Mexico

ALENA – Négociations entre Trump, Mexico et Ottawa

 

 

 

Le président américain Donald Trump va contacter sous peu le Mexique et le Canada pour renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) : « Nous allons commencer à renégocier sur l’Aléna, sur l’immigration et sur la sécurité à la frontière ». Des négociations qui sont synonymes de menaces pour l’Accord.

 

C’est quoi l’Aléna ?

 Il s’agit de l’Accord de libre-échange nord-américain. C’est un traité mis en vigueur le 1e janvier 1994 qui institue une zone de libre-échange entre les Etats-Unis, le Canada et Le Mexique. Il n’a pas vocation de créer des institutions supranationales à pouvoir législatif, comme l’Union européenne. C’est un traité international d’ordre économico-financier qui a pour but d’éliminer les barrières douanières,  de faciliter les échanges transfrontaliers de biens et services, d’augmenter les investissements et  d’approfondir la coopération trilatérale pour étendre les bénéfices de l’accord.

 

Une renégociation entre les trois pays membres

La réécriture de l’Aléna est une des promesses de campagne de Donald Trump.

Ce dernier a dit vouloir rencontrer le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, et son homologue mexicain, Enrique Peña Nieto,.

Donald Trump, n’a pas précisé quelles améliorations il souhaitait intégrer à l’Aléna mais il a toutefois déjà indiqué qu’il veut mettre fin au transfert d’industrie des Etats-Unis vers le Mexique. Il a également menacé d’augmenter les droits de douane sur les produits fabriqués au Mexique par des entreprises américaines qui délocaliseraient leurs activités.

 

Une menace pour l’Aléna

Pour le moment, La rencontre avec Enrique Peña Nieto à la Maison Blanche a été fixée au 31 janvier mais aucune date n’est fixée pour une rencontre avec Justin Trudeau.

La nouvelle administration républicaine des Etats-Unis a averti ses partenaires : s’ils refusent une négociation « qui apporte aux travailleurs américains un accord équitable » - Le pays va quitter l’Aléna.

Selon les accords du traité, l’une des parties peu notifier aux autres son intention de quitter le groupe : une période de 180 jours pour entamer une négociation est alors ouverte.  Si aucun accord n’est conclu, l’ancien accord est alors dissous. 

 

Ariane Khos (lepetitjournal.com/mexico) Lundi 23 janvier 2017

 
Mexico
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine