Montréal

CURRICULUM VITAE – Augmentez vos chances de trouver un travail au Canada

Québec City.

Entre la France et le Canada, c’est une relation toute particulière. Le Canada est certainement le pays le « plus français » des non-français. La langue de Molière est la langue officielle, au même titre que l’Anglais, et la culture française est omniprésente, plus particulièrement au Québec. Il est donc naturel et logique que la première destination des Français voulant s’expatrier soit la Nouvelle-France. Cependant, avant de chercher un travail au Canada, il est fondamental de préparer un CV adapté, qui peut contredire le modèle français sur certains points.

-Chronologie inversée

Le curriculum vitae canadien, qu’il soit rédigé en français ou en anglais, est très semblable au CV américain. Contrairement au modèle français, il privilégie la chronologie inversée, soit de l’expérience la plus récente à la plus ancienne. Un détail important qui montre au recruteur votre volonté d’adapter le CV aux critères du pays.

-Forme beaucoup plus longue

La France est l’un des seuls pays à exiger que la présentation du curriculum vitae tienne sur une seule et unique page. Au Canada c’est tout l’inverse, les employeurs attendent plutôt des CV d’une longueur de deux ou trois pages, l’idée étant de développer suffisamment les différentes rubriques. Inutile donc d’essayer de gagner de l’espace en écrivant en minuscule ou en synthétisant au maximum les informations.

-Infos personnelles proscrites

Voilà un autre aspect qui s’oppose totalement au modèle français. Alors que la forme est plus longue et laisserait éventuellement la place pour inscrire ses infos personnelles, cette rubrique est proscrite par les employeurs canadiens. Les mentions telles que l’âge, l’année de naissance, la nationalité, la situation familiale ou encore le statut social au Canada ne sont pas demandées ! Evitez donc d’ennuyer le recruteur avec des informations qu’il ne lira même pas.

-La valeur des diplômes

Aux yeux d’un employeur canadien, un diplôme français signifie peu. En effet, les noms des diplômes diffèrent d’un pays à l’autre et correspondent souvent à des réalités très opposées. C’est le cas des diplômes d’ingénieur notamment. La reconnaissance des diplômes par le système éducatif canadien est l’une des premières choses à vérifier avant d’envoyer votre CV. Au Québec, juridiquement, il n’existe pas d’équivalence de diplômes, cependant, des accords prévoient que le baccalauréat français et le diplôme d’études collégiales québécois permettent tous deux d’accéder au premier cycle universitaire. Sachez que le diplôme a souvent plus d’importance en France et la notion d’école prestigieuse est inconnue au Canada.

-Rubrique « Objectif de carrière »

C’est une rubrique que l’on retrouve dans beaucoup de pays, mais pas en France. Après avoir développé votre parcours scolaire et vos expériences professionnelles, expliquez quel est votre objectif de carrière. Si vous avez une idée bien précise en tête, n’hésitez pas à la développer, au contraire, c’est ce qu’attend l’employeur qui verra votre ambition et vos aspirations.

-Insérez des chiffres

Voici un point très spécifique du curriculum vitae canadien. Comme chez ses voisins américains, les recruteurs canadiens sont très friands de chiffres. Attention, on parle évidemment de chiffres significatifs. Si vous avez eu des résultats scolaires exceptionnels dans un domaine, ou un classement de promotion vous mettant en valeur, n’hésitez pas à les insérer dans votre CV.

-Pas de photo

Alors que chez nous, il est fortement conseillé de mettre une photo personnelle sur notre CV, par volonté de mettre un visage sur la tête du postulant, ce n’est pas du tout le cas au Canada. La photo est déconseillée, car, comme pour les infos personnelles, le recruteur ne doit pas être influencé par des critères propres à l’individu, que cela soit son physique ou son caractère.

-Langue du CV

Le Français et l’Anglais étant les deux langues officielles du pays, ne vous prenez pas la tête et préparez pour chaque entreprise les deux versions du CV, sauf demande spécifique. Soyez vigilants quant à la traduction de votre texte, une mauvaise orthographe est impardonnable. De plus, si vous êtes bilingue, précisez-le en tête du CV, ne l’inscrivez pas dans une rubrique indépendante.

Si le Canada et la France sont proches dans beaucoup de domaines, notamment sur le plan culturel et linguistique, ce n’est pas pour autant que le fonctionnement des démarches pour trouver un travail est identique. Pleins d’aspects sont différents, mais l’on retrouve bien sûr des points communs comme la rédaction d’une lettre de motivation, qui sera déterminante pour le recruteur, le détail de ses expériences professionnelles sans donner les coordonnées de l’ex-employeur, et toute la syntaxe telle que le style télégraphique, l’absence du « je », et l’emploi des verbes d’action.

Vincent VILLEMER  www.lepetitjournal.com/Montréal  Mercredi 2 Août 2017

 
Montréal

IMMOBILIER –Trouver un logement à Montréal

Montréal fait partie des destinations privilégiées par les Français dans le cadre de l’expatriation professionnelle. Mais avant de se projeter dans sa nouvelle vie canadienne, la question du logement est primordiale. Malgré la hausse des prix depuis une décennie, Montréal reste très compétitif en terme de tarifs et de capacités de logement. Tour d’horizon du mode de fonctionnement de l’immobilier canadien.

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait écho. Une…
Actualité Canada
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine