MEXCLAR - A la rencontre des artisans mexicains

Né en août 2011, le projet Mexclar s'est réuni autour de trois amitiés, Jorge, architecte, Justine et Marie, étudiantes en design industriel et en graphisme. Nous sommes allés à leur rencontre pour comprendre leur démarche, "une expérience culturelle et humaine qui favorise l'échange entre les savoirs-faire et la richesse des matériaux Mexicains, afin de contribuer à la sauvegarde de son artisanat"

Photo: Simon Guillemet

Naissance de Mexclar : nature du projet et financement
Durant l'été 2011, ayant terminé leurs études, Justine et Marie ont le réel désir de monter un projet ensemble, entre leurs connaissances en matière de design et de graphisme et celles de Jorge, architecte mexicain, c'est presque naturellement qu'ils pensent à l'artisanat mexicain : la poterie, l'orfèvrerie ou encore le travail du bois issus de l'héritage précolombien deviennent alors l'essence du projet qui les anime jusqu'à aujourd'hui.

Commence alors un long processus de réflexion portant à la fois sur la nature de cette initiative, les valeurs qu'elle véhicule et sur sa faisabilité, le financement.
Selon Justine "il était très important de penser à comment revaloriser l'artisanat mexicain tout en réfléchissant à l'idée de partage des connaissances entre les différents corps de métiers".
Autant d'inquiétudes et de questionnements qui seraient par la suite mis à l'épreuve au contact des artisans.
Quant au financement, il est le fruit d'un apport personnel, d'une bourse du CLAP (Comité Local d'Aide aux Projets de la Mission Locale de Lille destiné aux jeunes de 16 à 25 ans) ainsi que de la plateforme Kisskissbankbank, site de financement collectif destiné à des porteurs de projets créatifs et innovants.

Arrivée au Mexique, immersion dans l'artisanat mexicain
Une fois, le projet mis en place et les fonds collectés, Mexclar est donc arrivé au Mexique en mars 2012, prêt à partir à la rencontre des artisans qui font la richesse culturelle du pays. Munis de plusieurs prototypes d'objets du quotidien, des arts de la table et du mobilier urbain, ils sont partis mettre en pratique ce qui jusqu'alors était encore très abstrait. Les États de Oaxaca, Morelos ou encore du Distrito Federal ont été leur lieu de travail pendant 6 mois afin de créer et réaliser une série d'objets toujours en conservant l'idée de partage et d'échange des matériaux, des savoirs-faire et des traditions : vases, tables, accessoires de mode, lampes, autant de pièces qui font maintenant l'objet d'une collection unique autour de laquelle se sont réunis charpentiers, potiers, bijoutiers ou encore maroquiniers. Précisons qu'il ne s'agit pas là de pièces destinées à être exposées, elles sont pensées pour durer dans le temps, comme le précise Jorge: "notre démarche est aussi militante puisqu'en réalisant des objets solides et durables, nous luttons contre le consumérisme et le tout-jetable".

Ils seront les 23, 24 et 25 Novembre au Corredor Cultural de la Roma/Condesa, rue Jalapa, leurs objets seront en vente afin de récompenser comme il se doit l'artisanat mexicain.
Dans le futur ? Peut-être Houston où ils ont été contactés pour continuer ce projet ou l'Uruguay dont ils apprécient également l'artisanat et où ils pourraient tenter l'aventure.

Simon Guillemet (www.lepetitjournal.com/mexico) mercredi 14 novembre 2012

Mexico

LA CRONICA DEL MAESTRO THOMAS - La vida es como una caja de… galletas

Amoureux du Mexique et de la gastronomie authentique, l'érudit Maestro Thomas partage désormais chaque semaine, avec les lecteurs du Petit Journal de Mexico, ses petites chroniques sur la France rédigées en français et en espagnol. Puisées dans la culture, l'histoire, la gastronomie ou la vie quotidienne de ses compatriotes, ces petites nouvelles amusantes, étonnantes, rafraîchissantes vont réjouir autant les Français mexicanophiles que les…
A la une

ANNE ROUMANOFF – "Je suis engagée contre le Front National"

Pétillante, Anne Roumanoff parvient avec finesse à nous faire rire sur l’actualité politique et sociale. Alors qu'elle rôde Anne Rou(ge)manoff sur les routes de France, la femme en rouge a accepté de rencontrer notre édition londonienne. L'occasion de nous en dire plus sur son spectacle et son parcours exceptionnel. 
France/Monde
En direct des Amériques
Sao Paulo - Actualité Brésil

RECETTE - Le bobo de camarão

Apprenez à réaliser l'un des plats traditionnels de Bahia, à base de crevette, de purée de manioc et de lait de coco.
Sao Paulo - Actualité Brésil

BRESIL - Savez-vous parler l'expat ?

Lorsque l'on découvre un nouveau pays et que l’on apprend une nouvelle langue, il y a ces petits mots auxquels on s’habitue et qui, au fil…
Expat
Expat - Emploi

ENTREPRENEUR EN AUSTRALIE - Rencontre avec le fondateur de Ride Surfing

Le secteur du taxi à Sydney est en pleine mutation avec l'arrivée de nouveaux acteurs comme Uber il y a quelques mois. C'est au tour de Ride Surfing de démontrer que l'on peut désormais se déplacer autrement, de manière efficace et pour beaucoup moins cher. Rencontre avec un entrepreneur français en Australie, Manutéa Dupont, 33 ans, fondateur de Ride Surfing
Expat - Politique

TERRORISME - Les Français appelés à la prudence au Sahel

Le Ministère des Affaires étrangères invite nos compatriotes résidant ou de passage à l’étranger à renforcer leur vigilance face au risque terroriste. Les Français installés notamment au Maghreb, au Moyen-Orient et en Afrique de l'ouest ont été invités à se signaler au consulat de France le plus proche si ce n’est pas déjà fait. Les Français de passage sont, quant à eux, invités à se faire connaître en s’inscrivant en ligne dans le système Ariane
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.