Melbourne

ECONOMIE - La centrale à charbon d'Hazelwood ferme ses portes aujourd'hui

L'une des plus grandes centrales électriques d'Australie, la station d'Hazelwood dans l'est du Victoria, fermera ses portes aujourd'hui après 52 ans de production dans la vallée de Latrobe. Une décision qui suscite l'inquiétude pour les employés et sous-traitants de l'usine de même que pour la santé économique de la région.

Les huit unités électrogènes de la centrale électrique de Hazelwood ont été éteinte cette semaine et la dernière équipe s'arrêtera de travailler ce vendredi soir.

Cette centrale à charbon, exploitée par Engie, est considérée comme l'une des plus polluantes au monde selon de nombreuses associations environnementales. Au vu de la baisse des prix de l'électricité et de la surcapacité de production de l'Etat du Victoria, le groupe français avait décidé, en novembre 2016, d'annoncer sa fermeture. Selon le journal spécialisé l'Usine Nouvelle, cette annonce s'inscrirait également "dans la stratégie de sortie progressive de ses actifs charbons dans son portefeuille".

L'indépendance énergétique en questions

Se pose maintenant la question de l'indépendance énergétique de l'Australie. La centrale d’Hazelwood, en fonctionnement depuis les années 60, produisait jusqu'à maintenant 5,4% de l’électricité du pays. Sur ce sujet, les politiciens du pays se montrent très partagés.

"Si nous voulons nous attaquer au sujet de la crise énergétique qui pourrait toucher l'Australie, la dernière chose que nous devrions faire est de fermer la centrale approvisionnant à hauteur de 20 % l'Etat de Victoria", a écrit l'ancien Premier ministre australien Tony Abbott, dans une tribune au Herald Sun.

Ce dernier souhaite que la centrale à charbon reste ouverte tant que des alternatives de production d'énergie ne seront pas trouvées. "Si nous voulons sécuriser l'approvisionnement en énergie de l'Australie sans que cela ne soit trop coûteux, nous ne pouvons pas perdre un site de production que nous avons actuellement, même si c'est une centrale à charbon".

Malcom Turnbull, l'actuel Premier ministre australien, a vivement répondu à cette sortie médiatique de Tony Abott, assurant que l'Australie produisait suffisamment d'électricité pour pouvoir pallier la fermeture de la centrale d'Hazelwood. "Il n'y a pas de risque de black-out accru puisqu'il y a d'autres sources d'énergie dans le Victoria et sur la marché national de l'électricité", explique-t-il au site d'informations news.com.au.

Un coup dur pour l'emploi

Malcom Turnbull estime également que les coûts de fonctionnement de cette centrale sont exorbitants et a catégoriquement refusé que l'Etat les soutienne. Des propos confirmés par le président d'Engie en Australie, Alex Keisser, qui suggère par ailleurs de se focaliser sur des solutions de reclassement pour le personnel licencié.

Au total, la fermeture de la station met 750 personnes sur le carreau (450 employés d'Engie et 300 sous-traitants), sachant que la vallée de Latrobe possède déjà un taux de chômage parmi les plus élevés de l'Etat (1,2%).

Les gouvernements fédéral et victorien sont restés nébuleux dans leurs réponses à cette fermeture et dans leur intention de satisfaire le départ des employés de l'usine. Le gouvernement victorien a néanmoins proposé d'offrir 266 millions de dollars pour aider la communauté à faire face à ce bouleversement pour la région.

Crédit photo : wikipedia.org

Adrien Lévêque, (lepetitjournal.com/sydney), vendredi 31 mars 2017

 
Melbourne
Actualité Australie

REVUE DE PRESSE - L'actu décalée: quelques infos insolites sur l'Australie

 La revue de presse de l’actu décalée est de retour pour un petit tour d’horizon des informations insolites australiennes qui ont marqué les médias francophones ces dernières semaines. Ce mois-ci les nouvelles se font rares, en cause, la période estivale dans l’hémisphère nord. Une période synonyme de vacances et de ralentissement de l’activité. Mais quand il s’agit de l’Australie, on trouve toujours quelques news incongrues à se mettre sous la « plume ». Au programme : « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? », Astérix et les Australiens, Marsupilamis hilares…. 
Une internationale

CIAO ITALIA ! - Un siècle d’immigration et de culture italiennes en France

Tradition, culture mais aussi xénophobie et violence ont marqué l’immigration italienne en France, la plus importante de l’histoire française. Alors que jusqu’au 10 septembre, l’exposition « Ciao Italia ! » retrace ce siècle d’histoire franco-italienne au musée de l’Immigration à Paris, retour sur une période qui a permis d’imprégner la culture française.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine