MEXCLAR - A la rencontre des artisans mexicains

Né en août 2011, le projet Mexclar s'est réuni autour de trois amitiés, Jorge, architecte, Justine et Marie, étudiantes en design industriel et en graphisme. Nous sommes allés à leur rencontre pour comprendre leur démarche, "une expérience culturelle et humaine qui favorise l'échange entre les savoirs-faire et la richesse des matériaux Mexicains, afin de contribuer à la sauvegarde de son artisanat"

Photo: Simon Guillemet

Naissance de Mexclar : nature du projet et financement
Durant l'été 2011, ayant terminé leurs études, Justine et Marie ont le réel désir de monter un projet ensemble, entre leurs connaissances en matière de design et de graphisme et celles de Jorge, architecte mexicain, c'est presque naturellement qu'ils pensent à l'artisanat mexicain : la poterie, l'orfèvrerie ou encore le travail du bois issus de l'héritage précolombien deviennent alors l'essence du projet qui les anime jusqu'à aujourd'hui.

Commence alors un long processus de réflexion portant à la fois sur la nature de cette initiative, les valeurs qu'elle véhicule et sur sa faisabilité, le financement.
Selon Justine "il était très important de penser à comment revaloriser l'artisanat mexicain tout en réfléchissant à l'idée de partage des connaissances entre les différents corps de métiers".
Autant d'inquiétudes et de questionnements qui seraient par la suite mis à l'épreuve au contact des artisans.
Quant au financement, il est le fruit d'un apport personnel, d'une bourse du CLAP (Comité Local d'Aide aux Projets de la Mission Locale de Lille destiné aux jeunes de 16 à 25 ans) ainsi que de la plateforme Kisskissbankbank, site de financement collectif destiné à des porteurs de projets créatifs et innovants.

Arrivée au Mexique, immersion dans l'artisanat mexicain
Une fois, le projet mis en place et les fonds collectés, Mexclar est donc arrivé au Mexique en mars 2012, prêt à partir à la rencontre des artisans qui font la richesse culturelle du pays. Munis de plusieurs prototypes d'objets du quotidien, des arts de la table et du mobilier urbain, ils sont partis mettre en pratique ce qui jusqu'alors était encore très abstrait. Les États de Oaxaca, Morelos ou encore du Distrito Federal ont été leur lieu de travail pendant 6 mois afin de créer et réaliser une série d'objets toujours en conservant l'idée de partage et d'échange des matériaux, des savoirs-faire et des traditions : vases, tables, accessoires de mode, lampes, autant de pièces qui font maintenant l'objet d'une collection unique autour de laquelle se sont réunis charpentiers, potiers, bijoutiers ou encore maroquiniers. Précisons qu'il ne s'agit pas là de pièces destinées à être exposées, elles sont pensées pour durer dans le temps, comme le précise Jorge: "notre démarche est aussi militante puisqu'en réalisant des objets solides et durables, nous luttons contre le consumérisme et le tout-jetable".

Ils seront les 23, 24 et 25 Novembre au Corredor Cultural de la Roma/Condesa, rue Jalapa, leurs objets seront en vente afin de récompenser comme il se doit l'artisanat mexicain.
Dans le futur ? Peut-être Houston où ils ont été contactés pour continuer ce projet ou l'Uruguay dont ils apprécient également l'artisanat et où ils pourraient tenter l'aventure.

Simon Guillemet (www.lepetitjournal.com/mexico) mercredi 14 novembre 2012

Mexico

XOCHITL ou L’ENFANCE EN SUSPENS - Chapitre premier

Après la série "Pepenadores", l'écrivain Pascal Bomy revient dans Le Petit Journal de Mexico avec "Xochitl ou L’enfance en suspens". Ce nouveau roman, publié en plusieurs chapitres, raconte la vie d'une petite Mexicaine Xochiltl qui, à travers ses yeux d'enfants, nous fait découvrir la richesse de sa culture mais aussi quelques cruelles réalités. Aujourd'hui chapitre premier.
A la une

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
France/Monde
En direct des Amériques
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie