POLITIQUE - Monti un an après

Vendredi dernier, le gouvernement Monti soufflait discrètement sa première bougie. Invité le lendemain à l’Université Bocconi pour présenter ses livres sur l’Europe et la démocratie, le Président du Conseil a dû faire face à des mouvements contestataires. Si l’heure est au bilan, elle l’est aussi à la préparation des élections législatives de 2013. Car pendant ce temps là, à Rome, Luca Codero di Montezemolo, lançait son soutien à un Mario Monti, pas encore candidat


Une semaine de violence sans fin
De nouvelles tensions ont éclaté ce week-end à Milan entre jeunes des centres sociaux et force de l’ordre. Une centaine de contestataires s’étaient réunis devant l’entrée de la Bocconi, en la présence de Mario Monti. Le Président du Conseil italien et ancien recteur de l’Université présentait ses deux ouvrages La démocratie en Europe et Les mots et les faits à l’occasion de Book City Milano. Rassemblés devant l’Université, les manifestants ont tenté d’y rentrer à plusieurs reprises, brandissant des panneaux sur lesquels on pouvait lire "Une année de Monti, austérité, précarité et matraques. Félicitations". Chaque tentative a été repoussée par les forces de l’ordre alors que les manifestants recouraient aux pétards et aux fumigènes. Bilan : deux agents de la police mobiles et un de la division des opérations spéciales auraient été blessés.

Un bilan non partagéLe Gouvernement Monti le 17 novembre 2011
Côté bilan, le gouvernement a publié le sien. A l’occasion de ce premier anniversaire, on peut lire sur le site du gouvernement un document intitulé "Un an après. Le gouvernement, l’Italie, les citoyens ; notes de voyages". Un titre plus poétique que technique. Un bilan plutôt élogieux mentionnant les profondes mutations que l’Italie a entrepris ces douze derniers mois, ainsi que les liens renoués avec l’Europe. Le document rappelle que le gouvernement a essayé de représenter "la réalité aux citoyens sans contre façon et avec un langage vrai" tout en reconnaissant les lourds sacrifices qui ont été demandés. Des sacrifices mal perçus après les scandales de la classe politique de ces dernières semaines.
Dans le contexte de préparations des législatives, le bilan de Monti n’est pas resté sans commentaire. Pour le centre gauche, la situation est catastrophique. Ce dernier dénonce que le gouvernement n’a rien fait pour la croissance, s’appuyant sur les données statistiques nationales publiées la semaine dernière.
Le document conclut : "Après un an, l'Italie est fermement sur la voie du changement, il est certainement un pays qui peut regarder son avenir avec plus de confiance".

Futura Italia tend la main à Monti
Mais l’avenir de l’Italie dépendra aussi des élections législatives qui auront lieu en avril 2013. La campagne est déjà en marche. Les primaires socialistes d’une part, la multiplication des meetings socialistes d’autre part. Hasard du calendrier ou non, le même samedi, Luca Cordero di Montezemolo organisait à Rome une grande manifestation intitulée "Vers la troisième République". L’occasion pour son think tank, Italia Futura de demander à Monti de descendre "techniquement" sur le champ… de bataille.
Interrogé pendant sa présentation, Le Président du Conseil s’est contenté de répondre qu’il voyait d’un bon œil les nombreuses initiatives de la société civile pour rapprocher les Italiens de la vie politique.

Sophie Her (www.lepetitjournal.com/milan) - lundi 19 novembre 2012


Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter !

Lire aussi :

STATISTIQUES - Prévisions alarmantes pour 2013

Milan

PREMIER SCRUTIN - Vers l'élection de Sergio Mattarella ?

Le premier scrutin des élections du président de la République s’est déroulé hier jeudi 29 janvier. Les partis politiques ont attendu le dernier moment pour dévoiler le nom de leurs candidats respectifs. Comme on l'attendait, ce premier scrutin se solde par un résultat négatif. La surprise du jour est en revanche constituée par la rupture apparente de l'alliance entre Matteo Renzi et Silvio Berlusconi

SORTIR – A Milan cette semaine

Nous vous emmenons cette semaine dans trois univers totalement différents. Commencez par découvrir les travaux du réalisateur israélien Amos Gitai au…
Actualité Italie

PREMIER SCRUTIN - Vers l'élection de Sergio Mattarella ?

Le premier scrutin des élections du président de la République s’est déroulé hier jeudi 29 janvier. Les partis politiques ont attendu le dernier moment pour dévoiler le nom de leurs candidats respectifs. Comme on l'attendait, ce premier scrutin se solde par un résultat négatif. La surprise du jour est en revanche constituée par la rupture apparente de l'alliance entre Matteo Renzi et Silvio Berlusconi
A la une
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie