Marrakech

EAUX USÉES - 6 ans de travaux pour l'irrigation des golfs

 

6 ans après le début des travaux, la plus grande station de traitement et de réutilisation des eaux usées du continent africain, est enfin achevée, avec un potentiel de 33 millions de m3 par an

Photo libre de droit

L'inauguration récente, par sa Majesté le Roi Mohammed VI, de l'usine de traitement des eaux usées de Marrakech a permis de redéfinir la façon d'approvisionnement de la ville. Un projet immense qui va générer à lui seul près de 33 millions de m3 par an et qui montre à quel point ce projet est novateur à plus d'un titre. Cette usine va retraiter l'ensemble des eaux usées de la ville soit quelque 120.000 m3 par jour. Certes le coût de cet investissement a été lourd à porter, environ 1.25 milliards de Dhs, mais il a été réparti grâce à un partenariat public/ privé. Ainsi le gouvernement a mis 150 millions de Dhs, la Rédie Autonome de Distribution d'Eau et d'Electricité (RADEEMA) 600 millions de Dhs et les promoteurs privés (dont 13 golfs) ont déboursé quant à eux quelque 500 millions de Dhs. C'est aussi une unité qui intègre l'utilisation de l'énergie en cogénération, ce qui permet de couvrir 45% des besoins de la station elle-même ainsi que la désodorisation des eaux traitées pour ne pas incommoder les habitants proches de l'usine. La grande majorité de l'investissement s'est porté sur la station, sur la construction des 5 stations de pompage et des 80 kilomètres de conduites pour acheminer l'eau aux endroits les plus demandeurs.


Économie de l'eau des sources et de pluie

Les 33 millions de m3 d'eau recyclée par an sont destinés, en majeure partie, aux golfs dont 5 existants et 14 autres en construction, sachant qu'un golf "avale" entre 1 et 1,5 million de m3 en un an. Une autre partie sera destinée à l'irrigation de la Palmeraie (830 ha) qui ne profitait jusqu'à maintenant que de l'arrosage de l'eau de pluie, trop rare, et des rejets directs des eaux usées. Mais c'est surtout la ville de Marrakech qui ne va plus puiser dans la dotation réservée aux périmètres irrigués. Avant les golfs étaient approvisionnés par la nappe et les sources superficielles. A partir de maintenant le projet s'inscrit dans une logique d'économie d'eau, d'autant que les besoins en eau de Marrakech sont estimés à quelque 300 millions de m3 par an et qu'ils vont en augmentant. Cela permettra également à soutenir le développement touristique qui demande de plus en plus d'eau. La RADEEMA a été dans l'obligation en 2010 d'acheter 70 millions de m3 à l'Office national de l'eau potable, pour faire face à une recrudescence de la demande. Un autre paramètre entre en jeu dans cette économie d'eau, c'est le rendement du réseau qui doit être optimisé. En effet, il n'est que de 75%, ce qui veut dire que 25% de l'eau potable est perdu à cause de fuites dans les canalisations. Il faut savoir que certaines villes françaises se rapprochent des 85% de rendement comme Marseille ou Toulouse. Un autre projet ambitieux est proche de sortir. Il s'agit de transférer l'eau du barrage Al Massira près de Settat vers Marrakech en 2017. L'eau, contrairement aux idées reçues, ne manque pas spécialement au Maroc, puisqu'il dispose de 25 milliards de m3 dont 19 de surface et 6 d'eaux souterraines.
Ce sont des projets comme celui de Marrakech qui permettront d'utiliser l'eau à bon escient, en espérant que les golfs ne puiseront plus dans les ressources de la ville.

Pierre Verger (www.lepetitjournal.com/marrakech.html) vendredi 13 janvier 2012



Marrakech
Marrakech en bref
A la une

ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L’ÉTRANGER – Comment limiter les frais de scolarité ?

Sur la période 2007-2012, pour l’ensemble des établissements français de l’étranger, les frais de scolarité se sont envolés. Avec une hausse moyenne de 45,25%, c’est l’avenir du réseau qui est en péril. La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 propositions pour freiner cette spirale.
France/Monde
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Que sont devenus les anciens lauréats ?

A quelques semaines de la 3ème cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, qui se déroulera sous les dorures du Quai d’Orsay le 17 mars prochain, lepetitjournal.com vous propose de revenir sur le parcours des lauréats 2014 depuis la remise de leur trophée. DJ, entrepreneur, chercheur, judoka… Ces Français de l’étranger avaient été choisis par le jury pour leur parcours atypique et leur engagement. Un an après l’euphorie de la remise de trophées, ils font le bilan. 
Expat
Expat - Emploi

EMPLOI EN ANGLETERRE - Tout savoir pour trouver sans stresser

En arrivant à Londres, vous êtes nombreux à rechercher un travail sans savoir vraiment par où commencer ni ce sur quoi il faut être vigilant. Le système au Royaume Uni étant parfois différent du notre, il est important de connaître quelques points importants pour réussir son insertion professionnelle de l’autre côté de la Manche. Voici quelques informations qui pourront vous aider. 
Expat - Politique

ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L’ÉTRANGER – Comment limiter les frais de scolarité ?

Sur la période 2007-2012, pour l’ensemble des établissements français de l’étranger, les frais de scolarité se sont envolés. Avec une hausse moyenne de 45,25%, c’est l’avenir du réseau qui est en péril. La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 propositions pour freiner cette spirale.
Magazine
Francophonie

EXPOSITION - Retour vers le futur avec le Rio du 19e siècle vu par Jean-Baptiste Debret

Debret
Le centre culturel Correios accueille, jusqu’au 3 mai, l’exposition “O Rio de Debret“ qui rassemble 120 dessins et peintures originales de l’artiste français. Des esclaves à la vie du palais royal, des paysages aux quartiers de l’époque, c’est un voyage dans le temps qui nous est proposé, pour comprendre les origines du Rio d’aujourd’hui. Lepetitjournal.com était présent mercredi soir à son vernissage.