VIE PROFESSIONNELLE - « Conjoint d'expatrié votre carrière continue !»

 

Peut-on accompagner son conjoint en expatriation sans pour autant renoncer à s’épanouir sur le plan professionnel ? Dans son livre Conjoint d'expatrié, votre carrière continue !, Stéphanie Talleux répond clairement oui. Une réponse qui n’évacue pas les difficultés, ni les ajustements ou les nécessaires compromis, mais ouvre des pistes concrètes pour concilier mobilité et carrière

Rencontre ce matin, à Paris, avec Stéphanie Talleux. L’occasion de renouer le fil d’une amitié commencée à Singapour, lorsque Stéphanie était rédactrice en chef de la Gazette de l’Association Francaise de Singapour. Entretemps, elle a vécu à Hong Kong, où elle a travaillé dans la communication et le journalisme. Elle est ensuite revenue à Paris, a développé une activité de conseil en expatriation et en gestion des carrières nomades et a écrit un livre. Un livre nourri de la pâte de son expérience et des multiples interviews réalisées, notamment à Singapour, tant auprès des expatriés que des experts de la mobilité - conseils, coachs, psychologues, médecins, DRH.

Changer de logiciel

"Oui, l’expatriation est pleine de chausse-trappes auxquelles le conjoint n’est pas forcément préparé. Oui, le "choc culturel" est parfois davantage à rechercher dans la confrontation avec la communauté des expatriés sur place, qu’avec la population locale. Non, l’expatriation n’a pas vocation à être le fossoyeur des ambitions professionnelles du conjoint. Oui à nouveau, l’expatriation est le terrain de multiples expériences qui sont génératrices de nouvelles compétences et peuvent à ce titre être valorisées ». Mais Stéphanie Talleux insiste :"le conjoint d'expatrié doit changer de logiciel pour faire de cette étape à l’étranger un tremplin vers le succès professionnel. Il faut qu’il se positionne moins comme conjoint et davantage comme un expatrié à part entière".

Poser un regard objectif sur son parcours

Dans son livre, Stéphanie passe successivement en revue les nouveaux défis du couple expatrié, les risques de rupture de carrière en expatriation, même pour les personnes les plus aguerries, et les clefs de réussite d’une carrière nomade. "Il est important d’apprendre à poser un regard objectif sur son parcours, suggère-t-elle. Or ce regard est souvent très sévère. Au cours de ses déplacements, le conjoint perd progressivement le fil rouge de sa carrière et considère à tort qu’il n’a plus de carrière ".

Abandonner la perspective d’une carrière linéaire…

"Il faut, selon elle, réinventer la notion de carrière: substituer à la logique d’une carrière linéaire, conçue traditionnellement comme une suite de postes permettant une progression en responsabilités et en salaire, souvent au sein d’une même entreprise, celle d’une carrière nomade avec ses ruptures et sa diversité, dans laquelle ce qui compte, c’est le projet professionnel et le développement de ses compétences".

… pour réussir une carrière nomade

Oui, mais comment faire ? - "Tout d’abord en retrouvant ce fil rouge, puis en saisissant toutes les opportunités que peuvent offrir l’expatriation. Je travaille  3 aspects clefs: les compétences, le réseau et l’image". "Je me suis attachée, dans la troisième partie de mon livre, à donner des conseils pratiques pour optimiser l’utilisation de ses réseaux, gérer son image, préparer son pitch et s’entrainer à le dire. En ce qui concerne les compétences, celles-ci peuvent s’acquérir dans des environnements extrêmement variés. Ce qui est essentiel, c’est d’éviter de se disperser, d’avoir en tête ses ancrages et son projet, et de choisir des engagements permettant de mettre en œuvre les compétences qui vont dans le sens de ce projet. Les activités bénévoles fournissent un bon exemple. C’est un travers très français que de sous estimer l’expérience acquise dans ce cadre. On a tendance à les cacher sous le tapis sous prétexte qu’elles n’ont pas été rémunérées. Les anglo-saxons sont beaucoup plus pragmatiques. Ce qui est important c’est la réalité de l’engagement, les réalisations, la capacité démontrée à faire avancer des projets… Tout cela est parfaitement transférable dans le secteur professionnel classique. La vraie question, c’est le regard qu’on porte soi-même sur son expérience et la manière dont on se prépare à en rendre compte."

"C’est mon expérience d’expatriée qui a fait la différence… "

Parmi les témoignages, dont Stéphanie Talleux se fait l’écho dans son livre, celui d’Isis est particulièrement éloquent. Isis est DRH en France lorsqu’elle interrompt sa carrière pour accompagner son conjoint en Asie. Arrivée sur place, les promesses initiales s’évaporent. Malgré de nombreuses démarches, elle ne parvient pas à retrouver un emploi. "Je suis restée deux ans là bas et je suis rentrée en France avant la fin du contrat de mon mari pour trouver du travail….J’ai finalement été employée pour un poste à plus forte responsabilité que celui que j’occupais avant l’expatriation. C’est mon expérience d’expatriée qui a fait la différence pour obtenir mon poste de DRH mobilité internationale d’un grand groupe français. Je connais à présent parfaitement les rouages et les codes du monde expatrié …"

Propos recueillis par Bertrand Fouquoire (www.lepetitjournal.com-Singapour). Vendredi 19 octobre 2012

Pékin

LA FRANCE EN CHINE - Revue de Presse Economique, 4ème édition

Pour cette quatrième édition de votre revue de presse économique, jamais de trêve, les entreprises françaises se montrent toujours aussi conquérantes dans l’Empire du Milieu ! Et ceci tous secteurs confondus : YOPLAIT, CAMPANILE, SUEZ Environnement, AXA, GROUPAMA et bien d’autres encore. C’est de saison, préparez-vous à une "pluie d’informations écos"...
Actualité Chine

LA FRANCE EN CHINE - Revue de Presse Economique, 4ème édition

Pour cette quatrième édition de votre revue de presse économique, jamais de trêve, les entreprises françaises se montrent toujours aussi conquérantes dans l’Empire du Milieu ! Et ceci tous secteurs confondus : YOPLAIT, CAMPANILE, SUEZ Environnement, AXA, GROUPAMA et bien d’autres encore. C’est de saison, préparez-vous à une "pluie d’informations écos"...
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Melbourne - Actualité

"SI J'OZAIS" - Kafka chez les kangourous

On a beau être un bonze, on n’échappe pas à quelques mouvements d’humeur de temps à autre. Un exemple au hasard, lointain souvenir de…
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine