Mexico

PARC DES DINAMOS - Un bol de grand air à Mexico

Envie d’une randonnée en forêt, d’une promenade à cheval ou d’un déjeuner au bord de la dernière rivière d’eau vive de Mexico ? La réserve écolo-touristique des Dinamos est l’endroit parfait pour une journée "grand air", en restant tout près de la ville

(Photo: LPJ)

La Magdalena Contreras n’est sans doute pas une delegación où l'on s’imaginerait spontanément se promener le week-end, mais elle abrite pourtant une des plus réjouissantes réserves naturelles de la ville. C’est simple: par endroits on se croirait presque dans un coin des Alpes !
Le parc des Dinamos, orientétourisme et loisirs écolo, se décline en trois parties. Chacune présente un certain intérêt, mais on peut retenir ce principe: plus on s’enfonce dans les Dinamos, plus ça vaut le coup.
Dans la première partie du parc, vous trouverez une énorme étendue de pelouse et de forêt. C’est joli, mais comme l’endroit est déjàbien connu et très prisédes familles mexicaines, c’est franchement bondéet bruyant en fin de semaine. Nous vous conseillons donc de passer votre chemin.

Choisissez la truite !
Au niveau du deuxième Dinamos, il y a aussi de l’animation mais bien moins pesante. De nombreuses cabañas sont installées au bord d’une petite rivière, le Río Magdalena, qui se trouve être la dernière eau vive de Mexico ! Il est vraiment agréable de s’attabler et d’attendre son déjeuner au son de l’eau qui rebondit sur les cailloux. Au menu, on a le choix parmi divers antojitos mexicanos (attention, ces petits restaurateurs n’ont pas la main leste sur le chile) mais il est recommandé d’opter pour une truite fraîche, qu’on ira vous chercher dans un des grands bassins avoisinants. Le poisson sera ensuite préparéen papillote ou grillé, selon votre goût.
Pour la balade digestive, on peut rester dans les environs du Dinamos numéro deux ou bien reprendre la voiture et continuer sa route jusqu’au troisième. Là, on vague vraiment en pleine nature, souvent sans croiser un chat. Donc, même s’il fait un peu froid en raison de l’altitude, il serait dommage de se priver de cette bouffée de dépaysement !

Camille VAYSSETTES (www.lepetitjournal.com/mexico) vendredi 19 octobre 2012 (reedition)

Comment y aller ?
Parque Nacional de los Dinamos
Delegación Magdalena Contreras
- En voiture : prendre le periférico en direction du sud, sortir à la Magdalena Contreras puis emprunter le camino de Santa Teresa on suit enfin l'avenida México qui arrive directement à la réserve.
- En transport en commun : à la station de métro Miguel Ángel de Quevedo, prendre le bus qui se dirige vers la Magdalena Contreras (regarder les petites pancartes sur le pare-brise) et demander au chauffeur de vous laisser là où passent les bus pour les Dinamos; prendre ensuite un de ces peseros qui passent à travers le parc.

Mexico
A la une
France/Monde
En direct des Amériques
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie