MEXCLAR - A la rencontre des artisans mexicains

Né en août 2011, le projet Mexclar s'est réuni autour de trois amitiés, Jorge, architecte, Justine et Marie, étudiantes en design industriel et en graphisme. Nous sommes allés à leur rencontre pour comprendre leur démarche, "une expérience culturelle et humaine qui favorise l'échange entre les savoirs-faire et la richesse des matériaux Mexicains, afin de contribuer à la sauvegarde de son artisanat"

Photo: Simon Guillemet

Naissance de Mexclar : nature du projet et financement
Durant l'été 2011, ayant terminé leurs études, Justine et Marie ont le réel désir de monter un projet ensemble, entre leurs connaissances en matière de design et de graphisme et celles de Jorge, architecte mexicain, c'est presque naturellement qu'ils pensent à l'artisanat mexicain : la poterie, l'orfèvrerie ou encore le travail du bois issus de l'héritage précolombien deviennent alors l'essence du projet qui les anime jusqu'à aujourd'hui.

Commence alors un long processus de réflexion portant à la fois sur la nature de cette initiative, les valeurs qu'elle véhicule et sur sa faisabilité, le financement.
Selon Justine "il était très important de penser à comment revaloriser l'artisanat mexicain tout en réfléchissant à l'idée de partage des connaissances entre les différents corps de métiers".
Autant d'inquiétudes et de questionnements qui seraient par la suite mis à l'épreuve au contact des artisans.
Quant au financement, il est le fruit d'un apport personnel, d'une bourse du CLAP (Comité Local d'Aide aux Projets de la Mission Locale de Lille destiné aux jeunes de 16 à 25 ans) ainsi que de la plateforme Kisskissbankbank, site de financement collectif destiné à des porteurs de projets créatifs et innovants.

Arrivée au Mexique, immersion dans l'artisanat mexicain
Une fois, le projet mis en place et les fonds collectés, Mexclar est donc arrivé au Mexique en mars 2012, prêt à partir à la rencontre des artisans qui font la richesse culturelle du pays. Munis de plusieurs prototypes d'objets du quotidien, des arts de la table et du mobilier urbain, ils sont partis mettre en pratique ce qui jusqu'alors était encore très abstrait. Les États de Oaxaca, Morelos ou encore du Distrito Federal ont été leur lieu de travail pendant 6 mois afin de créer et réaliser une série d'objets toujours en conservant l'idée de partage et d'échange des matériaux, des savoirs-faire et des traditions : vases, tables, accessoires de mode, lampes, autant de pièces qui font maintenant l'objet d'une collection unique autour de laquelle se sont réunis charpentiers, potiers, bijoutiers ou encore maroquiniers. Précisons qu'il ne s'agit pas là de pièces destinées à être exposées, elles sont pensées pour durer dans le temps, comme le précise Jorge: "notre démarche est aussi militante puisqu'en réalisant des objets solides et durables, nous luttons contre le consumérisme et le tout-jetable".

Ils seront les 23, 24 et 25 Novembre au Corredor Cultural de la Roma/Condesa, rue Jalapa, leurs objets seront en vente afin de récompenser comme il se doit l'artisanat mexicain.
Dans le futur ? Peut-être Houston où ils ont été contactés pour continuer ce projet ou l'Uruguay dont ils apprécient également l'artisanat et où ils pourraient tenter l'aventure.

Simon Guillemet (www.lepetitjournal.com/mexico) mercredi 14 novembre 2012

 
Mexico

Obtenir un diplôme à distance

Obtenir un diplôme durant son expatriation, c’est possible ! Découvrez le témoignage de Cécile Fenaux, expatriée aux Etats-Unis. "A l’époque, ma…
Une internationale

ARABIE SAOUDITE – Fin de la tourmente pour les 200 expatriés français ?

Depuis septembre 2015, les salariés de la société de construction Saudi Oger en Arabie Saoudite ne sont plus payés. Parmi eux se trouvent 200 expatriés français qui sont bloqués dans le pays car ils ne peuvent plus renouveler leur titre de séjour, donc leur visa de sortie, faute de rémunération. Quelques articles en ont parlé mais leur histoire reste encore largement méconnue du grand public. Après des mois de cauchemar, Mohamed Ben Salmane,…
Actu internationale
En direct des Amériques
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Anne Barraud, les pieds sur le terrain, la tête dans le potentiel humain

Créer de la synergie dans les équipes, il y a des gens qui savent faire ça en vrai ? Le métier d’Anne est de résoudre des problèmes sur lesquels on s’arrache les cheveux : LES PROBLEMES HUMAINS. Anne est une pure opérationnelle, il n’y a qu’une vérité à ses yeux : le terrain. Les hommes et les femmes. Qu’ils soient péruviens, français ou camerounais. Elle donc n’a fait qu’une bouchée du défi interculturel. 
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine