Milan

CCI France - Italie – Soirée de Noël : élégance et générosité

Lundi 19 décembre, au cœur du DS Store de Milan a eu lieu l’annuel cocktail de Noël de la Chambre. Une réception réussie, fruit du travail de la Communauté de San Patrignano et de l’implication du nouveau comité exécutif de la Chambre.

Le lieu n’a pas été choisi par hasard : le DS Store se fait le porte drapeau de l’élégance à  la française, et c’est ce cadre que la nouvelle Chambre a choisi le temps d’une soirée pour accueillir tout l’entreprenariat français en Italie.

La première soirée de la nouvelle chambre

Un cocktail de fin d’année au style nouveau, l’occasion pour les membres du comité exécutif  de la CCI fraichement élus de dresser un bilan de cette année 2016, riche en soubresauts des deux côtés des Alpes et de rappeler l’importance des relations économiques bilatérales entre l’Italie et la France : «  les deux pays sont placés second en termes d’import/export et sont des partenaires économiques de longue date, c’est une relation qu’il faut entretenir » précise Paul Hunsinger, Ministre conseiller pour les affaires économiques, présent à la réception.  La réception a aussi permis à la nouvelle Chambre de se projeter et d’exposer ses projets pour l’avenir de la CCI Italie France.

L’attention pour San Patrignano

La réception de Noël s’est accompagnée d’un bel hommage à la Communauté de San Patrignano,  à laquelle le président de la Chambre, Denis Delespaul, est très attaché. Cette organisation, créée en 1978, œuvre pour aider les jeunes souffrant de problèmes d’addiction. Totalement gratuite, le principe de la communauté est de soigner avec le travail, puisque les jeunes peuvent « choisir parmi cinquante secteurs d’activité et ainsi suivre une formation » explique Marco Stefanini responsable du secteur mobilier au sein de la Communauté.

« Donner un sens à nos actions »

 Et comme le souligne Annie Rea, membre du Comité éxécutif : « c’est essentiel pour nous de donner un sens à nos actions et ce cocktail avait pour objectif de mettre en avant nos engagements en termse de responsabilité sociale ».  

De l’accueil au service en passant par le buffet, tout était préparé par des jeunes en parcours à San Patrignano et organisé par la branche évènementielle de la communauté : une opportunité pour les convives de se sensibiliser et également prendre part à la cause de San Patrignano. En  se procurant des produits artisanaux entièrement conçus à San Patrignano comme du panettone ou du vin.

Aux « Auguri » s’est jointe l’émouvante histoire de Max, 18 ans, tombé dans l’enfer de la drogue  et qui, grâce à San Patrignano a pu suivre une formation professionnelle et sortir du gouffre. « A San Patrignano, l’être humain est au centre des préoccupations, son fondateur Vincenzo Muccidi voulait prouver qu’en chacun se trouve un don, et que peut importe son histoire, ses échecs ou ses erreurs, nous pouvons rebondir » explique Christophe Bally, qui s’est reconstruit une carrière au sein de la communauté. Au travers d’histoires comme celles de Max ou de Christophe Bally, on comprend l’importance et l’utilité de San Patrignano « qui rend à l’être humain sa dignité, insiste Christophe Bally. Ce n’est pas pour rien que 72% des jeunes sortent ‘drug-free’ de leur parcours au sein de la communauté »

Networking et found-raising

La soirée, au-delà d’un Networking avait pour essence de  « s’ouvrir à un monde en détresse, qui est celui de la drogue, et mettre en perspective une réflexion humaine au-delà de l’économie, de l’argent et des sponsors ». Une soirée de Noël rimant avec générosité puisque tous les profits de la soirée ont été intégralement reversé à San Patrignano : les quelques 200 invités ont pu « témoigner de leur soutient à cette initiative sociale »,  note Annie Rea.

Une soirée réussie qui illustre parfaitement l’intérêt que porte le comité exécutif à rendre la Chambre toujours plus dynamique. 

 

Chloé Tridera (lepetitjournal.com de Milan) – Vendredi 23 décembre 2016

 
Milan

EXPAT – Comment se loger à Milan ?

S’expatrier est déjà un grand chamboulement. Mais lorsqu’il s’agit de se loger dans une ville que l’on ne connaît pas, cela peut devenir un vrai…
Actualité Italie
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

6 FEVRIER – La fête nationale same

Depuis 1992, le 6 février, c’est la fête nationale same (samenationaldagen). Une occasion pour nous d’aborder la culture et l'histoire de…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine