ELECTIONS – Le "Centro-Sinistra" à l’épreuve des primaires

Les primaires de la coalition de Gauche auront lieu dans quelques semaines.  Les prétendants à la candidature au poste de Président du Conseil en 2013 sont au nombre de six. Chacun jongle entre mésententes et front commun pour défendre sa cause jusqu’au 25 novembre.  Retour sur l’avant-départ des élections 2013

Premiers pas vers un nouveau gouvernement

Alors que les intentions de candidatures se clarifient de jour en jour, le spectre centre-gauche italien s’organise pour relever le défi des primaires : déterminer le candidat capable d’affronter la droite en 2013. Initié par le Partito Democratico il y a quelques années, le système des primaires s’est élargi dès 2005 à la gauche toute entière qui réunit ses forces pour conquérir l’Assemblée.

Slogan du Parti démocratique italien et de la Carta d'Intenti de la Coalition de Centre Gauche

La relance de ce système très américanisé – qui a inspiré la France l’année dernière – a été annoncée en juin par Pier Luigi Bersani, secrétaire du Pd. Engageant son parti et sa personne dans la conquête du gouvernement, il a ouvert la voie à Matteo Renzi, également membre du parti, qui se jette dans la campagne à l’annonce du retrait de Massimo D’Alema. Après le jeune maire de Florence, c’est au tour de Laura Puppato de se candidater toujours pour le Pd. Conseillère régionale de Vénétie, elle défie les deux candidats les plus attendus du grand parti de gauche, se disant ʺni contre Bersani, ni contre Renziʺ mais ʺpour une idée de futur possibleʺ .

Aux candidats du Pd s’ajoutent trois représentants solitaires : Fulvio Abbate, indépendant, Bruno Tabacci qui représente l’Api (Alleanza per l’Italia) et Nichi Vendola, candidat pour le parti Sel (Sinistra Ecologia Libertà). Chacun d’entre eux manie avec précaution l’outil de la coalition. L’issue du débat Calderoni – réforme électorale- pourrait changer les règles du jeu. Désormais, chaque parole les engage individuellement et collectivement, créant de nombreuses dissensions.

Carte d’intentions ...

Le programme de la coalition a été publié le 13 octobre. Intitulé "Carta d’intenti" il condense, en théorie, les objectifs des trois grands partis en lice – Pd, Api et Sel, mais s’inspire profondément de celui du premier candidat, Pier Luigi Bersani. En vérité, l’alliance définit aujourd’hui un programme en dix points à la fois extrêmement étendu et très imprécis. "Nous ferons en sorte que la politique juste et l’aide civique procèdent efficacement. L’objectif est de reconstruire un patrimoine collectif que la droite et le populisme sont en train de détruireʺ , écrivent en cœur les représentants de centre-gauche.

L’intention fondamentale de la "Carta d’intenti" est selon Nichi Vendola, "l’au-delà" de la politique de Mario Monti, actuel Président du Conseil. D’autres grands engagements sont évoqués : le programme fiscal – qui veut alléger le poids des taxes sur le travail pour le reporter sur les grands patrimoines et rentes-, la reconnaissance civique du couple homosexuel et la scolarité des enfants d’immigrés.

… et procès d’intentions

La "Carta d’intenti " est loin de contenter ses "rédacteurs". Le premier reproche est émis par les admirateurs de Mario Monti, indignés de ne voir aucune allusion précise au chef du gouvernement actuel et au prolongement de sa politique. Le programme aurait-il été rédigé dans la hâte et sans consensus de fond ?

Matteo Renzi défend la "Carta", à sa manière : ʺc’est une déclaration générique, il reviendra à nous d’en ajuster le contenuʺ. De son côté, le Sel se démarque déjà et pour Vendola, il s’agit ʺd’une alternative aux pensées conservatrices de Casiniʺ - Pier Ferdinando Casini, président de l’Unione di Centro. Quant à Bruno Tabacci, il décline fermement sa responsabilité dans l’écriture du texte et joue la totalité de sa campagne sur la critique de ses compagnons de gauche.

Les primaires s’établissent sur un texte instable et peu soutenu, soumis à d’indénombrables critiques externes. Elles deviennent un véritable show à rebondissements pour le public italien.  Pourtant la gauche se doit d’être unie pour prétendre au pouvoir et n’a pas tort d’espérer. L’infortune de la droite post-Berlusconienne et la médiatisation du Pd, en la personne de Renzi en particulier, suivi de près par Bersani, promettent encore de nombreux rebondissements.

Camille de FOUCAULD (www.lepetitjournal.com/Rome) Lundi 29 octobre 2012

Milan

EXPO 2015 – Le Pavillon suisse se dévoile

A deux mois de l'ouverture de l'Exposition universelle de Milan, le Pavillon suisse livre quelques-uns de ses secrets. De son architecture ambitieuse au grand enjeu de l'alimentation chez les Helvètes, en passant par la présentation de produits de qualité, les surprises sont nombreuses.

SORTIR – A Milan cette semaine

Vous attendiez le week-end pour décompresser et vous cultiver ? Ce sera chose faite grâce à notre sélection hebdomadaire. De la culture à la…
Actualité Italie

MADE IN ITALY – Le décret signé par la ministre du Développement économique

Bloqué depuis des mois, le plan Made in Italy, sensé revaloriser les entreprises italiennes dans la Péninsule ou à l’étranger devrait voir le jour d’ici peu, après examen de la Cour des Comptes. La ministre du Développement économique vient de signer le décret. Une bonne nouvelle au moment même où l’Italie prévoit une croissance positive au premier trimestre 2015, après trois longues années de récession.
A la une
France/Monde
En direct d'Europe
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Que sont devenus les anciens lauréats ?

A quelques semaines de la 3ème cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, qui se déroulera sous les dorures du Quai d’Orsay le 17 mars prochain, lepetitjournal.com vous propose de revenir sur le parcours des lauréats 2014 depuis la remise de leur trophée. DJ, entrepreneur, chercheur, judoka… Ces Français de l’étranger avaient été choisis par le jury pour leur parcours atypique et leur engagement. Un an après l’euphorie de la remise de trophées, ils font le bilan. 
Expat
Expat - Emploi

ENTREPRENDRE EN THAÏLANDE - Une image de carte postale

La Thaïlande c'est LA destination touristique en Asie du Sud-Est. Bien connu pour ses plages de sable blanc, et avec une réputation sulfureuse, le royaume de Siam héberge la plus grande communauté française de la région. Mais qui sont ceux qui se sont installés au pays du sourire ? Un reportage vidéo du WProject
Expat - Politique

LOI MACRON – Qu’en pensent les députés des Français de l’étranger ?

Redoutant d'être mis en minorité à l'Assemblée, Manuel Valls a choisi hier de passer en force en utilisant l'arme du 49-3 pour faire adopter la Loi Macron. Trois députés des Français de l’étranger se sont illustrés dans les débats, souvent à contre-courant par rapport à leur camp. Voici leurs réactions 
Magazine
Francophonie

PHILOSOPHIE - Michel Foucault à Rio, ses conférences de 1973 (2/4)

Invité par l’université pontificale catholique de Rio du 21 au 25 mai 1973, Michel Foucault a donné une série de conférences dont l´objet était "La vérité et les formes juridiques". Suite de l'intervention du philosophe sur la confiscation du pouvoir judiciaire par l’Etat.

PAROLE DE BLOGUEURS – Berlin Gourmandise et Coralie Bakery, pour les amoureux de pâtisseries

Pendant deux années, Coralie, avec l'aide de son amie Inga, a organisé des événements gourmands dans la capitale allemande en se basant sur le modèle américain « Les Pop Up Bakery ». Entre temps, la jeune femme a appris qu'elle allait avoir un enfant et a donc décidé de mettre en « stand by » le blog Gourmandise Berlin sur lequel était diffusé ces « Pop up ». Mais pour ne pas laisser en reste les amateurs de pâtisseries à la française, Coralie a créé un nouveau blog, Coralie Bakery, sur lequel elle partage ses recettes originales et appétissantes