Pékin

J. GAUDFROY - Comment le très sérieux Julien est devenu l'humoriste Zhu li an 朱力安 (1/2)

Julien Gaudfroy est une célébrité en Chine. Le monde de la télévision a ouvert ses portes, et ceux de millions de foyers, à ce jeune Français dont la maîtrise parfaite du mandarin séduit les Chinois, et impressionne les étrangers qui se sont essayés à l'apprentissage difficile de cette langue. Mieux encore, Julien Gaudfroy, alias Zhu li an, pratique le traditionnel xiangsheng, version chinoise du stand-up. Et la recette de son succès tient en un mot : travail. Premier volet de ce récit en deux épisodes.

Il y a des jeux qui ont plus de conséquences que les autres. Quand Julien Gaudfroy a commencé à apprendre le chinois, c'est bien "par jeu, parce que ma copine était chinoise." Julien Gaudfroy est alors attiré non pas "par une langue exotique, puisque cet aspect disparaît très vite dès qu'on rentre dans la langue", mais par une façon de penser différente. Le destin l'a aussi poussé un peu, une blessure au poignet l'obligeant, à 19 ans, à mettre de côté pendant deux ans ses études de violoncelliste au Conservatoire de Paris, et à se consacrer au chinois.

Julien Gaudfroy dans son restaurant de Pékin "chez Julien" (photo JCB)

Le perfectionnisme du concertiste

Son enfance, son adolescence consacrées tout entier à la seule vie de concertiste en devenir ont été pourtant déterminantes dans son approche du chinois. "Cela ne m'a pas aidé uniquement pour une question d'oreilles comme les gens ont tendance à penser, mais aussi surtout parce que ça m'a montré comment apprendre. Quelque soit la discipline, la capacité à travailler et l'acquisition d'une bonne base technique sont déterminantes." Tout concertiste grandit dans la recherche de la perfection. Faire toujours mieux est un leitmotiv, il faut donc travailler encore et toujours jusqu'au moment où on ne peut faire mieux, ce qui n'arrive probablement jamais. Julien Gaudfroy a abordé le chinois avec le même degré d'exigence, et la même capacité à peaufiner les petits détails.
 
Résultat, cette force de travail se traduit par 6 à 8h d'études par jour en moyenne ! Pendant 5 ans ! Alors, bien sûr, il le reconnaît lui-même, il a aussi eu "la chance pendant un an et demi de vivre dans l'appartement de ses parents, et d'éviter les soucis de loyer". Et d'être donc mentalement disponible. Aujourd'hui, sollicité en permanence avec sa vie professionnelle bien remplie et sa famille, il ne pourrait pas refaire la même chose. Mais à l'époque, c'était aussi, comme pour beaucoup d'étudiants, une question de gestion de temps et de volonté. "Je baignais littéralement dedans, y compris dans mes rêves. Le sommeil étant favorable à l'assimilation, je faisais systématiquement 2h de chinois avant de me coucher, et 2h au réveil, avant même de prendre le petit déjeuner".

La littérature plutôt que l'université

L'apprentissage de Julien fut donc autodidacte. En septembre 1998, quand il commence, il travaille tout seul, essaye toutes les méthodes, avant de s'inscrire en octobre 1999 en université à Jussieu. L'expérience dure un mois, abrégée car il n'avançait pas assez vite : "Les professeurs adaptent toujours la vitesse aux moins bons élèves". En novembre 1999, il part en Chine, passe deux mois à Shanghai, puis va dans le Fujian. "A ce moment, je bossais vraiment comme un taré, environ 10h par jour. Parce que la satisfaction intellectuelle est énorme quand on passe beaucoup de temps à apprendre quelque chose. Et le respect que l'on gagne, les compliments qui vont avec, sont aussi un moteur à défaut d'être la raison de cet investissement."

Il travaille alors à partir de la littérature, suivant le conseil donné par son amie chinoise, quand elle-même lisait des romans français : "ne pas avoir systématiquement recours au dictionnaire, mais seulement quand on rencontre un mot 4 à 5 fois. On a alors un contexte, un champ lexical qui va avec, et la mémorisation est plus facile". De retour en France fin août 2000, Julien Gaudfroy enseigne le français à des Chinois, puis travaille comme interprète dans un cabinet d'avocats à Belleville, dans le fameux 13e arrondissement de Paris. Il retouche bien au violoncelle, mais comme pour les sportifs de haut-niveau, il doit repartir en arrière, passer par de la rééducation. "C'était trop difficile mentalement, et je venais de découvrir plein de choses passionnantes". L'instrument est définitivement rangé dans l'étui. En avril 2002, il atterrit en Chine. Il ne l'a pas quittée depuis.



(épisode 2 sur Zhu li an, comédien de xiangsheng, disponible en cliquant sur ce lien : Comment le très sérieux Julien est devenu l'humoriste Zhu li an 朱力安 (2/2))

Joseph Chun Bancaud (lepetitjournal.com/pekin) Vendredi 17 mai 2013

Pékin

LE VENT DE LA CHINE - Le TGV chinois cherche sa voie

Avant de disparaître en 2013, le ministère des Chemins de fer, bâtisseur, investisseur et exploitant unique du réseau ferré, avait accumulé 108 milliards de $ de dettes et était perclus de corruption. C’est ce qui justifie la peine capitale avec sursis, assénée le 17/10 à Zhang Shuguang, ex-vice ingénieur-chef, pour avoir empoché en dix ans 7,8 millions de $ de bakchichs, sur des achats d’équipements et l’octroi de contrats. Su Shunhu, son…

SENSATIONS DE CHINE – Intimités

Après deux mois d’absence où j’ai déserté l’Empire du Milieu, je redécouvre certaines habitudes, certaines attitudes des Chinois avec un regard neuf.…
Actualité Chine

LE VENT DE LA CHINE - Le TGV chinois cherche sa voie

Avant de disparaître en 2013, le ministère des Chemins de fer, bâtisseur, investisseur et exploitant unique du réseau ferré, avait accumulé 108 milliards de $ de dettes et était perclus de corruption. C’est ce qui justifie la peine capitale avec sursis, assénée le 17/10 à Zhang Shuguang, ex-vice ingénieur-chef, pour avoir empoché en dix ans 7,8 millions de $ de bakchichs, sur des achats d’équipements et l’octroi de contrats. Su Shunhu, son adjoint, reçoit la perpétuité, pour un montant de près de 4 millions de $
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Perth - Actualité Australie

SANTE - La grossesse en expatriation

Les analyses ont confirmé la bonne nouvelle, vous êtes, bel et bien, enceinte. Certains signes vous avaient mis la puce à l'oreille, mais…
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.