Nouvelle Calédonie

CAFE CALEDONIEN - Une histoire dans l’Histoire

 


Le café fait partie intégrante de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie. Ce sont les pères maristes de la mission Saint Louis qui, en 1856, l’intoduisirent en Nouvelle-Calédonie.

Historique

Le café fait partie intégrante de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie : d’abord cultivé par les colons, il fut ensuite implanté en milieu kanak. Toutefois, il semblerait quecertains plants de café étaient déjà implantés dans certaines tribus de la Grande Terre et avant l'arrivée des colons.

Ce sont les pères maristes de la mission Saint Louis qui, en 1856, intoduisirent des plants d'Arabica en Nouvelle-Calédonie. Par la suite, les plants importés provenaient de La Réunion, comme le café Bourbon dit le café Leroy.

En 1862, une pépinière de caféier fut planté par l’ingénieur agronome Adolphe Boutan. 2 ans plus tard une distribution de près de 60.000 pieds fur organisée. Le gouverneur Feuillet, à son arrivée, mise sur la producition caféicole mais la filière ne se développera pas selon ses souhaits.

En 1920, afin de relancer cette filière, l’administration décide d’implanter la culture du café en milieu mélanésien « afin d’intégrer les tribus dans l’économie marchande » et la culture dite « sous ombrage » est alors utilisée. La 2de guerre mondiale provoquera le déclin de la production. Toutefois, comme le fait remarquer l'Ecomusée de Voh : "Nous sommes encore à cette période sous l’application du code de l’indigénat avec l’obligation de travail dans les plantations des colons parmi bien d’autres obligations et interdictions. Selon nos sources ce serait en 1931, à l’arrivée du capitaine de gendarmerie Meunier, que l’on incite fortement les kanaks à planter le café en tribu."

En 1978, le Territoire met en place un programme de plantation et de vulgarisation de nouvelles techniques intensives de culture. L’opération café est lancée mais ne connaîtra pas le succès escompté notamment du fait du choix d’une production intensive au soleil. En effet, c’est à cette époque que l’opération café lancé par Paul Dijoud a pour objectif d’amener les tribus dans l’économie marchande. Mauvais choix technique, culture qui ne produit qu’au bout de 3 à 5 ans, pas adapté au mode de vie des gens…etc

Son développement commercial fut initié par Monsieur Paul Joubin. Il découvrit en 1911 qu’un commerçant parisien vendait un arabica exceptionnel en provenance de Nouvelle-Calédonie et décida dès lors de fonder la société Havre Calédonienne afin d’en faire la promotion en Métropole.

L’histoire raconte que le café Leroy en provenance de Nouvelle-Calédonie fut offert par des militaires du bataillon du Pacifique et qu’il devint le préféré de Churchill.

Aujourd’hui, la culture du café se fait essentiellement en Province Nord et a pour objectif de s’inspirer des leçons du passé. Essentiellement familiale, les techniques de production du café s’adapte aujourd’hui au mode de vie des populations.

 




Le café calédonien a son écomusée

La production de café étant indissociable de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie, ce dernier a son écomusée depuis 2010. Installé à Voh, dans l’ancienne maison Destoop, il présente tout au long de l’année des expositions temporaires, une exposition permanente sur l’histoire du café en Nouvelle-Calédonie et dans le monde. Des démonstrations de torréfaction sont souvent organisées.

Actuellement, se déroule l’exposition « Les ennemis du caféier » qui a pour objectif de présenter et de sensibiliser la population aux ravageurs et maladies du caféier, mais également de présenter les techniques culturales et les traitements phytosanitaires permettant de les combattre.

L’écomusée accueille une cafétéria où l’on peut déguster les différents cafés cultivés en Nouvelle-Calédonie et une boutique. Un petit déjeuner peut être pris, sur réservation, les samedis et dimanches matins.

 


Les horaires :
De 10h à 13h le lundi, de 8h à 17h du mardi au vendredi, et de 8h à 12h le week-end. Les horaires sont maintenus pendant la période des fêtes.

Les espèces :
Les espèces présentes sur le territoire :
Plus de 90% de la production est issue de plants de Robusta, notamment la variété Coffea canephora (dont le Kouilou). On trouve également des hybrides de Robusta et d’Arabica, comme la variété Catimor, souvent considérée à tort en Nouvelle Calédonie comme un Arabica.

La provenance du café de Nouvelle-Calédonie :
Arabica : introduit en 1860/1880 de l'Ile de la Réunion par les frères Maristes
Robusta : introduit en 1910 de Java par la chambre d'agriculture
Kouilou : introduit du Jardin Colonial de Nogent sur Marne
Congusta : introduit en 1967 en provenance de l' IRCC Madagascar.

A savoir :
En Nouvelle-Calédonie, on préfère utiliser le mot caférie à caféière.

 

 

 

 Claudia Rizet-Blancher - http://www.lepetitjournal.com/nouvelle-caledonie - mercredi 28 décembre 2016

Liens :
http://www.koniambo-evasion.nc/uploads/8/5/9/1/8591201/activits_de_lcomuse_du_caf.pdf
https://www.facebook.com/ecomuseeducafe.voh
http://www.province-nord.nc/documents/dossiers/Caf%C3%A9.pdf
http://www.royal-pacifique.nc/francais/histoire1nc.htm
http://www.espressologie.fr/tag/cafe-leroy/

 

 
A la Une en Nouvelle-Calédonie
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine