POLITIQUE - Monti un an après

Vendredi dernier, le gouvernement Monti soufflait discrètement sa première bougie. Invité le lendemain à l’Université Bocconi pour présenter ses livres sur l’Europe et la démocratie, le Président du Conseil a dû faire face à des mouvements contestataires. Si l’heure est au bilan, elle l’est aussi à la préparation des élections législatives de 2013. Car pendant ce temps là, à Rome, Luca Codero di Montezemolo, lançait son soutien à un Mario Monti, pas encore candidat


Une semaine de violence sans fin
De nouvelles tensions ont éclaté ce week-end à Milan entre jeunes des centres sociaux et force de l’ordre. Une centaine de contestataires s’étaient réunis devant l’entrée de la Bocconi, en la présence de Mario Monti. Le Président du Conseil italien et ancien recteur de l’Université présentait ses deux ouvrages La démocratie en Europe et Les mots et les faits à l’occasion de Book City Milano. Rassemblés devant l’Université, les manifestants ont tenté d’y rentrer à plusieurs reprises, brandissant des panneaux sur lesquels on pouvait lire "Une année de Monti, austérité, précarité et matraques. Félicitations". Chaque tentative a été repoussée par les forces de l’ordre alors que les manifestants recouraient aux pétards et aux fumigènes. Bilan : deux agents de la police mobiles et un de la division des opérations spéciales auraient été blessés.

Un bilan non partagéLe Gouvernement Monti le 17 novembre 2011
Côté bilan, le gouvernement a publié le sien. A l’occasion de ce premier anniversaire, on peut lire sur le site du gouvernement un document intitulé "Un an après. Le gouvernement, l’Italie, les citoyens ; notes de voyages". Un titre plus poétique que technique. Un bilan plutôt élogieux mentionnant les profondes mutations que l’Italie a entrepris ces douze derniers mois, ainsi que les liens renoués avec l’Europe. Le document rappelle que le gouvernement a essayé de représenter "la réalité aux citoyens sans contre façon et avec un langage vrai" tout en reconnaissant les lourds sacrifices qui ont été demandés. Des sacrifices mal perçus après les scandales de la classe politique de ces dernières semaines.
Dans le contexte de préparations des législatives, le bilan de Monti n’est pas resté sans commentaire. Pour le centre gauche, la situation est catastrophique. Ce dernier dénonce que le gouvernement n’a rien fait pour la croissance, s’appuyant sur les données statistiques nationales publiées la semaine dernière.
Le document conclut : "Après un an, l'Italie est fermement sur la voie du changement, il est certainement un pays qui peut regarder son avenir avec plus de confiance".

Futura Italia tend la main à Monti
Mais l’avenir de l’Italie dépendra aussi des élections législatives qui auront lieu en avril 2013. La campagne est déjà en marche. Les primaires socialistes d’une part, la multiplication des meetings socialistes d’autre part. Hasard du calendrier ou non, le même samedi, Luca Cordero di Montezemolo organisait à Rome une grande manifestation intitulée "Vers la troisième République". L’occasion pour son think tank, Italia Futura de demander à Monti de descendre "techniquement" sur le champ… de bataille.
Interrogé pendant sa présentation, Le Président du Conseil s’est contenté de répondre qu’il voyait d’un bon œil les nombreuses initiatives de la société civile pour rapprocher les Italiens de la vie politique.

Sophie Her (www.lepetitjournal.com/milan) - lundi 19 novembre 2012


Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Lire aussi :

STATISTIQUES - Prévisions alarmantes pour 2013

 
Milan
Actualité Italie

OCDE – Les adolescents italiens, champions du stress à l’école

Anxieux et utilisateurs extrêmes d’Internet. Les élèves de 15 ans battent des records en Italie par rapport à leurs petits camarades du monde entier, selon un rapport de l’OCDE sur le bien-être des élèves dans les pays développés. En comparaison, les jeunes Français affichent un niveau de satisfaction de vie plus élevé que la moyenne.
Une internationale

PRÉSIDENTIELLES 2017 – Récapitulatif des résultats par circonscriptions

Lepetitjournal.com vous propose de revenir sur les résultats du 1er tour des Français de l’étranger par circonscription législative. Hors de nos frontières, ils n’auraient pas envoyé les mêmes candidats au second tour que les Français établis à l’intérieur de l’Hexagone. Macron et Fillon, avec respectivement 40.4% et 26.3% des suffrages auraient été les deux candidats à se qualifier au second tour. Marine Le Pen ne totalise quant à elle que 6.5%…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Avancer sans bouger...

Vous tournez en rond, sans but précis. Vous vous sentez triste, insatisfait, perdu, frustré, bloqué voire inutile ? Dans sa nouvelle rubrique, Nicolas Serres Cousiné vous dévoile la première étape pour avancer sereinement vers une vie qui vous ressemble : commencez par ne plus bouger !

TESTS D'ANGLAIS - Cambridge, TOEFL, TOEIC, BULATS, IELTS et Lilate, lesquels choisir ?

Quel test d’anglais correspond à votre profil ? Quelles sont les différences majeures entre les différents tests qui existent ? Cambridge, TOEFL, TOEIC, BULATS, IELTS et Lilate sont tous les six passés au crible sur des facteurs tels que le coût, le système de notation ou encore la validité. Consultez cette infographie portant sur les tests de langue anglaise afin de mieux vous y retrouver.
Expat - Politique

PRÉSIDENTIELLES 2017 – Récapitulatif des résultats par circonscriptions

Lepetitjournal.com vous propose de revenir sur les résultats du 1er tour des Français de l’étranger par circonscription législative. Hors de nos frontières, ils n’auraient pas envoyé les mêmes candidats au second tour que les Français établis à l’intérieur de l’Hexagone. Macron et Fillon, avec respectivement 40.4% et 26.3% des suffrages auraient été les deux candidats à se qualifier au second tour. Marine Le Pen ne totalise quant à elle que 6.5% des voix à l’étranger, loin derrière Mélenchon et ses 15.8%. 

PRÉSIDENTIELLES – Les résultats des Français de l'étranger

Les Français de l'étranger, malgré quelques couacs, sont allés voter en nombre pour ce premier tour de la Présidentielle. Et comme souvent, ils font un choix une peu différent de celui des Français de l'Hexagone, en plaçant Emmanuel Macron très largement en tête, devant François Fillon. 
Magazine