Melbourne

MYRIAM BOISBOUVIER-WYLIE – Au service des autres

 

Le Melbourne de... vous propose de rencontrer les Francophones de Melbourne et de découvrir votre ville à travers leur approche, leur réflexion et leurs coups de cœur. Cette semaine, Myriam Boisbouvier -Wylie, Consule générale honoraire du Victoria

Avocate de formation, Monégasque de naissance, Myriam Boisbouvier-Wylie n’a cessé depuis 16 ans d’agir pour la communauté française et australienne. D’abord en s’impliquant au sein de Vision Australia, puis en tant que présidente de l’Ecole Française de Melbourne pendant 5 ans, rôle qui lui a valu de recevoir les palmes académiques. Aujourd'hui présidente du comité de pilotage de l‘EFAM (Ecole franco-Australienne de Melbourne), Myriam travaille avec les autorités australiennes et françaises à la mise en place d’une école pilote biculturelle et bilingue. Mais elle est surtout depuis l’année dernière le visage de la France à Melbourne et dans le Victoria.  Ayant à cœur d’apporter un contact personnalisé, elle offre avec le support du secrétaire consulaire Jean-Paul Esnault, soutien et aide au public français. Sans compter que derrière le visage public se cache une mère de 4 garçons qui a fait de Melbourne sa ville.

L’Australie et vous :

Pourquoi avoir choisi ce pays ?
Pour l’amour d’un Australien rencontré à New York.

Vos premières impressions en arrivant en Australie : Ce qui vous a séduit? Ce que vous n’avez pas aimé ?
J’ai été séduite par l’accueil des gens, les marchés de Melbourne avec leurs produits frais et beaux. Sinon je n’ai pas aimé le froid de Melbourne : je suis arrivée en décembre m’attendant au plein été et ça n’a pas été le cas. Il faisait froid et je n’avais aucun pull dans ma valise.

Des changements depuis votre arrivée ?
Oui la circulation est vraiment devenue chargée, pour sortir de la ville et aller chercher les enfants à l’école, c’est le changement le plus flagrant.

Les vacances idéales en Australie, c’est ?
Si je veux faire l’européenne qui vient de la Côte d’Azur alors c’est Noosa (Queensland) avec les restaurants, les boutiques, le monde. Si je veux faire l’australienne qui s'est intégrée ici depuis 16 ans c’est Stradbroke Island (Queensland), on ne s’habille pas, on se coiffe pas, on ne se regarde pas dans la glace et on vit en short et pieds nus, c’est super décontracté. De toutes les manières les vacances c’est au chaud.

Un artiste (musique, cinéma, beaux arts) australien préféré ?
Grace Cossington Smith, femme peintre qui a fait un tableau du Sydney Harbour Bridge quand il était en construction, Elle peint par petites touches, un peu pointilliste.  Lorsque je suis arrivée ici je me suis inscrite à l’Université de Melbourne et j'ai suivi des cours d’histoire de l’Art et d’histoire de l’Australie. Je l’avais étudiée.

Votre plat ou boisson préféré en Australie ?
Le pavlova que j'ai découvert à un barbecue chez des amis et j’ai fait et réussi mon premier à Noel dernier. Depuis mes enfants m’en réclament tout le temps!

Trois mots pour décrire l’Australie, les Australiens ?
Accueillant décontracté et positif.

L’Australie vous a-t-elle changé ?
Oui certainement. Mes amies australiennes rient en pensant à mon arrivée car je n’arrivais pas à comprendre que l’on puisse aller dans la rue habillée en tenu de gym et évidemment, je le fais maintenant, je suis beaucoup plus décontractée.

Qu’est ce qui vous manque le plus de la France ? Ou plutôt la France vous manque-t-elle ?
Les clochers, les vielles pierres, les odeurs -celle de l’été, Noël dans le froid  et les illuminations. La diversité des yaourts. Quand je rentre en France je me fais une dégustation de yaourts.

Ou retrouvez vous la France à Melbourne ?
Tous les jours, ici. Il y a le drapeau, on parle français,  je vois beaucoup de français de toutes les générations et d'origines sociales diverses.

Melbourne et vous :

Un quartier de prédilection dans Melbourne ?
Celui du consulat sur St Kilda Road, entre South Melbourne et pas loin de South Yarra, près du Shrine of Remembrance, des jardins botaniques. J'aime être près de la ville.

Une journée idéale à Melbourne ?
Commencer en courant autour du jardin botanique sur The Tan (le circuit qui fait le tour des jardins) puis une pause à l'Observatory Cafe. Redescendre sur la NGV voire une expo, traverser et aller sur Fed Square pour le déjeuner. Ensuite aller voir un film au cinéma Classic d'Eltsternwick et retourner à Taxi sur Fed Square pour diner.

Un monument ou un lieu préféré ? Pourquoi ?
Le Shrine: je le connaissais très peu mais depuis que je représente la France aux cérémonies commémoratives c’est devenu un endroit très important pour moi, très émouvant. J’ai appris beaucoup de choses sur notre histoire commune, dont le fait que tellement d’Australiens ce sont sacrifiés pour défendre les valeurs de la démocratie. Ils furent près de 400 000 pour la première guerre mondiale alors qu’à l’époque la population de ce petit pays n'était que de 4 millions d'habitants. Ces jeunes gens avaient presque le même âge que mon fils ainé, je trouve ça très émouvant. Mais aussi la dignité des anciens combattants c’est important de ne pas perdre cette mémoire, c’est une des choses auxquelles je tiens.

Votre bar ou restaurant favori ? Pourquoi ?
Les 'français': ma cantine Bistro Thierry mais aussi avec les visiteurs je vais à PM24 ou la French Brasserie, Bergerac en ville sinon avec mes parents chez Koots salle à manger mais aussi Chez Oliver et Chez Bob et l’incontournable France soir.

Propos recueillis par Sophie Short (www.lepetitjournal.com/melbourne.html) vendredi 9 novembre 2012

Melbourne

EBOLA - L'Australie prend des mesures radicales pour se protéger face a l'épidémie

Le ministre de l'Immigration australien Scott Morrison a déclaré lundi devant le Parlement que le gouvernement suspendait provisoirement son programme d'immigration en provenance de Guinée, de Sierra Léone et du Liberia. La suspension concerne également le programme humanitaire. Cela signifie que les nouvelles demandes de visas ne sont plus instruites et les visas temporaires déjà accordés aux personnes n'ayant pas encore quitté leur pays sont…

SANTE - La grossesse en expatriation

Les analyses ont confirmé la bonne nouvelle, vous êtes, bel et bien, enceinte. Certains signes vous avaient mis la puce à l'oreille, mais maintenant…
Actualité Australie

EBOLA - L'Australie prend des mesures radicales pour se protéger face a l'épidémie

Le ministre de l'Immigration australien Scott Morrison a déclaré lundi devant le Parlement que le gouvernement suspendait provisoirement son programme d'immigration en provenance de Guinée, de Sierra Léone et du Liberia. La suspension concerne également le programme humanitaire. Cela signifie que les nouvelles demandes de visas ne sont plus instruites et les visas temporaires déjà accordés aux personnes n'ayant pas encore quitté leur pays sont annulés. Les personnes ayant obtenu des visas permanents sur des bases humanitaires sont, elles, soumises à trois séries d'examens médicaux, avant leur départ, et une nouvelle fois à leur arrivée en Australie. Les autres détenteurs de visas longues durées doivent, avant de partir, se soumettre à trois semaines de quarantaine.Cette annonce survient alors qu'une jeune fille de 18 ans, arrivée il y a 12 jours en Australie en provenance de Guinée, a été placée à l'isolement dans un hôpital de l'Etat de Queensland après avoir présenté de la fièvre. Les tests se sont révélés négatifs pour le virus Ebola mais elle subira de nouveaux examens ce mercredi.D'autres Etats ont pris également des mesures drastiques comme les Etats-Unis avec l'instauration d'une quarantaine obligatoire pour tous les voyageurs ayant eu des contacts avec des malades en Afrique de l'Ouest, même en l'absence de symptômes (Etat de New York). La Belgique a déclaré qu'elle avait arrêté les expulsions forcées d'immigrés clandestins vers les pays africains touchés par Ebola.Plus de 10 000 personnes ont été contaminées par le virus Ebola dans huit pays - principalement en Afrique de l'Ouest - depuis le début de l'année, et près de la moitié sont mortes, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Flore Gregorini (Lepetitjournal.com/sydney), jeudi 30 octobre 2014
A la une

ERIC-EMMANUEL SCHMITT - "J’ai découvert que j’étais français à l’étranger"

Romancier, réalisateur, dramaturge, conteur… À 54 ans, Éric-Emmanuel Schmitt est une machine naturelle à créer. À succès aussi puisque ses œuvres littéraires et théâtrales sont saluées de par le monde et reçoivent des récompenses en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Suisse et, bien sûr, en France. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman épistolaire Le poison d’amour, paru aux éditions Albin Michel, qui plonge dans le journal intime de…
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

SINGAPOUR - Paradis des start-up

Start up Singapour
Selon une étude menée par la Singapore Venture Capital and Private Equity Association (SVCA), Singapour serait le meilleur endroit pour créer et développer une start-up en Asie du Sud-Est .

EXPATRIATION - Je me sens nulle… Est-ce normal docteur ?

"Si je vous disais, Docteur Bobo, que pas plus tard qu’hier je suis restée paralysée au téléphone car il fallait que je prenne rendez-vous chez un médecin et que l’on m’a demandé des tas d’informations notamment sur mon assurance, et là j’ai paniqué. C’était un échange dans la langue locale que je pensais « maîtriser » et pourtant en raccrochant je me suis sentie si « nulle »".
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.