NYNA VALES - Le glamour à la "frenchy"

Qui est Nyna Valès ? Un charmant duo, composé du musicien poète Yann Savel et de la charismatique chanteuse Nathalie Carudel, dans une ambiance pop et groovy. Rencontre avec le groupe, en tournée en Chine et en Mongolie

Nyna Valès en interview (Photo by Déborah)

Une pincée de poésie, un peu de bossa nova, beaucoup d’énergie et d’imagination, un univers haut en couleurs, une voix cristalline et des textes mélodiques, voici ce qui caractériserait le groupe Nyna Valès. Cette fois, accompagné d’un autre musicien, Rodolphe Blino, le duo se transforme en trio pour notre plus grand plaisir.

Pourquoi avoir choisi la Chine et la Mongolie pour vos concerts ?
Nathalie : Il y a un partenariat de notre région des Pays de la Loire, qui essaye d’envoyer des artistes régulièrement, avec les Alliances Françaises de Chine. La Mongolie nous a été proposée en supplément, c’est la première fois qu’une Alliance Française envoie un groupe là-bas, et aussi un défi personnel.

Yann : C’est aussi la première fois qu’ils envoient ce style de musique et notre première fois en trio !

D’où est né le projet Nyna Valès ?
Nathalie :
Yann composait déjà des chansons depuis longtemps, et avait sorti quelques albums sous le nom de SAVEL. Il cherchait un aspect féminin pour ses chansons, il a fait passer un casting et m’a trouvé ! On a commencé en 2006, sorti un premier album en 2008, L’Atmosphère, puis le second en 2010, Je m’anime.

J’ai bien sûr écouté quelques chansons, comment définiriez-vous votre monde musical ?
Yann : Evolutif. On reprend les classiques de la chanson française, comme Aznavour, Gainsbourg… Notre musique est composée de bossa nova, de jazz, d’électro, de rock, ainsi qu’une influence par rapport aux orchestres des années 60. Nyna Valès est hétéroclite, on aime le funk, la soul, la musique classique…

Nathalie : Oui, ça se ressent de plus en plus ! Il y a un véritable apport de rythmes dansants sur le second album, il est plus coloré, plus ouvert musicalement…

Dans vos chansons, et par vos ateliers, on perçoit un véritable amour de la langue française…
Yann : C’est vrai que notre duo accorde une réelle importance aux textes, aux mots, à la manière de le dire… On a essayé de rendre ça en osmose avec la mélodie…

Nathalie : Nos textes expriment un certain raffinement de la forme, une projection avec son sujet. Cela reste des sujets quotidiens mais exprimés avec un certain détachement, les mots et les sujets se retrouvent sublimés.

Vous faites des concerts, animez des ateliers, des documentaires… Nyna Valès est un duo touche-à-tout…
Nathalie : En 2008, on a commencé à travailler avec les enfants, à faire des activités annexes au groupe. On a créé un bal pour enfants, pour leur faire partager les classiques de la chanson française. C’était aussi un moyen de réunir l’enfant et le parent, le temps d’un bal, réunir les époques, sur des chansons connues des générations d’avant, et reprises en version décalées pour l’adapter aux enfants. On a fait aussi des ateliers de création de chansons avec les enfants, avec la pratique du MAO (Musique Assistée par Ordinateur). Cela permet de faire durer l’instant de création. On leur donne des thèmes, des mots de base et ils créent des chansons avec leurs propres mots. C’est pédagogique, ludique et totalement différent d’un concert qui est éphémère. C’était une expérience réellement émouvante.

Un souvenir insolite à nous raconter lors d’une tournée ?
Yann : Cet été, en mai-juin, on a fait une tournée avec le Bal pour enfants. A chaque fois, on fait un avant-après : On arrive dans la salle, complètement vide, on prend une photo. On décore, on en fait notre petite maison, on prend une photo après. C’est tellement excitant, tu arrives dans un lieu, tu n’as aucune idée de ce qui t’attends, et après ça devient un lieu plein de couleurs… Il y a eu aussi cette fois où on était sur la route pour un concert en France, et c’était la tempête, on est restés 5h dans la tourmente… On est arrivés à 2h du matin, on jouait à 10h du matin… On a tout monté, on s’est déguisés, et là tu as 150 enfants, tous tellement contents, et inconscients de tout ce qu’on avait vécu…

Un groupe chaleureux (Photo by Déborah)

Des futurs projets ?
Nathalie : On projette de faire une caravane musicale, il y a déjà un aperçu sur notre site. Les concerts, c’est une expérience de folie, mais on ne peut jamais ramener tous nos costumes, nos accessoires… C’est là qu’on a eu l’idée de la caravane, pour faire découvrir à tout le monde notre univers, à la fois visuel et sonore !

Yann : On se déplacera ainsi avec notre propre salle de concert !

Merci au groupe Nyna Valès, et à la firme culturelle de l’Alliance Française pour l’organisation de cette interview !

Lucie Bousquet (www.lepetitjournal.com/pekin.html) Mardi 30 octobre 2012

-Nyna Valès en musique : http://cheznyna.free.fr

Nyna Valès sera en tournée en Chine et en Mongolie, retrouvez toutes les dates dans notre agenda culturel et sur le site de l’Alliance Française de Pékin: http://www.afchine.org


Pékin

LE VENT DE LA CHINE - Zéro pointé pour le touriste chinois ?

Alors que le nombre de touristes chinois hors frontières explosait en 2014 (100 millions, contre 29 millions en 2004), les leaders éprouvent un soudain souci d ’image. Les incidents gênants se multiplient, tel ce vol d’Air Asia où des passagers furieux ébouillantent l’hôtesse (cf photo), ou d’autres angoissés ou ivres, ouvrent les issues de secours avant le décollage ou tentent de le faire à l’atterrissage, et autres cas de manque de…
Actualité Chine

SHANGHAI MODE D’EMPLOI – Se rendre au cinéma 电影

On m’a encore posé la question durant mes vacances en France à Noël : "Il y a des cinémas à Shanghai ?" Oui, bien évidemment, simplement, aucun film en français n’y est projeté ! Mais alors, pourquoi penser que le(s) cinéma(s) n’existerait pas en Chine… ? De très bons films, de réalisations chinoises, ont fait les gros titres de la presse cinématographique ces dernières années, en étant nommés ou en s’emparant de récompenses à plusieurs festivals de renommées mondiales. Et ces supers films, il faut bien les projeter quelque part
A la une

GUILLAUME CANET / CEDRIC ANGER - "C’est un serial killer assez inédit dans le genre"

La prochaine fois, je viserai le cœur s’inspire de l’affaire Alain Lamare. Les faits ont lieu dans l’Oise entre 1978 et 1979. Un maniaque agresse et tue plusieurs auto-stoppeuses. La police et la gendarmerie peinent à trouver l’homme qui échappe à tous les barrages. Chose qui lui est dans un premier temps facile puisqu’il s’agit en fait d’un jeune gendarme modèle qui enquête sur ses propres crimes. Notre édition de Londres a rencontré le…
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Sydney - Actualité Australie

PRINCE PHILIP - Un chevalier controversé

Si lundi, le jour de la fête nationale australienne, 16,000 citoyens de 15 pays différents sont devenus australiens traduisant une fois…
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie