TELECOM - La bataille planétaire d'HUAWEI et de ZTE contre le monde

 

La bataille était ingagnable. Le 08/10, le Congrès américain statue que Huawei et ZTE, n°2 et n°5 des télécom mondiaux, font peser un risque d’espionnage massif sur les Etats-Unis par détournement des milliards de bytes de données, circulant à chaque seconde à travers leurs serveurs installés dans le pays

Soupçonnant ces deux groupes de Shenzhen de liens avec les services secrets chinois, le Congrès recommande, aux firmes privées de boycotter leurs serveurs et commutateurs. A Washington, il recommande de  bloquer tout investissement de la part de ces compagnies leur permettant de devenir compagnies américaines.
Les conséquences sont dévastatrices : Huawei va perdre son marché de 1,3 milliard de $ de ventes de l’an passé aux USA et peut-être jusqu’à 10 milliards ailleurs, du fait d’un effet boule de neige. Dès le 9 octobre, Ottawa interdit à Huawei d’équiper son réseau national sécurisé. Huit mois plus tôt, Canberra faisait de même, pour son réseau à larges bandes à 38 milliards de $.
L’Union Européenne n’est pas loin derrière, seulement bloquée par le refus de ses géants (Alcatel-Lucent, Ericsson) de porter plainte par peur de rétorsions de leurs partenaires chinois.
Il faut dire que dix ans en arrière, le Ministère chinois des télécoms imposait aux constructeurs occidentaux le dépôt des codes-source. Ceci forçait l’étranger à remettre ses secrets technologiques et permettait à la Chine au moins théoriquement de détourner toutes les informations gérées par ses outils.

Sur le fond, le Congrès semble faire payer à Huawei et ZTE une politique chinoise systématique de confiscation des technologies étrangères pour concurrencer ensuite leurs auteurs sur leurs propres marchés. La Chine a gagné cette guerre, mais à présent, il lui faut gagner la paix. D’autres grandes batailles se profilent sur d’autres marchés – TGV, nucléaire, solaire ou éolien. Comme dans les télécoms, la Chine, pour aller de l’avant, va devoir inventer avec l’Ouest un type de relation radicalement nouvelle intégrant confiance, partage et citoyenneté du monde.

Eric Meyer (www.lepetitjournal.com/shanghai.html). Mercredi 17 octobre 2012

Extrait du Vent de la Chine N°33 (du 15 au 21 octobre 2012)
www.leventdelachine.com

Nouveau : Le Vent de la Chine sur votre iPhone

 


Pékin
Actualité Chine
A la une

RETRAITE À L'ÉTRANGER – Portugal, Thaïlande ou Maroc ?

1.2 million de Français ont décidé de passer leur retraite à l'étranger. Douceur de vivre, facilités administratives, coût de la vie, impôts, autant de critères de décision avant de choisir son pays d'accueil. Mais quels pays font les beaux jours des séniors tricolores ?
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie