Mexico

MUSEE - Une collection d’interventions

Au cours des 19e et 20e siècles, le Mexique a connu une succession d’interventions armées sur son territoire, aussi bien de la part des Espagnols, des Américains que des Français. Un musée original, situé dans l’ancien couvent de Churubusco (Coyoacan), retrace l’histoire de ces ingérences étrangères

L'ancien couvent de Churubusco date du 17ème siècle

Espagnols, Français, Américains... Depuis son accession à l’indépendance, en 1810, et jusqu’à la fin de la première guerre mondiale, le Mexique a connu une succession quasi ininterrompue d’agressions militaires étrangères. Et la Republica -au grand dam des nationalistes mexicains- a longtemps servi d’arrière-cour aux grandes puissances, en mal de territoires sur lesquels exercer leur influence politique et économique.
Depuis bientôt 32 ans, un musée de la délégation de Coyoacan retrace l’histoire tumultueuse de ces ingérences étrangères: le Musée national des interventions. Une rétrospective à la fois insolite et instructive, située dans un cadre de toute beauté: l’ancien couvent de Churubusco, datant du 17ème siècle.
Composé principalement de lithographies, de drapeaux, d’armes et d’accessoires de l’époque, autant civils que militaires, le musée des interventions se veut avant tout un espace pédagogique. Grâce à ses panneaux et à ses frises chronologiques, il permet au visiteur de s’imprégner de l’histoire mexicaine contemporaine. Et du même coup, de comprendre les principes fondamentaux qui régissent la politique extérieure du pays, à savoir le non interventionnisme et le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Photo: INAH M. Marat

Les Français… pas en reste 
Le choix du lieu, dans cette perspective, n’est pas anodin: c’est au couvent de Churubusco, en effet, qu’eut lieu l’un des épisodes les plus héroïques (et les plus sanglants) de l’histoire mexicaine. Le 20 août 1847, plusieurs centaines de soldats mexicains, derrière le Général Anaya, décidèrent d’opposer de la résistance aux soldats américains venus défendre l’annexion du Texas par les Etats-Unis. L’opération fut un échec, mais les “résistants” marquèrent les esprits de leurs compatriotes par leur acte de bravoure.
Si les Américains (proximité géographique oblige) furent les plus prompts à venir s’immiscer dans les affaires internes du Mexique, les Français ne furent pas en reste. En 1838, prenant prétexte de la mise à sac d’une pâtisserie française de Veracruz, Paris n’hésita pas à envoyer une flotte armée pour imposer un traité commercial désavantageux au Mexique (lire: GUERRE DE LA PATISSERIE - Le premier conflit franco-mexicain). Puis en 1862, sur décision de l’empereur Napoléon III, elle ne vit aucun inconvénient à venir renverser le régime de Benito Juarez, démocratiquement élu, pour installer sur le trône le frère de l’empereur d’Autriche Maximilien de Habsbourg (lire: MAXIMILIEN DE HABSBOURG - Le dernier empereur du Mexique)… et faire du Mexique un protectorat de l’Hexagone. Euh, sans rancune ?

Valentin BONTEMPS (www.lepetitjournal.com/mexico) mardi 16 octobre 2012

Renseignements et informations:
Museo Nacional de las Intervenciones
Ex convento de Churubusco:  Calle 20 de agosto. Métro Général Anaya
Tel : 56 04 06 99 ou 56 88 79 26
Ouvert du mardi au dimanche de 9h à 18h
Site Internet: Visite virtuelle

Mexico

POESIE - Carnaval de concreto II

Le Petit Journal de Mexico vous propose ce mercredi, dans sa rubrique littérature, un autre poème du poète, performeur et journaliste mexicain Hugo…
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
France/Monde
En direct des Amériques
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.