle remplit un rôle de représentation auprès du lycée français de Milan et des institutions comme par exemple l’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger). Sa mission, elle la mène grâce à un comité de 12 membres permanents élus pour un an. Une des spécificités de ce comité est qu’il ne peut pas être composé de membres d’une seule nationalité afin de représenter la diversité d’origine et de préoccupations des familles. La constitution du bureau actuel a été décidée lors de l’Assemblée Générale de bilan et d’approbation des comptes du 27 septembre 2012. Une fois le bureau constitué, l’APE propose des candidats aux élections des instances représentatives du lycée. Ces derniers ont été élus le 12 octobre dernier en vue de participer aux Conseils d’Ecole et aux Conseils de Lycée qui se sont tenus respectivement les 23 et 25 octobre dernier. Nouveauté pour le premier Conseil d’Ecole de l’année, le Directeur, Denis Courel, a dû s’essayer à un nouveau format suite à une circulaire administrative sortie cet été. Ainsi le nombre de représentants des parents d’élèves titulaires et suppléants sont-ils passés de 8 à 15.
A côté, d’autres parents d’élèves participent aux commissions et aux groupes de travail conjoints du comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté. D’autres encore sont chargés de missions ponctuelles. Sans oublier bien sûr les délégués de classe – 48 pour le primaire, 43 pour le secondaire. Au total près de 200 parents d’élèves sont engagés pour répondre aux exigences de 500 familles aussi bien expatriées que résidentes. L’APEFM représente ainsi 70% des familles inscrites au Lycée Stendhal de Milan.

Un réseau d’entraide pour les parents d’enfants scolarisés
Les mots ne contentent personne à l’APEFM. Il faut des faits pour satisfaire les familles adhérentes. Aussi, les objectifs que l’APE s’est fixé pour l’année scolaire 2012/2013 est de "travailler dans la continuité des actions mises en place ces dernières années". Pour ne citer que quelques actions : positionnement des délégués comme relais auprès des parents, réalisation d’un opuscule de conseils "le petit guide de la vie quotidienne d’un parent", accueil des enfants "différents", accueil des francophones, gestion du site internet,  politique des langues, notamment en terme d’équivalence avec le système scolaire italien, etc.
En plus de ces dossiers de fonds, l’APEFM propose un grand nombre de services utiles : fournitures de livres, proposition d’ateliers sportifs et ou créatifs durant les vacances, animation de fêtes.
Enfin, elle mène des actions de solidarité auprès des familles grâce à un fond de solidarité. A titre d’exemple, ce fonds a permis en 2011/2012 de soutenir 11 enfants et 3 projets de classe.
Le site internet de l’association est riche d’informations. Il propose aux adhérents des sondages. Mieux les connaître, c’est pouvoir mieux les représenter. Que les parents qui n’ont pas encore adhéré, le fassent sans plus tarder. Un clic suffit. Sur la page d’accueil vous y lirez cette phrase de Saint Exupéry "Etre homme, c'est précisément être responsable.
 C'est sentir, en posant sa pierre, que l'on contribue à bâtir le monde...". Aussi si vous souhaitez rejoindre ces bénévoles et vous engager pleinement, faîtes-vous connaître !

Sophie Her (www.lepetitjournal.com/milan) - mercredi 7 novembre 2012

Pour tout renseignement :

www.ape-milan.eu

00 39 346 3945022

 
Une internationale

HISTOIRE – Le mystique soufi Mansur al Hallaj, premier "expatrié"?

On connaît les pérégrinations de Paul de Tarse dans le monde méditerranéen ou encore l'épopée légendaire de l'apôtre Thomas jusqu'en Inde. Moins connue est la vie de Mansur al-Hallaj, mystique persan du soufisme, qui s'installa longtemps en terre non-musulmane pour répandre sa religion et son amour de Dieu. Cette grande figure mystique a donné lieu à une biographie rédigée par l'islamologue Stéphane Ruspoli qui lui attribue le titre d'"expatrié".
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
Actualités de nos partenaires
Expat
Expat - Emploi

TOURISME EN IRAN - Un secteur en expansion et des défis à surmonter

 Depuis le rétablissement et l’amélioration des relations entre l’Iran et l’Occident, il y a un secteur qui se porte à merveille... le tourisme. Annoncé par les analystes depuis déjà plusieurs années, Marc Botinelli parlait déjà en 2013 de « Bombe touristique à retardement » et il ne s’était pas trompé.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine
En direct de nos éditions locales