AVIATION – L’aéromodélisme rétro à Mexico a un maître

Marco Antonio Guillermo nous a ouvert la porte de son atelier: un univers avec des ailes. Sur les murs, des dizaines d’avions attendent la prochaine sortie, l’heure où ils domptent le ciel. D’où lui vient cette passion? Comment donne t-il forme à ces avions ? Comment volent-ils ? Marco Antonio Guillermo nous livre les secrets de l’aéromodélisme rétro

Photos: Marion Du Bron

Dans les rêves d’un enfant
Marco reçoit pour ses 11 ans le kit d’un Piper Cub, un avion mythique des années trente. C’est le début d’une passion. Dès lors il utilisera systématiquement son argent de poche pour s’acheter ses maquettes, les construire et les faire voler.

La construction des avions : un travail d’orfèvre
Comment fabrique-t-on ces avions ? Avec de la patience, de la précision, du savoir faire, de l’habilité et de l’art. Marco construit ses avions de A à Z (à l’exception du moteur). D’abord, il élabore les pièces à partir d’un patron. Le squelette de l’armature est taillé dans le bois de balsa, un bois d’Amazonie d’une extrême légèreté. Il est ensuite recouvert de papier japonais ou de tissu, la soie étant particulièrement prisée pour ses qualités intrinsèques qui optimisent l’aérodynamisme. Il faut parfois plusieurs semaines voire plusieurs mois pour lui donner vie. Marco fabrique l’hélice à la main, tâche longue et laborieuse mais ainsi elle est plus belle et plus légère. L’assemblage des diverses pièces est aussi un moment délicat car il faut mettre l’élastique à l’intérieur du fuselage et le relier à l’hélice, ce qui permettra à l’avion de prendre de la hauteur. On peut remplacer l’élastique par un moteur mais on perd alors la magie du silence. Enfin, les ailes, la queue et le nez de l’avion sont fixés et l’avion est prêt au décollage. Quel est secret pour que les avions volent ? La conception et la construction doivent être parfaites. L’avion est un oiseau.

Les avions mythiques
Les avions de la première moitié du XXe siècle appartiennent à une époque mythique, le temps des pionniers, ces aventuriers fous qui défiaient la gravité, les premiers vols, les premières traversées: c’est qu’ils avaient une confiance absolue dans leurs engins. D’ailleurs les avions des années 20 volent toujours. On comprend alors la fascination de Marco pour ces avions avec des noms hollywoodiens : Piper, Spook, Silver Streak, Cleveland Gull, Pacific Ace, Jaguar, Porkey, Pee Wee, Mr Malcolm, Sparky, Tiger, Phantom, Cruiser, Wisp, Mr-Bryo, Eugenie. Lors du vol libre qui se nomme ainsi car non télécommandé, certains avions se perdent, à moins qu’ils n’aillent voler vers d’autres cieux, explorer le monde, à la recherche du temps perdu.
Trop rares sont les passionnés au Mexique de ces oiseaux de bois et de soie et Marco apparait ici comme un solitaire. Sans sponsors, participer aux festivals aux USA, au Canada ou en France est illusoire car transporter ces avions dans de bonnes conditions, cela requiert une logistique particulière. Alors levons nos yeux encore une fois sur ces avions et laissons nous porter par la magie : amis, bon vol !

Marion DU BRON (www.lepetitjournal.com/mexico) mercredi 6 février 20123

Pour en savoir plus: Site Internet

Mexico

MAX AKA - Journal d'Aztlán, épisode 50

Suite des aventures insolites et trépidantes de Fernando Antonewsky, détective mais pas trop, lancé dans une enquête incertaine dans un Mexique au bord de la guerre civile. Aujourd'hui l'épisode 50. Résumé des épisodes précédents: Sur le point d’en finir avec son ennemi juré Vladimir, Antonewsky est surpris par une escadrille de Black Hawks qui ne semble avoir qu’un but : le réduire, lui et ses comparses, en poussière.
Une internationale
Actu internationale
En direct des Amériques
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine