AEROPORT - Deux candidats pour la région de Melbourne

 

Pour répondre à la croissance exponentielle de Melbourne et sa région, deux projets d’aéroports sont en cours : une aérogare nationale à Tooradin, au Sud-est de Melbourne et un terminal international à l’Ouest, sur Avalon

Tooradin

Bien que les premières discussions concernant le troisième aéroport national dans la partie Est de la région de Melbourne remontent à plus de trente ans, le projet semble néanmoins se concrétiser. Tooradin, situé dans le Gippsland, au Sud-est de Melbourne et déjà équipé d’un aérodrome, se trouve en tête de liste pour accueillir cette nouvelle infrastructure. Sa localisation est particulièrement intéressante puisqu’elle permettrait de desservir toute la partie Est de la ville, dont la croissance démographique explose. A elle seule cette partie de l’Etat compte une population comparable à celle d’Adelaïde, soit un tiers de la population du Victoria.

Cet aéroport serait donc le bienvenu pour tous les voyageurs qui pour l’instant traversent péniblement la ville avant d’atteindre l’aéroport de Tullamarine. "Cela prend parfois plus de temps pour se rendre à Tullamarine que d’effectuer le voyage en avion jusqu’à Sydney", déclare un usager. Ainsi, ce nouvel aéroport faciliterait les voyages d'affaires sur la côte Est de l'Australie et serait source d’amélioration pour les relations commerciales. "Ce serait absolument fantastique pour le tourisme locale", se réjouit une commerçante de Tooradin. En effet, la péninsule de Mornington, Philipp Island ou encore Wilson Promontory, proches de Tooradin, deviendraient alors facilement accessibles.

Dans un premier temps, l'aéroport serait une plaque tournante pour les vols intérieurs nationaux, avec la possibilité d’accueillir des avions de 300 places, et pourrait par la suite s’ouvrir aux vols internationaux.

Avalon
Avalon, quant à lui, est déjà un aéroport domestique d’envergure qui est en passe de devenir le deuxième aéroport international de la région de Melbourne. Situé à 55 kilomètres à l’Ouest de la ville et facilement accessible en voiture par la Princess Highway en seulement 40 minutes, Avalon offre des avantages qui n’ont pas échappés au gouvernement qui a déjà donné son "feu vert".

Ainsi le ministère de la Défense, propriétaire du dit aéroport, a récemment décidé de modifier le bail afin de permettre la construction d’un nouveau terminal international. "Cette décision va faciliter les procédures et permettre ainsi d’entamer rapidement les travaux", se félicite le directeur de l’aéroport, Justin Giddings. C’est donc un bâtiment de 10.000 mètres carrés pour un coût de 15 millions de dollars qui devrait prochainement voir le jour. Mais si le gouvernement est si confiant en ce projet, c’est qu’il compte sur la contribution des pays émergents, et de la Chine en particulier, pour accroître le tourisme international. "Le développement d'Avalon permettra à l'économie victorienne de tirer partie des opportunités commerciales et touristiques émanant de nombreux pays émergents de la région asiatique", déclare Monsieur Giddings.

Mais pour que ce nouvel aéroport réponde parfaitement aux attentes de voyageurs internationaux, une liaison ferroviaire avec Melbourne est indispensable. Et à ce sujet, le gouvernement du Victoria a étudié la faisabilité pour une nouvelle voie ferrée entre l'aéroport et Melbourne. Il a déjà engagé 50 millions de dollars pour la conception, l’acquisition et l'aménagement du territoire, la construction et les travaux préliminaires à la liaison ferroviaire. Mais en plus de l’implication du gouvernement du Victoria, Ted Baillieu accepterait volontiers une aide fédérale pour l’assister dans ce projet.

Car effectivement, une liaison directe avec la ville est indispensable à tout aéroport d’envergure internationale. D’ailleurs tous les grands aéroports internationaux en sont dotés. Prenez l’exemple de Roissy Charles de Gaulle à Paris, Heathrow à Londres, ou encore John F Kennedy à New York…. n’est-ce pas là aussi une solution pour faciliter l’accès des voyageurs ? Alors à quand la liaison ferroviaire Melbourne - Tullamarine ?

Frederique Ritelle (www.lepetitjournal.com/melbourne.html) mercredi 7 novembre 2012

Melbourne

EQUANCE - La chronique patrimoniale de Franck Petit

Franck Petit est le représentant du groupe Equance en Australie. Pour lepetitjournal.com, Franck proposera une chronique mensuelle sur le patrimoine des français vivant en Australie et les différents problèmes qu’ils peuvent rencontrer
Actualité Australie

EQUANCE - La chronique patrimoniale de Franck Petit

Franck Petit est le représentant du groupe Equance en Australie. Pour lepetitjournal.com, Franck proposera une chronique mensuelle sur le patrimoine des français vivant en Australie et les différents problèmes qu’ils peuvent rencontrer
A la une
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie