Melbourne

MASSACRE À LA BALEINE - Un bateau japonais surpris dans les eaux australiennes

 

Suite à la publication de photos qui montrent des baleiniers japonais dans les eaux australiennes, le premier ministre australien Malcolm TURNBULL a exprimé sa « profonde déception ». Cependant, beaucoup dénoncent le laisser-aller du gouvernement australien face à la cruauté des entreprises japonaises qui tuent ces baleines en toute illégalité. Un laxisme australien qui fait face à la barbarie japonaise.  

 

 L’association Sea Shepherd, a traqué le navire japonais ‘’Nishin Muru’’ pendant un  mois. En voyant l’hélicoptère de l’association arriver, l’équipage japonais a  immédiatement recouvert le cadavre de la baleine et les harpons visibles avec  d’immenses bâches. Le collectif australien a diffusé dimanche dernier les images du  bateau pris en flagrant délit de chasse à la baleine dans les eaux territoriales  australiennes de l’Océan Antarctique.

 Mais ces photographies ne sont pas dévoilées sans un timing parfaitement évalué. Le  premier ministre japonais Shinzo ABE était justement en visite ce week-end en  Australie pour une tournée diplomatique destinée à renforcer les alliances asiatico-  pacifiques dans le climat tendu des revendications territoriales avec la Chine. C'est à  ce moment-là que son homologue australien, Malcolm TURNBULL a pu découvrir  les images. Alors « déçu » puis officiellement « profondément déçu », le gouvernement australien a ensuite déclaré via son ministre de l’environnement Josh FRYDENBERG que  « l'Australie est opposée à toute forme de chasse à la baleine, qu'elle soit à but commercial ou soi-disant scientifique. On n'a pas besoin de tuer les baleines pour les étudier. Nous poursuivrons nos efforts auprès de la commission baleinière internationale pour bloquer la chasse à la baleine à but commercial et soi-disant scientifique ». Toutefois, force est de constater que depuis plusieurs années, la cruauté japonaise face aux baleines perdure.

 

Pour bien comprendre le problème, il faut remonter à 1982. De nombreux Etats se mettent d’accord pour signer un moratoire visant à protéger et interdir la chasse à la baleine. Il faudra attendre 4 ans et quelques pressions diplomatiques pour que le Japon signe enfin le moratoire. Une trêve de courte durée puisque deux ans plus tard, le Japon lance le programme JARPA dit ‘’scientifique’’ afin de pouvoir pêcher 300 baleines de Minke par an sous prétexte d’étudier les évolutions démographiques de ces dernières. Les baleines se retrouvent de nouveau dans les fioles des produits ou parfums de luxe et dans les assiettes des plus grands restaurants japonais.

Même si l’Australie a saisie en mars 2014 la Cour Internationale de Justice qui a statué que le Japon devait cesser cette chasse, les navires nippons ont cependant repris en 2016 leurs activités meurtrières qui contribuent à la disparition de nombreuses espèces de cétacés. Dès lors, nombreux sont ceux qui pointent aujourd’hui l’inaction du gouvernement libéral. « Le Premier ministre devrait exiger que M. ABE se charge de faire payer l'amende due par une entreprise japonaise de chasse à la baleine au gouvernement australien - une amende d'1 million de dollars australiens. L'Australie devrait aussi exiger de M. Abe qu'il respecte les décisions des cours internationales, qui ont jugé illégal le programme baleinier japonais, et qu'il respecte aussi les eaux territoriales australiennes dans l'océan Antarctique », précise le sénateur vert australien Nick MCKIM, à l’instar des Travaillistes.

Enfin, le directeur de Sea Shepherd, Jeff HANSEN s’insurge quant à lui puisque « le gouvernement australien a promis d'agir pour protéger les baleines - quand les Libéraux étaient dans l'opposition, ils disaient que du sang était versé dans l'océan, mais que Canberra fermait les yeux. Et aujourd'hui, on a la preuve que cette baleine a été tuée dans le sanctuaire australien de l'océan Antarctique, et le gouvernement australien garde le silence ».

 

L’ONG Sea Shepherd réclame en effet depuis plusieurs années le déploiement d’un navire australien dans le sanctuaire marin australien de l’Océan Antarctique. Et pourtant Canberra refuse encore à ce jour cette option. Pourquoi ? Difficile d’obtenir un raison sans connaître les dossiers politiques et diplomatiques entre le Japon et l’Australie, potentiels alliés face à la suprématie chinoise dans de nombreux domaines économiques. Et pendant ce temps, ce sont chaque jour davantage de baleines qui sont décimées et abattues au nom d’un subterfuge scientifique.

Image : Glenn LOCKITCH, Sea SHEPHERD GLOBAL

Maxime THURIOT, lepetitjournal.com/sydney, Lundi 16 Janvier 2017

 
Melbourne
Actualité Australie

REVUE DE PRESSE INSOLITE - Les étonnantes nouvelles de la faune australienne!

La revue de presse de l’actu décalée est de retour pour un petit tour d’horizon des informations insolites australiennes qui ont marqué les médias francophones ces dernières semaines. Premier volet cette semaine avec un thème récurrent qui enchante toujours autant les médias : la faune. Quelques surprises vous attendent, cette semaine pas de crocodiles ou de nouvelle araignée mais un requin pas comme les autres et des animaux "domestiques" pas si inoffensifs.
Une internationale

MARDI EXPAT – L’afterwork de l’expatriation à Paris en partenariat avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger)

Mardi 11 juillet prochain aura lieu la prochaine édition de Mardi Expat, l’afterwork de l’expatriation. Organisé par Lepetitjournal.com avec la CFE (Caisse des Français de l’Étranger) comme partenaire, cet événement veut rassembler à Paris anciens et futurs expatriés afin d’échanger et de bénéficier de conseils avisés pour préparer sa prochaine expatriation.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine