Nouvelle Calédonie

CKOASA - Tout l’art du recyclé

 

Mener une vie « à la Paul-Emile Victor », loin du brouhaha des grandes villes et de l’Occident, une vie d’expatrié comme beaucoup la rêve, élégante et réfléchie.


Un nouveau monde est en marche, une révolution silencieuse et la preuve en est dans les ouvrages tirés à des milliers d’exemplaires, les films, les conférences, les documentaires, les actions individuelles, etc…

Mais quelle est donc cette révolution ? Ce que certains nomment le nouveau paradigme et où a-t-elle pris sa source ? Cette révolution silencieuse que certains refusent de reconnaître mais qui existe bel et bien.

Ce n’est pas à proprement parler une révolution, mais plus une prise de conscience. Aujourd’hui, la Terre meurt sous nos déchets, meurt de la consommation à outrance, on ne trouve pratiquement plus d’eau potable, la fonte des glaciers et la montée des eaux sont de véritables catastrophes écologiques. Fermer les yeux, attendre que les pouvoirs publics prennent des décisions est un véritable suicide. Alors, certains font à leur niveau, dans leur quotidien, leur part afin de ne pas faire partie de ce grand génocide. Des initiatives poussent aux 4 coins du monde. Toutefois, la grande majorité d’entre nous ne sait pas encore par où commencer. Et il faut bien commencer quelque part et refuser de rester aveugle. Parce que les solutions existent déjà même au sein de nos foyers.

C’est le pari lancé par Catherine Thomas et son conjoint.

Ils ont déjà depuis longtemps choisi de devenir consommateur/acteur, c’est à dire refuser d’acheter à travers certaines filières, d’acheter trop, d’acheter différemment pour ne plus participer au grand gaspillage. Cette décision est devenue une éthique de vie, la colonne vertébrale de l’éducation, des valeurs morales transmises à leurs enfants.

Il y a 8 ans, ils ont décidé de quitter la France, Toulouse où ils étaient installés, de s’expatrier à l’autre bout du monde, Down Under, en Nouvelle-Calédonie pour ne plus avoir à vivre et subir la consommation à outrance, à participer à ce génocide des ressources de la Planète.

Mais ici aussi l’éternel question a refait surface au sujet de l’environnement : « Mais qu’est-ce que je peux faire, qu’est-ce qu’on peut faire pour la protection de l’environnement à notre niveau ? Je ne suis qu’une goutte d’eau dans l’océan ! ».

Outre le fait bien évidemment de consommer moins et de comprendre qu’aujourd’hui la mode c’est d’être écolo (Ça c’est pour les réfractaires fashionitas ), de vivre locavore, Catherine a décidé de réagir, de faire autrement et surtout de mettre en pratique dans son métier ses nouvelles valeurs, comme une continuité à son mode de vie.

Riche de ses réflexions sur les modes de consommation, elle a choisi de créer une ligne de bijoux écologiques et réfléchis « en réutilisant un matériel par le recyclage, la récupération et la revalorisation pour lui donner une nouvelle vie, dans le respect de l’homme et son environnement ».

Pari réussi, la ligne de bijoux Ckoasa  fabriqués exclusivement en Nouvelle-Calédonie est chic et élégante. Comment imaginer que ce travail d’orfèvre est fait à partir d’anciennes canettes et de chambres à air !

On est bien loin des créations baba-cools que l’on voit dans les marchés alternatifs. On a bien plus l’impression d’avoir sous les yeux la ligne d’une créatrice parisienne ou new-yorkaise de bijoux de mode. Catherine Thomas donne à l’art du recyclé ses lettres de noblesse et s’engouffre dans la voie de ces nouveaux artisans à travers le monde qui ont décidé de démontrer au plus grand nombre qu’avec un rien on fait du beau et souhaite inspirer, à travers des ateliers, la future génération.

Finalement, à travers son talent, elle mène une vie « à la Paul-Emile Victor », qui loin du brouhaha des grandes villes et de l’Occident, sur son atoll, a réussi à travailler tant et à faire tant de belles choses, une vie d’expatrié comme beaucoup la rêve, élégante et réfléchie. Elle a su donner véritablement un autre sens à sa vie. Une véritable source d’inspiration !

Claudia Rizet-Blancher - (www.lepetitjournal.com/nouvelle-caledonie) - jeudi 29 décembre 2016


A savoir :
La communication des créations CKOASA est gérée depuis Sydney par sa fille Camille Thomas avec le site www.ckoasa.com.
Les bijoux de Catherine sont exposés en ce moment à la Maison Higginson à Nouméa dans le cadre de l’exposition « Extraordinaires objets de l’ordinaire ».
Une exposition est prévue en 2017 sur Sydney.
Comme un hommage à cette île qui l’a accueillie et tant inspirée, chacune de ses lignes de bijoux portent le nom d’une commune de la Nouvelle-Calédonie.


Liens :
https://www.facebook.com/ckoasabijoux/?fref=ts
https://www.facebook.com/ckoasa.ckoasa?ref=ts&fref=ts
http://ckoasa.com/
https://www.noumea.nc/agenda/exposition-extraordinaires-objets-de-lordinaire
https://www.instagram.com/ckoasa/?hl=en

 
A la Une en Nouvelle-Calédonie
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine