Mexico

Mexique: manifestations et hommages deux mois après l'assassinat du journaliste Valdez

Environ deux cent collègues et proches du journaliste mexicain assassiné Javier Valdez lui ont rendu hommage samedi à Mexico, pendant que dans son état natal de Sinaloa s'organisaient des manifestations contre l'impunité après son meurtre deux mois plus tôt.

Pendant la cérémonie, organisée par l'ONG Reporters Sans Frontières dans la capitale mexicaine, ses proches ont dit ne pas avoir encore "digéré" la tragédie. Ils ont également confié la peur qui les tenaille chaque jour depuis que Javier Valdez, un reporter spécialisé dans le crime organisé et le narcotrafic, et pigiste de l'AFP, a été abattu en plein jour dans les rues de Culiacan (nord-ouest).

L'assassinat de Javier Valdez "a causé une énorme émotion. J'ai senti que nous étions tous extrêmement vulnérables", a déclaré Guillermo Osorno, journaliste et directeur du site Horizontal.

Les autorités n'ont toujours pas dévoilé les avancées de l'enquête. Un groupe de journalistes a pourtant demandé de pouvoir consulter la version publique de l'enquête, demande refusée par le parquet.

"Je veux voir des noms", a demandé la journaliste Anabel Hernandez pendant l'hommage rendu, dans une salle bondée de la capitale.

Dans l'état de Sinaloa (nord ouest), l'indignation était de mise ce samedi devant le manque de résultats de l'enquête. Les membres de l'association de journalistes "7 juin" ont manifesté, avec des banderoles où l'ont pouvait lire "Justice", devant les bureaux du procureur de Culiacan, bloquant l'accès aux bâtiments.

Depuis le début de l'année, six reporters mexicains et un hondurien ont été assassinés.

Plus de cent journalistes ont été tués au Mexique depuis 2000, selon les associations de défense de la liberté d'expression. Elles affirment que les autorités, à tout niveau de responsabilité, seraient responsables de 60% des agressions subies par les journalistes.

Le pays est considéré comme étant l'un des plus dangereux au monde pour les journalistes.

© 2017 Agence France-Presse
 
Mexico
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine