Mexico

ACUFC – "Etudier en français dans une province anglophone est un vrai plus"

 

 

 La délégation ACUFC  à l'Universidad La Salle de Mexico City.

 

L’Association Des Collèges et Universités de la Francophonie Canadienne (ACUFC) regroupe 21 établissements post-secondaires qui se situent dans 8 provinces canadiennes. Du 13 au 18 mars, l’ACUFC se rend à Mexico City dans le cadre d’une mission de recrutement étudiants. Nous avons eu l'opportunité de nous entretenir avec Anne Girard de l’ACUFC et Stéphane Hawey de l’Université de Saint-Boniface de Winnipeg.

À leurs cotés, Martin Robichaud de l’Université d’Ottawa et Claudia-Ann Malette du Collège Boréal qui possède plusieurs campus dans la province de l’Ontario, sont également présents pour cette semaine de recrutement. 

  

lepetitjournal.com/mexico - Pourquoi le Mexique ?

Nous pensons qu’il y a des possibilités encore inexplorées au Mexique. Les Mexicains voient d’un très bon œil les Canadiens, leur multiculturalisme, leur ouverture, leur culture basée sur le développement et les affaires. Le Canada est aussi un pays bilingue, ce qui attire le Mexique – il y a beaucoup à apprendre.

 

Existe-il une importante communauté francophone à Mexico ?

Il y a une reconnaissance, un intérêt beaucoup plus grand qu’auparavant. Certaines écoles l’enseignent même en langue seconde. Nous allons à leur rencontre mais nous allons aussi dans les lycées français qui sont de grandes niches francophones. Il est vrai que l’anglais est encore prédominant dans les universités au Mexique mais les Mexicains veulent apprendre une autre langue et le français demeure prédominant.

 

Qui peut venir étudier en français, dans les établissement de l’association ?

Cela dépend du cas de figure, il existe des établissements qui vous permettent de partir de 0. Ce sont des écoles de langues, des divisions au sein des établissements. Cependant, pour l’étudiant qui veut venir faire un programme de 3 à 4 ans sur le sol canadien, il devra bien entendu parler le français mais ce français n’a pas à être parfait car il existe des services au sein de l’établissement qui permettent de parfaire la langue, ce sont des centres d’excellence ou des services de tutorat.

C’est un vrai plus pour ces étudiants car ils se trouvent en immersion dans un monde bilingue. Un avantage pour apprendre les deux langues officielles du Canada, le français et l’anglais en même temps!

 

Pourquoi les Mexicains sont attirés par le Canada ?

C’est un atout pour les Mexicains d’obtenir un diplôme qui vient du Canada ; ils sont très reconnues et confèrent un socle important pour l’avenir des jeunes même s’ils reviennent dans leur pays d’origine. Les établissements canadiens offrent aussi de très bons ratios professeurs/ élèves, c’est à dire que le nombre d’élève ne dépasse pas le nombre de 15 pour 1 professeur. Dans la majorité des cas, les classes sont plus chaleureuses et tout le monde se connaît. Pour les Mexicains, c’est quelque chose de non commun !

 De plus, le Canada offre la possibilité de travailler jusque 20h en plus des cours, ce qui est judicieux lorsqu’ils veulent aussi apprendre l’anglais. Les chances de travailler en anglais sont élevées  et c’est  très simple à apprendre, ca s’attrape vite.

Un Mexicain peut alors devenir trilingue et se démarquer en rentrant chez lui sur le marché du travail. Il passera en avant d’autres jeunes de son âge. Pour tenir une carrière internationale ou pour poursuivre sa vie au Canada, c’est un vrai plus. Dans notre communauté, les opportunités pour les trilingues sont aussi excellentes.

Il ne faut pas oublier que le Canada est aussi un pays très sécuritaire, et c’est un atout indéniable pour toutes les familles qui cherchent une sécurité pour leur enfant. 

 

Rencontre à l'Universidad La Salle et au Colegio Guadalupe de Mexico City

 

Ariane Khos (lepetitjournal.com/mexico) mercredi 15 mars 2017

Allez sur le site de l'ACUFC ici

 
Mexico
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine