ECONOMIE – La Chine investit massivement en Europe

 

Conséquence indirecte de la crise en zone euro ? Le Vieux Continent, a fortiori la France, serait actuellement la cible privilégiée des investisseurs chinois à l’étranger. Zoom sur un phénomène en plein essor

Les cosmétiques L'Occitane roulent avec des fonds chinois

L’entrée de Fosun International dans le capital du Club Med en juin 2010 a fait date. Depuis, de nombreux investisseurs, la China Investment Corporation (fonds souverain chinois) en tête, se sont engouffrés dans la brèche ouverte par le plus grand conglomérat privé chinois. Et ce, tous secteurs d’activité confondus, de la logistique à la haute technologie. Pour ne citer qu’eux : les cosmétiques L’Occitane, les multinationales Total et GDF Suez, l’opérateur de communication par satellites Eutelsat ou encore la firme électronique Bang & Olufsen, roulent désormais avec des capitaux en provenance de l’Empire du Milieu.

En plein essor, le phénomène vise un partenariat « gagnant-gagnant ». D’un côté, la Chine élargit ainsi son réseau, tout en espérant un retour sur investissement, sous forme de transfert de technologie ou de savoir-faire, avec à la clef, une montée en gamme de sa propre industrie. De l’autre, les entreprises européennes bénéficient d’un afflux de capitaux et de conditions facilitées pour s’implanter et se développer sur le marché chinois. Une perspective séduisante pour nombre de sociétés, mises à rude épreuve par la crise sévissant sur le Vieux Continent.

RMB- Euros

L’Europe, nouvel eldorado
Dans la roue des prises de participation, les fusions-acquisitions ont également gagné du terrain. Pour exemple : le constructeur automobile suédois Saab, la maison de prêt-à-porter française Sonia Rykiel, le réseau de parfumeries tricolores Marionnaud, le céréalier britannique Weetabix, le fournisseur de BTP allemand Putzmeister et bien autres… battent désormais pavillon rouge.  

En pleine tourmente économique, l’Europe apparaît donc comme un nouvel eldorado pour l’Empire du Milieu. La preuve en chiffres : suivant l’indice Dragon*, publié par le fonds sino-européen A Capital*, elle aurait capitalisé 34% des opérations chinoises à l’étranger en 2011. Et loin de donner des signes de faiblesse, son attractivité se serait encore renforcée cette année. Toujours selon A Capital, au 2e trimestre 2012, le Vieux Continent aurait enregistré une progression record, concentrant 95% des investissements chinois (hors ressources naturelles).

Le Shangri-La Shanghai possède désormais son pendant parisien

La France dans le tiercé de tête
Et la France alors ? A priori, elle figurerait dans le tiercé de tête des investisseurs chinois en Europe, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne, bon premier. Dans l’Hexagone, l’afflux de capitaux s’est d’abord cristallisé sur le vin et l’hôtellerie, avec le rachat de nombreux vignobles dans le Bordelais et l’ouverture à Paris des palaces Shangri-La et Mandarin-Oriental (bientôt rejoints par le Peninsula).

Depuis, les Chinois ont largement diversifié leurs billes. En ligne de mire : le luxe, l’énergie, les transports… Autant de secteurs à haute valeur ajoutée, convoités par l’Empire du Milieu, afin de pallier ses carences en la matière. Un investissement stratégique pour l’avenir.

* Premier fonds sino-européen  de capital de croissance, A Capital publie l’indice Dragon, indicateur de référence des investissements chinois dans le monde : www.acapitaldragonindex.com

Barbara Guicheteau (www.lepetitjournal.com/shanghai) Jeudi 11 octobre 2012

Pékin
Actualité Chine

LA FRANCE EN CHINE - Revue de Presse Economique, 4ème édition

Pour cette quatrième édition de votre revue de presse économique, jamais de trêve, les entreprises françaises se montrent toujours aussi conquérantes dans l’Empire du Milieu ! Et ceci tous secteurs confondus : YOPLAIT, CAMPANILE, SUEZ Environnement, AXA, GROUPAMA et bien d’autres encore. C’est de saison, préparez-vous à une "pluie d’informations écos"...
Une internationale

MALADIE DES OS DE VERRE – Aidez Beth à faire le tour du monde !

Beth est une jeune Australienne de 12 ans atteinte de la maladie des os de verre. Avant l’entrée au lycée, sa mère Katie a souhaité qu’elle puisse vivre la grande aventure de sa vie en partant à la découverte du monde. L'hébergement représente un gros budget lors d'un tel voyage mais vous pouvez les aider grâce au home-sitting en les invitant chez vous !
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Melbourne - Actualité

"SI J'OZAIS" - Kafka chez les kangourous

On a beau être un bonze, on n’échappe pas à quelques mouvements d’humeur de temps à autre. Un exemple au hasard, lointain souvenir de…
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine