EN VADROUILLE A PEKIN - Le ventre de la Chine

Un ancien dicton chinois proclame : "Pour un homme, la nourriture est la chose la plus importante". La nourriture en Chine est chargée d’importance et de sens, mais peut aussi parfois entrainer quelques incompréhensions et désagréments…

On a faim ! (Photo LB)

L'embarras du choix

Je me demande parfois comment font les Chinois pour ne pas devenir obèses. Je n’ai jamais vu autant de tentations et de mises à l’épreuve pour mon estomac… Ainsi, si j’ai un petit creux ou une paresse monumentale pour cuisiner (on ne va pas se mentir, je ne connais aucun expatrié qui cuisine régulièrement en Chine, à part les nostalgiques de la nourriture occidentale, ou les Master Chef qui ont appris la cuisine chinoise) je n’ai qu’à descendre pour retrouver la farandole des stands. Dés de pommes de terres, brochettes grillées, petites crêpes épicées, je n’ai qu’à pointer du doigt ce qui me tente, et me régaler pour quelques yuans… Si je veux manger quelque chose de plus consistant, je me traine au "boui boui". C’est là que les choses se corsent. Si vous vous trouvez dans une gargote un tant soit peu sophistiquée, mais on ne va pas rêver, (ou située dans un quartier touristique), le menu sera traduit en anglais. Sinon, il sera accompagné de photos et vous devrez choisir au hasard. Je connais des personnes qui ont dû choisir sur un menu en chinois, et sans photos, et se sont retrouvés avec des nouilles et du tofu… Attention aux mauvaises surprises, jeunes expatriés affamés ! Les Chinois mangent tous les morceaux de l’animal, donc même les plus improbables : ainsi, le petit plat qui semble être de délicieux morceaux de poulets accompagnés de légumes frais, peut en fait se révéler de petits morceaux visqueux de peaux de poulet, ou ces innocentes brochettes qui vous font de l’œil sont en fait des brochettes de cartilages… Un autre mystère : Les saucisses que j’achète en supermarché, avec un "Ham flavour" (Arôme porc), inscrit nonchalamment sur l’emballage. No comment.

Etal coloré (Photo M-E R)

Habitudes culinaires
Malgré cela, la nourriture chinoise recèle toute sorte de délices, et reste une chaleureuse tradition. Les plats ne sont pas individuels, mais pour toute la tablée, qui peut ainsi picorer dans les différentes assiettes et goûter aux diverses saveurs. En Chine, la culture de la nourriture est à l’inverse de la nôtre : les portions servies sont proportionnelles à la taille de l’assiette, mais pas à celle du portefeuille (je ne pleure plus en mangeant dans un restaurant, une minuscule portion de gratin dauphinois à 15 euros mais joliment décoré par des herbes, qui ne servent à rien disons-le). Par contre, je pleure quand même en achetant des gâteaux, moi qui suis accro aux sucre et aux pâtisseries (Le sucre ici est moins courant que le piment) puisqu’ils ne ressemblent jamais aux photos sur l’emballage : Parfois, les cookies que j’achète n’ont pas de pépites de chocolat (C’est bien le principe d’un cookie, non, d’avoir des pépites de chocolat ?).
Je pense aussi que les Chinois ont un palais à toute épreuve. Ils ne rajoutent ni beurre, ni crème, mais compensent avec de nombreuses épices. Je me suis surprise à m’habituer aux plats épicés (moi qui ne pouvait manger trop de moutarde sous peine d’avoir le nez et les yeux en flammes), et même, à rajouter du piment dans mes pâtes…

Lucie Bousquet (www.lepetitjournal.com/pekin.html). Vendredi 26 octobre 2012

 
Pékin

VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION CHINOISE - Comment gérer les soins aux seniors ?

Selon la tradition confucéenne, les personnes âgées doivent être honorées et prises en charge. Mais alors que la génération du baby-boom (婴儿潮 yīng'ér cháo) est sur le point d’atteindre l’âge de la retraite, des questions d’ordre logistique apparaissent, à un niveau jusque-là jamais vu en Chine. De 100 millions en 2005, les plus de 65 ans sont 222 millions aujourd’hui, et passeraient à 329 millions en 2050, soit plus de 40% de la population…
Actualité Chine

G20 DE HANGZHOU - La Chine se prépare à sa première présidence

Vous avez peut-être remarqué le ciel anormalement bleu (même pour l’été) à Shanghai et ses environs durant le mois d’août. C’est parce que la Chine se prépare activement pour accueillir le G20 les 4 et 5 septembre prochains. Avec le spectre du terrorisme au niveau mondial, le prochain G20 s’annonce plutôt sombre. Le Brexit, voté cet été, ajoute à cette situation incertitude et crainte de protectionnisme.
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

LEPETITJOURNAL.COM - Soyez la voix des Français et francophones dans votre ville

Vous cherchez un défi personnel, professionnel et dans les médias ? Vous voulez être votre propre patron tout en intégrant un réseau en pleine expansion ? Vous possédez de fortes attaches dans la communauté des expatriés et des Francophones de votre ville que vous désirez faire fructifier ? Devenez partenaire du site lepetitjournal.com !

MANAGEMENT - Christian Barqui, président de l'APM : "On n’apprend pas sans émotion"

Créée en 1987 à l’initiative de Pierre Bellon, alors PDG de Sodexo, l’APM, Association pour le Progrès du Management, suscite l’engouement d’un nombre croissant de dirigeants en France et à l’international. L’association compte désormais 353 clubs réunissant une fois par mois de 20 à 25 dirigeants autour d’un expert. Le Président et le Directeur Général de l’APM, reviennent sur les éléments clés qui concourent à ce succès.
Expat - Politique

DIPLOMATIE – Etre consule de France à Istanbul pendant le coup d'Etat militaire

Muriel Domenach a occupé de septembre 2013 à août 2016 le poste de Consule générale de France à Istanbul. Entre suppression des festivités du 14 juillet du fait de menaces terroristes et coup d'Etat militaire, elle raconte comment elle a vécu personnellement les événements, les mesures prises pour rassurer les ressortissants français et revient sur trois années très riches en Turquie

MICHAELLE JEAN - "Nous n’agissons pas seulement pour le français, mais pour le public et les 77 délégations sportives francophones"

La secrétaire générale de la Francophonie était à Rio la semaine dernière afin d’assister à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques, accompagnée du musicien Manu Dibango, Grand Témoin de la Francophonie pour ces Olympiades. Notre édition de Rio a pu s’entretenir avec la Canadienne lors des premières épreuves d’aviron, à la Lagoa de Rio. 
Magazine